visuel

Publié le 10/02/2021

« Définir une raison d'être sociale, sociétale et environnementale avant même de faire du business »

Rendre l'éducation accessible, c'est la mission d'OpenClassrooms qui fait partie des 100 premières entreprises à être devenues des « sociétés à mission », en inscrivant une raison d'être dans ses statuts. Pierre Dubuc, CEO et co-fondateur d'OpenClassrooms explique pourquoi il s'est lancé dans cette démarche.

Mots-clés :

Pouvez-vous présenter OpenClassrooms ?

OpenClassrooms existe depuis 2013. Nous formons aux métiers de demain, avec des parcours diplômants reconnus pas l’État dans les domaines du numérique, du business, du commerce, du management, etc.

Quelles sont les valeurs qui ont motivé la création de votre entreprise ?

Dès le départ, l'idée de rendre l'éducation accessible, d'aider les gens et d'avoir de l'impact, a été au cœur de notre projet.

La loi Pacte permet aux entreprises d'inscrire une mission dans leurs statuts, ce que vous avez officialisé dès sa promulgation en 2019. Pourquoi ?

Nous avions déjà une « mission » avant la promulgation de la loi. Mais je pense que c’est bien de pouvoir inscrire cela dans les statuts et de définir une raison d’être sociale, sociétale en environnementale de l’entreprise avant même de faire du business. C’est donc ce que nous avons fait en 2018, un peu avant la promulgation de la loi et juste avant une importante levée de fonds. Le but était d’inscrire cette raison d’être dans le pacte d’actionnaires afin que tout le monde soit aligné sur les mêmes valeurs. L’objectif de cette démarche était également d’exprimer notre mission officiellement à toutes les parties prenantes, pour les rassembler autour du projet.

Quelles démarches avez-vous effectuées pour devenir une « société à mission » ?

Pour devenir une entreprise à mission, nous avons dû mener plusieurs actions. D’abord, nous avons défini la raison d’être de l’entreprise, qui est de rendre l’éducation accessible, et l’avons inscrite dans les statuts d’OpenClassrooms. Ensuite, nous avons créé un Comité de mission qui est le garant, à long terme, de la bonne exécution de notre mission. Il doit notamment publier un rapport annuel sur la poursuite de notre mission et est audité par un organisme indépendant. Le travail de ce comité impacte la stratégie de l’entreprise car il a un droit d’alerte, peut accéder aux données de l’entreprise et faire des recommandations pour améliorer la poursuite de notre mission.

L'investissement en vaut-il la peine ?

C’est vrai que cela représente du travail et que, d’un point de vue purement économique, c’est un investissement car on mobilise des ressources. Mais cela paie côté communication et marketing. Depuis que nous sommes une société à mission, notre marque employeur s’est renforcée et nous recevons beaucoup plus de candidatures. Cela nous a également permis de créer une marque commerciale engagée, et de vendre plus et mieux car c’est une attente de nos clients, aussi bien en BtoC qu’en BtoB. Certains nous disent même qu’ils préfèrent travailler avec nous parce que nous sommes une entreprise à mission et que ça leur parle.

Conseillez-vous donc aux entreprises d'engager la même démarche qu'OpenClassrooms ?

Oui, mais il faut vraiment que ce soit incarné et que la direction ait envie de le faire, qu’elle embarque les collaborateurs. En le faisant bien, ça paie, surtout sur le plan des collaborateurs justement, car ils recherchent de plus en plus un boulot qui a du sens et ils souhaitent travailler au sein d’une entreprise qui a une responsabilité sociale. Je pense que, dans les dix prochaines années, les entreprises qui ne s’y mettent pas vont être en difficulté pour recruter des personnes et les garder.

Pour en savoir plus :