visuel

Publié le 28/02/2019

Grande consultation des entrepreneurs : des chefs d'entreprise européens malgré tout

A moins de 100 jours des élections européennes et à un mois de la sortie programmée du Royaume-Uni de l'Union Europe, les chefs d'entreprise manifestent leur attachement aux réalisations de la construction européenne.

Mots-clés :

L'incertitude ne doit pas engendrer l'inquiétude. Interrogés en février, soit un mois environ avant la sortie annoncée du Royaume-Uni de l'Union Européenne (UE) sous la forme prévisible d'un Brexit dur, par l'institut de sondage Opinion Way pour le compte de CCI France, La Tribune et LCI, les chefs d'entreprise ne semblent pas inquiets quant aux conséquences pour leur entreprise de cet événement. Très largement, à 78 %, ils se déclarent peu ou pas du tout inquiets du départ des britanniques de l'UE. 58 % d'entre eux se disent même « pas du tout inquiets ».

L'inquiétude suscitée par le Brexit

Ce sont les commerçants (importateurs ou exportateurs de produits avec le Royaume-Uni ?), les dirigeants d'entreprises de services (25%) et les entreprises de plus de 10 salariés (à 29 % contre 22 % pour les moins de 10 salariés) qui se montrent les plus inquiets.

Cette très faible inquiétude (12% seulement des répondants) à propos des effets du Brexit sur l'activité de leur propre entreprise contraste avec les craintes fortement exprimées sur les conséquences économiques de cette décision et les invitations à l'anticipation adressées tout spécialement aux PME et TPE par l'Etat et les partenaires des entreprises. Ce résultat du sondage est cependant à pondérer.

Les conséquences pronostiquées d'un Brexit sans accord

Invités à se prononcer sur les conséquences du Brexit pour les économies européenne et française, les chefs d'entreprise se montrent, cette fois, nettement moins optimistes. Les conséquences seront négatives pour l'économie de l'Europe selon 64% des répondants et pour l'économie de notre pays selon 60% des sondés. Les entreprises du commerce (plus de 8 commerçants sur 10) et celles de plus de 10 salariés (plus de trois quarts des entreprises de cette taille) sont, encore une fois, les plus inquiets. Le vote du peuple britannique invite donc globalement les entreprises à la prudence et à la mise en œuvre de mesures adaptées à la réalité de leur activité afin d'atténuer les conséquences de cette décision.

Les réalisations de l'UE saluées par les chefs d'entreprise

En complément de cette question sur la sortie d'un Etat-membre de l'UE, les chefs d'entreprise ont aussi été interrogés sur leur relation à la construction européenne et au fonctionnement de l'UE. Sur le premier point, ils manifestent leur attachement à des réalisations concrètes, des avancées reconnues de la construction européenne. Et en premier lieu à la mise en place de l'Euro (60 % des suffrages) qui vient de fêter ses vingt ans. C'est la réalisation européenne auxquels les chefs d'entreprise sont le plus attachés en tant que citoyen, sans doute, mais aussi en tant qu'acteur économique. Les bénéfices de cette monnaie unique - la libéralisation des échanges et la transparence des prix, gages d'une concurrence plus saine – sont appréciés par les entrepreneurs. Ainsi en est-il également de la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux approuvée et soutenue par 37 % des dirigeants d'entreprise (prioritairement dans les secteurs de l'industrie et des services). Autre réalisation tangible et porteuse d'avenir, la mobilité européenne des étudiants et des apprentis recueille, elle-aussi, les faveurs d'un tiers des entrepreneurs. A noter que l'harmonisation des normes européennes, comme outil facilitant les échanges de marchandises, est appréciée par un quart des dirigeants. L'ensemble de ces avantages de l'espace européen seraient remis en question par le Brexit.

Les opinions relatives à l'Union européenne

Près de la moitié (49 % des sondés) estime que le renforcement des pouvoirs de décision de notre pays permettrait de répondre plus efficacement aux grands problèmes des années à venir, et ce, même si cela doit conduire à limiter ceux de l'Europe. Cependant, ils sont 71 % à reconnaitre que « c'est au niveau européen que se prennent vraiment les décisions et pas au niveau de la France ». Par ailleurs, une minorité (42 % contre 56 %) considèrent que « les élections européennes ne servent à rien ».

Les niveaux de confiance - Perspectives 12 prochains mois

Alors que les économistes prévoient une reprise de la consommation cette année qui devrait relancer une économie nationale qui a ralenti son rythme de croissance l'an passé (1.5 % en 2018 contre 2.3 % en 2017), les chefs d'entreprise expriment leur optimisme. Pour le deuxième mois consécutif, l'indicateur d'optimisme progresse en effet de six points passant de 90 à 96 points. La poursuite du mouvement de contestation des « gilets jaunes », menaçant pourtant la consommation, ne semble pas affecter le moral des patrons.

Outre l'optimisme, la confiance des entrepreneurs fait, elle aussi,perr un bond (+12 % en un mois). A cet égard, les commerçants, les plus touchés par les conséquences des manifestations lancées le 17 novembre 2018, sont logiquement les moins confiants (37 % seulement). Des commerçants qui sont également les moins confiants dans les perspectives de développement de leur propre entreprise (56 % contre 70 % tous secteurs confondus).

Note d'espoir pour cette année, les entrepreneurs manifestent leur confiance dans la santé de l'économie française (+ 6 points) et de l'économie mondiale (+ 5 points).

A découvrir l'intégralité des résultats de la vague de février 2019 de la Grande Consultation des Entrepreneurs

(1) Sondage Opinionway réalisé par téléphone auprès de 614 dirigeants d'entreprise entre le 13 et le 20 février 2019 dans le cadre de la Grande Consultation des entrepreneurs.
 

CHEFS D'ENTREPRISE : VOTRE AVIS NOUS INTERESSE

Exprimez-vous ! CCI France invite tous les entrepreneurs qui le souhaitent à donner leur avis sur des sujets d'actualité qui concernent directement leur activité. Des sujets de questionnements que nous vous proposons mais aussi des thématiques que vous souhaitez voir aborder.

Pour en savoir plus et participer à cette grande consultation, c'est ici