visuel

Publié le 23/06/2020

Le Groupe Lemoine, champion du coton

Né en Normandie, dans l'Orne, le Groupe Lemoine est devenu, en quarante ans, le leader européen des produits de soin et d'hygiène à base de coton. CCI France vous propose de découvrir l'histoire de ce groupe familial qui, porté par l'innovation et l'engagement sociétal et environnemental, s'est fait une place dans le paysage industriel mondial.

Jeanne et Philippe Lemoine avec leur fils, Alexandre

En 1978, Jeanne et Philippe Lemoine, jeunes entrepreneurs, décident de reprendre une très petite entreprise normande fabricante d'eau de Cologne, à Flers (Orne). Spécialisée dans un premier temps dans les cosmétiques (eaux de toilette, puis shampoings et bains moussants…), l'entreprise étend, à partir de 1985, son savoir-faire et se lance dans la production de coton-tige, coton hydrophile et autres disques à démaquiller, vendus en marques distributeurs dans la grande distribution. « Dans une logique d'intégration et de maîtrise des process, nous avons créé, pour les bâtonnets ouatés, nos unités de fabrication de tiges, de cardage de mèche coton, de packaging… », explique Jeanne Lemoine.

En 1997, le couple d’entrepreneurs cède l’activité « cosmétiques » à un groupe anglais pour se recentrer sur les produits de soins et d’hygiène à base coton et se donner les moyens de développer significativement cette gamme de produits. Le Groupe Lemoine part alors à la conquête des marchés internationaux. Aujourd’hui, il possède 10 sites industriels (3 en France et 8 dans le monde : Pays-Bas, Allemagne, Estonie, Espagne, Philippines, Mexique). Une façon de rapprocher la production des marchés. « En Allemagne, le « made in Germany » est une valeur profondément ancrée dans les mentalités depuis longtemps, explique la dirigeante. Pour pénétrer le marché allemand, il était important d’avoir une entité sur place. »

« Notre objectif est de créer des produits proposant en permanence des solutions innovantes. »

« La meilleure façon de s'adapter, c'est d'être d'agile »

En 2019, le groupe industriel emploie 900 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros. Il est leader européen et n°2 mondial sur le marché des produits de soin et d’hygiène à base de coton. La recette du succès ? Entre autres, la réactivité et l’innovation. En quatre décennies, il s’est adapté pour répondre au mieux à l’évolution du cadre réglementaire et aux besoins des consommateurs. « Le meilleur moyen de s’adapter, c’est d’être agile, c’est de relever rapidement les défis », affirme Jeanne Lemoine. Par exemple, plus de deux ans avant l’entrée en vigueur, au 1er janvier 2020, de l’interdiction de la tige plastique des bâtonnets ouatés, le Groupe Lemoine a étudié une alternative à la tige plastique et mis au point la fabrication de tiges en papier.

« Le patriotisme économique est une valeur portée par de nombreuses entreprises françaises et qui a aujourd’hui tout son sens. »

L’industriel avait déjà imaginé, pour ses cotons-tiges, des boîtes en plastique réutilisables. Affirmant être « un pionner du développement durable », il propose par ailleurs à ses clients d’opter pour des emballages en carton à la place du plastique, ou également pour du coton bio, labellisé commerce équitable ainsi que du coton écru [ndlr. c’est-à-dire n’ayant pas subi de blanchiment]. « Notre objectif est de créer des produits proposant en permanence des solutions innovantes », résume l’entrepreneure.


Unique producteur français d'écouvillons

La valeur d’engagement, portée par le groupe familial, ne se décline pas qu’en termes de développement durable. Il l’a démontré, en mars 2020, en se mobilisant dès le début du confinement lié à la pandémie de coronavirus, pour produire des écouvillons destinés au dépistage de la maladie. « En regardant un reportage sur une chaîne d’information, j’ai appris que la France faisait face à une pénurie d’écouvillons, raconte Jeanne Lemoine. En me procurant un écouvillon référent, j’ai constaté certaines similitudes avec un bâtonnet ouaté et j’ai pensé, qu’avec nos équipes, nous saurions comment adapter nos différents process industriels afin de fabriquer un écouvillon ».

En moins d’un mois, le groupe industriel, relève le défi d’adapter totalement une ligne de production, de produire un prototype d’écouvillon, de le faire valider par les services de santé de l’Armée et de l’AP-HP, puis homologuer par l’Autorité nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). « C’est une immense fierté pour le groupe et ses équipes d’avoir réussi à produire cet écouvillon rhino-pharyngé indispensable », reconnaît Jeanne Lemoine. L’entreprise envisage désormais de pérenniser cette activité car il n’existe pas d’autres producteurs d’écouvillons en France et très peu en Europe. « Cela permettrait de se réapproprier un dispositif sanitaire, dont on sait qu’il est indispensable, souligne la dirigeante. Le patriotisme économique est une valeur portée par de nombreuses entreprises françaises et qui a aujourd’hui tout son sens. »

Pour en savoir plus :


Liens complémentaires :

CCI Ouest Normandie