visuel

Publié le 22/07/2020

Ressourceries et recycleries

Des ressourceries et recycleries se développent sur tout le territoire, encouragées par les collectivités locales mais aussi par les citoyens et les entreprises, de plus en plus sensibles à l'économie circulaire. Bien plus que de simples structures dédiées au réemploi, elles participent au développement des territoires. Décryptage.

Définition

Les ressourceries sont des lieux de collecte, de réemploi et de revente d’objets usagers ou d’occasion. Issues de l’économie sociale et solidaire, ces structures sont souvent des associations ou des entreprises d’insertion qui s’inscrivent dans une démarche de préservation des ressources et d’économie circulaire. Les recycleries poursuivent les mêmes objectifs de réemploi que les ressourceries, mais elles se distinguent par le fait qu’elles peuvent être monofilières, c’est-à-dire être spécialisées dans la collecte d’un type de bien (de jouets ou matériaux par exemple). Le terme recyclerie est également utilisé pour désigner des structures de réemploi multi-filières non adhérentes au Réseau National des Ressourceries.

Le Réseau des Ressourceries, créé en 2000, a établi un cahier des charges qui encadre l'activité des ressourceries. Il impose la collecte de tous les biens du quotidien, quel que soit leur état, ainsi que la mise en place de dispositifs de sensibilisation.

Outre les services aux particuliers, les recycleries peuvent nouer des partenariats avec les entreprises locales pour collecter des produits spécifiques et accéder à des gisements particuliers. Dans le Maine-et-Loire, la Ressourceries des biscottes (Les Ponts-de-Cé), apporte, par exemple, une solution pour le retraitement des déchets des entreprises qui renouvellent ou se séparent de leur mobilier. À Toulouse, la Recyclerie Recyclo'Bat offre, quant à elle, des services de collecte, de nettoyage de chantier ou de déconstruction aux entreprises du bâtiment.

Les recycleries en France

En 2017, la France comptait 2 400 recycleries sur son territoire*. Leur chiffre d'affaires était estimé à près de 400 millions d'euros.

Des structures du recyclage et du réemploi se sont développées sur tout le territoire. Certaines se sont regroupées en réseau, comme dans la Région Sud où 24 ressourceries ont collecté 4 825 tonnes de déchets en 2018, ou dans le Limousin qui fédère une dizaine d’établissements. En Île-de-France, on recense 42 recycleries / ressourceries en 2019 et un Réseau francilien du réemploi.

Des structures écologiques, sociales et économiques

En plus de participer à la préservation des ressources et à la réduction des déchets, les recycleries ont de nombreux atouts socio-économiques :

  • Elle sensibilisent les citoyens à la protection de l'environnement, au recyclage et à l'économie circulaire. Certaines structures proposent des ateliers d'information, des stages d'initiation et même des podcasts sur la réparation, le tri ou encore la réduction des déchets.

  • En accueillant de nombreux habitants chaque jour et en développant des partenariats avec des acteurs locaux, elles créent du lien social et insufflent une dynamique positive dans leur ville ou leur quartier.

  • Elles participent à la création d’emploi sur le territoire en embauchant des travailleurs, souvent en réinsertion professionnelle ou en situation de précarité, pour effectuer des collectes, du tri, de la logistique, de la vente ou de la réparation. Les Ressourceries PACA emploient, par exemple, 523 personnes en 2019.

  • En réparant et remettant sur le marché des produits à des prix accessibles, elles permettent à des familles qui ont peu de moyen de s'équiper.

Des structures au service du territoire

Selon l’Ademe, les recycleries permettent « de conjuguer de façon transversale différentes politiques     publiques comme la prévention des déchets, le développement économique et social en s’appuyant notamment sur l’insertion ». Sur de nombreux territoires, les recycleries s’inscrivent, en effet, dans le cadre d’un Plan local de prévention des déchets ménagers et assimilés (PLPDMA).

Les collectivités, mais aussi l'Ademe et les Régions, jouent un rôle important dans le développement des projets de recycleries. Elles peuvent proposer des accompagnements techniques et financiers, participer aux études de faisabilité, mettre un espace ou un local à disposition, ou encore en aider à la constitution de réseaux locaux de réemploi et de ressourceries.

*Panorama de la deuxième vie des produits en France (actualisation 2017, ADEME).