visuel

Publié le 18/12/2020

Akareva : cliquez, c'est pressé !

L'entreprise Akareva propose aux Strasbourgeois des jus et laits végétaux fraichement pressés. Créée en 2020, elle a misé sur le numérique, de la prise de commande à la gestion des livraisons.

Des boissons « vivantes », par opposition aux boissons industrielles ayant subi une pasteurisation (procédé qui tue tous les micro-organismes ndlr.), voilà ce que s’est mise au défi de proposer Akareva, une entreprise strasbourgeoise, fondée en 2020 par Matthieu Gru. L'entrepreneur n'en est pas à son coup d'essai. Il est l'inventeur du tapis de course sans moteur, Sprintbok, couronné de la médaille d'or du Concours Lépine 2016 de Strasbourg.

Cette nouvelle aventure entrepreneuriale est née d'un besoin personnel. « Moi qui consomme des jus, j’ai constaté que les boissons proposées en grande surface sont pasteurisées, contiennent peu de vitamines et présentent un faible apport nutritionnel, explique-t-il. J'étais dérangé également par le fait que les bouteilles soient jetables, car elles sont peu recyclées dans les faits. » C'est ainsi que Matthieu Gru a imaginé un atelier pressoir pour réaliser des « boissons bonnes pour la santé et la planète » : des jus de fruits et légumes et des laits végétaux. Pressés le matin, les breuvages sont conditionnés dans des bouteilles en verre consignées, puis livrés dans l'après-midi et en soirée, sur Strasbourg, en vélos cargo électrique.

Matthieu Gru

Le numérique au cœur du projet

La particularité de l'entreprise est d'être un pure player : elle réalise ses ventes uniquement par le biais de son site internet. « Nous avons fait le choix du numérique dès le départ car cela nous permet de créer plus de valeur, souligne Matthieu Gru. Nous vendons en direct et gardons ainsi notre marge. Par ailleurs, le numérique facilite le travail de toute l'équipe, que ce soit pour la gestion des ventes ou pour la distribution. » Malgré le contexte de la crise sanitaire, Akareva enregistre un démarrage plutôt réussi qui lui permet de recruter deux autres personnes en 2021 pour rejoindre l'équipe qui comptera alors 5 personnes.

Même s’il présente de nombreux avantages, le tout-numérique a aussi ses inconvénients, en termes d’acquisition client notamment. Akareva n’a pas encore touché la clientèle peu connectée ou peu présente sur les réseaux sociaux. « C’est pourquoi, en 2021, quand la situation sanitaire s’améliorera, on essaiera d’être présents sur des salons, des événements d’entreprise ou même dans les rues, pour que les personnes moins connectées puissent goûter à ce qu’on propose », annonce Matthieu Gru.

Mais ce n’est pas l’unique projet de l’entrepreneur. Pour améliorer la performance et l’offre de l’entreprise, il souhaite faire évoluer son site internet. « Notre site est moderne, mais nous avons des éléments techniques à améliorer pour être mieux référencés et faciliter la navigation des internautes, détaille-t-il. Nous souhaitons aussi apporter de nouvelles fonctionnalités, notamment un système d'abonnement pour que les gens puissent se faire livrer leurs boissons à la fréquence de leur choix, sans avoir à passer commande à chaque fois. C'est quelque chose qui nous a été beaucoup demandé. »


Les questions posées dans le cadre de ce diagnostic sont loin d'être idiotes. Elles permettent de prendre du recul et de réfléchir aux pistes d'amélioration.


Une performance numérique évaluée grâce à Digipilote

Pour mener à bien ces projets, Akareva a décidé de solliciter une aide financière de l’Eurométropole de Strasbourg, via le programme Beecome qu’elle propose pour soutenir la transition numérique des entreprises de son territoire. « Si vous voulez un site propre, rapide et fiable, toute modification demande un budget », souligne l'entrepreneur. Dans le cadre de ce dispositif, Matthieu Gru a donc été amené à réaliser un diagnostic pour évaluer la maturité numérique de son entreprise, grâce à l'outil Digipilote. Celui-ci a été réalisé avec l'aide de Vincent Blumenroeder, conseiller de la CCI Alsace Eurométropole. Une fois le questionnaire achevé, il fournit à l'entreprise des préconisations et appuie, ou pas, le projet pour l'obtention d'une subvention. « Matthieu Gru a obtenu un score de 18/20 car il a entièrement numérisé son environnement de travail », se réjouit le conseiller.
 « Au départ, j'étais un peu réticent, reconnaît de son côté l’entrepreneur. Mais finalement, je dois dire que les questions posées dans le cadre de ce diagnostic sont loin d'être idiotes. Elles permettent de prendre du recul et de réfléchir aux pistes d'amélioration. »

Pour en savoir plus :


Liens complémentaires :

CCI Alsace Eurométropole

Digipilote

Programme Beecome