visuel

Publié le 09/11/2020

Numérique : un commerçant développe la vente en ligne grâce à Achat-ville

Contraints de fermer leur boutique à deux reprises, dans le cadre du premier puis du deuxième confinement de 2020, les gérants d'Aux Belles histoires, à Aix-les-Bains, se sont lancés dans le click-and-collect et la vente en ligne. Un complément d'activité qu'ils prévoient de maintenir après la période de crise sanitaire, pour répondre aux nouveaux besoins de la clientèle.

Il est à peine 9h30, ce mardi 3 novembre 2020, et Louis Perez fait déjà la queue à La Poste. Le commerçant apporte des colis contenant des jouets en bois, des jeux de société ou encore des livres jeunesse… provenant de sa boutique d'Aix-les-Bains. Comme de nombreux commerces français, l'enseigne Aux belles histoires, qu'il tient avec son épouse Corinne depuis 16 ans, a dû fermer ses portes le 30 octobre, dans le cadre du deuxième confinement décidé par le Gouvernement pour lutter contre l'épidémie de COVID-19. Une situation que le couple a déjà vécue quelques mois plus tôt.

Louis Perez

Toute une organisation à revoir

« Nous avions un site vitrine sur la plate-forme Achat-ville de la CCI Savoie, depuis une dizaine d’années, mais nous ne faisions pas du tout de drive ni de click-and-collect, explique Louis Perez. Le premier confinement a été un déclic et nous a décidés à mettre ces dispositifs en place. » Le commerçant, qui avait l’habitude de contacter ses clients par mail, les a informés des modalités de retrait et de livraison de ses produits. Il a également utilisé Facebook pour communiquer sur l’actualité de la boutique, avec l’aide de sa fille. Entre le 20 avril et le 11 mai 2020, il a ainsi enregistré une centaine de commandes. « C’était un boulot de malade, assure Louis Perez. Il fallait prendre les produits en photo, échanger avec les clients par mail… Et nous ne pouvions presque pas passer de commandes auprès de nos fournisseurs. Heureusement nous avions du stock en boutique. » Le commerçant offrait également la livraison dans un rayon de 10 km, ce qui était très apprécié des clients confinés. « Nos clients pouvaient commander le matin et être livrés le soir même, précise Louis Perez. Les livraisons étaient assurées par ma femme et ma fille, pendant que je me chargeais de préparer les paquets en boutique. »

D'un site vitrine à un site de e-commerce

Lors du déconfinement, les dirigeants d’Aux belles histoires n’ont eu d’autre choix que de mettre en stand-by cette organisation, même s’ils ont continué à animer leur page Facebook. « À partir du mois de mai, nous avons eu tellement de monde en boutique que nous n’avons pas prolongé les dispositifs de vente à distance », explique Louis Perez. C’est donc l’annonce du deuxième confinement qui a poussé l’enseigne à retravailler sur ces possibilités et à envisager, cette fois-ci, la vente en ligne. « Convaincus par les possibilités et les tarifs très abordables d’Achat-ville, nous avons appelé la CCI Savoie et suivi 1h de formation pour passer d’un site vitrine à un site de vente en ligne sur la plate-forme », raconte le commerçant. Après seulement 4 jours de reconfinement, l’enseigne a déjà reçu une dizaine de commandes en ligne. « Ce n’est pas ce qui va nous permettre de faire du chiffre, précise le commerçant. Mais c’est très rassurant car nous maintenons un minimum d’activité. Nous sommes référencés et, grâce à notre site internet, d’autres clients nous ont découvert et sont ensuite venus en boutique. »

S’il espère que ce nouveau confinement sera le plus court possible, le couple entend bien conserver cette activité de e-commerce, en complément de sa boutique physique. « J’ai un tempérament optimiste et je me dis que ce premier confinement a été un mal pour un bien, reconnaît Louis Perez. On avait envie de faire tout ça depuis longtemps et, là, nous n’avons pas eu le choix. Le numérique et les réseaux sociaux vont nous permettre de renouveler notre clientèle, de toucher plus de trentenaires, mais aussi de donner de la valeur à notre boutique. »


Convaincus par les possibilités et les tarifs très abordables d’Achat-ville, nous avons appelé la CCI Savoie et suivi 1h de formation pour passer d’un site vitrine à un site de vente en ligne sur la plate-forme 

Le numérique comme complément

À travers ces évolutions contraintes mais nécessaires, c’est tout son quotidien de commerçant que Louis Perez a vu évoluer. « Le métier a beaucoup changé ces dernières années, il faut s’adapter à la clientèle qui utilise beaucoup le web et les réseaux sociaux, précise le dirigeant de TPE. Aujourd’hui, nous voyons le e-commerce comme un complément mais nous ne voulons pas en faire notre métier. Le cœur de notre activité, c’est rencontrer des gens, les accueillir en boutique et les conseiller. »

Les ventes en ligne ne suffisent toutefois pas à faire vivre la boutique qui doit assumer des charges que les spécialistes du e-commerce n’ont pas. « Nous sommes solides donc si nous fermons un mois, nous arriverons à nous en sortir. Mais ce n’est pas avec les ventes en ligne que nous ferons notre chiffre d’affaires habituel. Le e-commerce, c’est un autre monde et il y a trop de concurrents pour un petit commerce comme le nôtre »,ajoute Louis Perez.

L'importance de se faire accompagner

S’il a pu se faire aider par sa fille, plus à l’aise avec les outils numériques, le commerçant a apprécié de pouvoir également compter sur une plate-forme fiable, facile à prendre en main et surtout moins onéreuses que la plupart des solutions d’hébergement de site web. « Nous avons été très bien épaulés par la CCI et Achat-ville. Cela nous a permis de démarrer avec un bon support, des personnes fiables et de réaliser des ventes en ligne. Aujourd’hui, tout le monde est capable d’investir le numérique mais, en tant que commerçants cinquantenaires, nous sommes novices et avons besoin d’aide », conclut Louis Perez.

Pour en savoir plus :

Aux Belles Histoires
4 place Clemenceau
73100 Aix-les-Bains
04 79 35 29 02