visuel

Publié le 15/06/2020

Gîtes de France : « Réinventer la consommation et le tourisme à la française »

Le secteur touristique français a été durement affecté par la pandémie du coronavirus. Malgré les incertitudes pour la saison estivale et l'avenir, des acteurs, comme Gîtes de France, se mobilisent pour promouvoir un tourisme « à la française », plus local et authentique. Rencontre avec Sylvie Pellegrin, présidente de la Fédération nationale des Gîtes de France.

Mots-clés :

Après trois mois de crise du COVID-19, quel état des lieux dressez-vous ?

L’activité des Gîtes de France accuse des pertes évaluées à 50 millions d'euros depuis la mi-mars. Ces pertes s’expliquent car nous avons proposé des reports, avoirs ou remboursements des réservations, en fonction des désirs des clients. Le confinement est tombé pendant une période importante pour nous, d’abord part parce qu’il y avait les vacances d’avril, et ensuite parce ce que le printemps est ce qu’on appelle une « aile de saison ». C’est une période que privilégient les personnes qui ne sont pas contraintes par la scolarité d’enfants, pour partir en vacances.

Sylvie Pellegrin
Présidente de la Fédération nationale des Gîtes de France

Contrairement aux campings, par exemple, qui réalisent la majorité de leur chiffre d’affaires durant les mois d’été, notre activité de location de gîtes est significative durant les ailes de saison. Nos propriétaires ne sont pas, pour la plupart, des professionnels comme le sont les hôteliers. Les gîtes leur apportent un complément de revenu. Il a donc été compliqué pour eux d’obtenir des aides au départ réservés aux professionnels. Mais nous avons obtenu du Gouvernement qu’elles soient élargies aux personnes ayant un numéro de SIRET.

Quels signaux observez-vous pour la reprise ?

Depuis le déconfinement, nous constatons toujours des annulations dues à un sentiment de peur que peuvent éprouver certaines personnes. Dans une période classique, envisager de parcourir 1000 km pour partir en vacances est dérisoire, mais en période anxiogène, c'est trop pour certains. Mais nous notons aussi une belle reprise des réservations avec une tendance à vouloir partir moins loin de son domicile. Des personnes qui avaient imaginé partir loin ou à l'étranger, se disent qu'elles vont réserver à moins de 500 km de leur domicile et se tournent vers les Gîtes de France.

En quoi les Gîtes de France répondent-ils aux nouvelles attentes des touristes ?

Ce qui faisait qu'il y a deux ou trois ans nous pouvions être perçus comme une marque touristique pas très à la mode, nous positionne aujourd'hui dans la tendance. 90% de nos hébergements sont situés dans des grands espaces, au cœur des forêts, des campagnes ou des exploitations agricoles. Ce sont des lieux sécurisés et sécurisants. Avec la crise du COVID-19, nous sommes donc revenus sur le devant de la scène. Cela fait 70 ans que notre Fédération existe et nous allons continuer à démontrer qu'il y a une évidence, en termes écologique et économique, à découvrir ce que l'on a à côté de chez nous. La France gagne à être mieux connue : il n'y a pas un département où il n'y a pas un endroit magique à visiter. Nous avons toujours voulu mettre en avant la richesse naturelle, culturelle, patrimoniale, artisanale… de nos territoires.

« Il y a une évidence, en termes écologique et économique, à découvrir ce que l'on a à côté de chez nous. »

Quel rôle jouent les Gîtes de France en faveur de l'économie locale ?

Nos propriétaires informent, conseillent et redirigent les vacanciers vers les producteurs locaux, les commerces de proximité, les restaurants du territoire… Nous faisons la promotion de l'économie locale, de proximité. Par ailleurs, nous reversons la taxe de séjour, payons la taxe d'habitation, la taxe foncière etc. Nous sommes donc un acteur du tourisme à la française qui contribue au développement économique des territoires.

La crise a engagé des réflexions sur un tourisme durable, comment votre réseau se positionne-t-il en la matière ?

Gîtes de France a été précurseur dans le tourisme durable et écologique en France. Cela fait plus de 15 ans que nous décernons le label écogite aux hébergements conçus de manière écologique dans leur structure ou leur fonctionnement : matériaux, chauffage au bois ou à l'énergie solaire, récupérateurs d'eau etc. Par ailleurs, nous portons la marque gîte panda, en partenariat avec WWF. Ce label est décerné à des hébergements situés sur des sites naturels et engagés dans la protection de leur environnement.

Vous avez participé récemment à la création du collectif « Retrouvons-nous en France ». De quoi s'agit-il ?

C'est une initiative unique et innovante et 100% bienveillante ! Il s'agit d'un collectif informel et éphémère de marques et entreprises françaises qui se sont réunies dans la spontanéité, en se disant qu'il fallait faire quelque chose pour les vacances des Français après cette crise du COVID-19. Soudés, solidaires et dépassant les logiques de concurrence, nous avons décidé d'offrir au plus grand nombre des remises, des cadeaux, des avoirs… pour rendre les vacances plus belles. Chez Gîtes de France nous offrons un gros panier de produits locaux. Par ailleurs, le collectif a décidé d'aller plus loin et de contribuer aux vacances des familles les plus démunies en versant une contribution à Vacances & familles et en s'engageant à rétribuer l'association en fonction des ventes qui seront réalisées grâce à la plate-forme de « Retrouvons-nous en France ». J'ai été très touchée de voir que, malgré le fait que nous ne nous connaissions pas tous, nous nous sommes mis d'accord en un rien de temps.

« Nous sommes tous dans la même logique de réinventer la consommation et le tourisme à la française. »

Vous avez également lancé, en 2019, le fonds de dotation Gîtes de France Initiatives. Quel est son objectif ?

Nous avons voulu porter nos valeurs et notre culture au-delà de notre réseau, dans l'environnement qui entoure nos propriétaires. Aider l'humain, protéger l'environnement et le patrimoine sont au cœur de la marque. Grâce à ce fonds de dotation, nous allons, chaque année, soutenir des projets qui vont dans ce sens. En 2020, à cause de la crise du COVID-19, nous suspendons le projet pour consacrer notre dotation, ainsi que les fonds collectés grâce à un appel à la solidarité de nos propriétaires, au bénéfice exclusif des personnels soignants qui ont été sur le front durant la pandémie.

Votre présence combinée sur le web et en proximité dans les territoires est-elle une force ?

Nous avons plusieurs portes d'entrée. Les clients peuvent réserver leur hébergement en ligne directement depuis notre site national. Mais ils peuvent aussi se rapprocher du service de réservation local. Là, les personnes dédiées à la réservation vont prendre connaissance de leur demande pour leur apporter une sélection d'hébergements qui répondent à leurs critères. Elles connaissent très bien tous les hébergements et les propriétaires de leur territoire. Elles sont donc en mesure d'apporter une réponse personnalisée, quel que soit le niveau du parcours client.

Gîtes de France en chiffres


1955 création de la Fédération nationale des Gîtes de France


42 000 propriétaires


70 000 hébergements


500 emplois

Pour en savoir plus :