visuel

Publié le 22/10/2020

Les cloches Obertino Morteau : trois siècles de savoir-faire

L'entreprise Obertino Morteau, installée dans le Doubs, est l'une des dernières fonderies de cloches artisanales de France. Son savoir-faire s'est transmis au sein de la famille Obertino sur plusieurs siècles. En 2018, l'entreprise familiale a été reprise par Siv-Chheng Tiv, une entrepreneure qui souhaite lui donner un nouvel élan, notamment à l'international.

C'est un savoir-faire datant de plus de trois siècles que perpétue l'entreprise Obertino Morteau. Installée à Morteau, dans le Doubs, elle est réputée pour la fonderie de cloches. Une expertise détenue à l'origine par des chaudronniers et fondeurs italiens, qui quittent le Piémont en 1780 pour la Suisse et la France. Parmi eux, la famille Obertino s'établit en France au début du XXème siècle et à Morteau en 1931.

Petites ou grandes, à motifs ou lisses, en bronze ou en acier : le panel des cloches est très large. Des agriculteurs qui équipent leurs bêtes aux collectivités locales qui organisent des fêtes agricoles, en passant par les entreprises qui en font un support de communication, les cloches Obertino ravissent divers publics pour différents usages. « Traditionnellement, on faisait sonner les cloches pour annoncer un événement, explique Siv-Chheng Tiv, gérante de l’entreprise. Aujourd’hui encore, cela reste un symbole pour marquer des événements, comme des mariages ou un baptême, grâce à la personnalisation. »

Suite de l'article

Des pièces uniques et personnalisables

Les clients peuvent choisir le modèle, le motif et l’inscription. « Chaque étape de la production – le moulage, la coulée ou la finition – est réalisée spécifiquement, ce qui rend la cloche unique », précise-t-elle. Une fois coulée, elle est travaillée au burin sur un tour à bois, afin de lui enlever une fine pellicule de matière. Le jeu sur l’épaisseur lui donne une sonorité unique. « Vous pouvez avoir dix cloches de la même taille, elles sonneront toutes différemment », résume la cheffe d’entreprise. Le savoir-faire unique et pointu exige une formation en interne. « Il n’existe pas d’école de fondeurs de cloches, explique Siv-Chheng Tiv. Nos employés ont souvent pratiqué la fonderie générale, la mécanique ou le tournage auparavant. Ici, ceux qui ont de l’expérience forment les nouveaux arrivants. Ils occupent souvent plusieurs postes, ce qui les rend polyvalents. »


« Chaque étape de la production – le moulage, la coulée ou la finition – est réalisée spécifiquement, ce qui rend la cloche unique »


Si elle est reconnue pour ses cloches, la PME franc-comtoise, réalise également des pièces en fonderie sur-mesure, des bas-reliefs, des plaques commémoratives ou de la signalétique. Elle dispose par ailleurs d'un atelier de travail du cuir. L'artisan bourrelier y confectionne des courroies de cloches pour les animaux ou des colliers de cloches décoratifs, pour les concours agricoles notamment. Extrêmement raffinés, les décors sont cousus, brodés, voire peints à la main.

Suite de l'article

Une fabrication la plus locale possible

Lorsque cela est nécessaire, pour fabriquer des supports en fer ou en bois par exemple, la PME fait appel à des sous-traitants locaux : « Le ferronnier est notre voisin, le menuisier est à 20 minutes d’ici, le décolleteur à 30 kilomètres..., illustre la dirigeante. Pour nous, il est très important de faire travailler les professionnels autour de l’entreprise. » Autrement dit : le made in France, c’est bien, le made in local, c’est encore mieux.

Pour faire découvrir ses compétences d’exception, l’entreprise ouvre ses portes à la visite. « Nous sommes labellisés Entreprise du patrimoine vivant et, à ce titre, récompensés pour notre savoir-faire unique et d’excellence, rappelle Siv-Chheng Tiv. Nous faisons donc partie du patrimoine régional, et je souhaite le faire découvrir aux Français et aux touristes. »

Suite de l'article

Reprendre l'entreprise pour perpétuer un savoir-faire

Première dirigeante à ne pas faire partie de la famille des Obertino, Siv-Chheng Tiv a repris l’entreprise en 2018, avec la volonté de faire perdurer la qualité des produits et de développer l’activité à l’export. Après une formation en management et des expériences dans l’industrie métallurgique, elle a souhaité se tourner vers l’entrepreneuriat en reprenant une entreprise. Pour l’accompagner dans ce projet, Siv-Chheng Tiv s’est rapprochée des chambres consulaires et notamment de la CCI Doubs qui l’a mise en relation Yves et Sylviane Obertino, décidés à céder l’entreprise, faute de relève dans la famille.

Elle a bénéficié du dispositif Visa Reprise et suivi une formation spécifique pour maîtriser les bases sur les finances, la comptabilité, la gestion et l’organisation de l'entreprise.  « L’accompagnement de mon conseiller, Pierre Lacanal, a permis que tout se fasse sereinement, témoigne-t-elle. Il m’a conseillée et mise en relation avec les bonnes personnes. » L’aventure n’est cependant pas simple.  « Ce n’est pas évident une reprise, reconnaît Siv-Chheng Tiv. Cela exige d’être flexible, de s’adapter pour créer du lien avec les employés et les clients, de savoir rebondir… » Si elle est exigeante, l’expérience n’en est pas moins passionnante. « J’aime beaucoup me projeter dans l’avenir de l’entreprise. Nos modèles de cloches datent de plusieurs siècles et sont indémodables. Mais on peut innover dans la façon de faire, dans la communication, tout en gardant le cap de la qualité, afin que la pérennité de l’entreprise soit assurée. »


Répartition du chiffre d'affaires selon les clients

47% monde agricole
25% export
15% quincailleries
11% boutiques souvenirs
2% installateurs de cloches d'église

Suite de l'article

Le Doubs

Situé dans l'Est de la France, au cœur des montagnes du Jura, le département du Doubs tient son nom de la rivière qui le traverse. Au cœur des montagnes du Jura, il partage 170 km de frontières avec la Suisse et présente de grands espaces naturels façonnés, notamment par des monts et des combes.

Le Doubs compte environ 540 000 habitants dont 107 900 salariés. Sur les 19 600 établissements répertoriés dans le département, 44% s'inscrivent dans les services, 36 % dans le commerce et 20 % dabs l'industrie.

L'industrie est le secteur qui emploie le plus de salariés (44% des salariés tous secteurs confondus). Elle s'organise autour de quatre secteurs principaux : la construction automobile, la transformation des métaux, l'industrie de précision, notamment le biomédical et l'horlogerie, et les équipements électriques et électroniques.

Grâce à ses richesses naturelles (Saut du Doubs, mont d'or…) et son patrimoine (citadelle de Besançon, Saline royale d'Arc-et-Senans,…), le Doubs présente une offre touristique riche, particulièrement adaptée aux familles. Le secteur compte 5100 emplois touristiques en moyenne.

Département d'élevage de la race Montbéliarde, le Doubs est notamment réputé pour sa production de fromages AOP tels que le comté, le mont d'Or et le morbier.

Suite de l'article