visuel

Publié le 19/05/2020

Pascale Besch : « Enbasdemarue a permis d'assurer une continuité d'activité pendant la crise sanitaire »

Lancée en avril 2018 par la CCI Nord-Isère pour faciliter la transformation digitale des commerçants du territoire et répondre aux nouveaux besoins des consommateurs, la place de marché « Enbasdemarue » leur a fourni une solution appréciée pendant la crise sanitaire. Un virage vers un commerce réinventé ? Pascale Besch, Directeur général adjoint de la CCI Nord-Isère, témoigne.

Quels ont été l'usage et l'utilité de la plate-forme « Enbasdemarue » pendant la crise sanitaire ?

Très concrètement, pendant le confinement, la plus grande part de nos commerces était dans l’obligation de fermer leur boutique. Grâce à notre plate-forme de vente en ligne dédiée aux commerçants, ils ont pu continuer à travailler. Les ventes ont ainsi pu se poursuivre en toute sécurité grâce au paiement en ligne, à la livraison à domicile organisée avec La Poste et au click and collect. Pour rassurer tous les utilisateurs de la plate-forme, tant les adhérents que les consommateurs, nous avons réalisé des fiches garantissant le respect des normes sanitaires pour la livraison des articles commandés en ligne. Notre plate-forme a d’ailleurs été répertoriée sur le site du ministère de l’Économie et des Finances au titre des solutions utilisables pour maintenir une activité commerçante pendant la crise sanitaire. Nos commerces ont ainsi gardé le lien avec leurs clients qui n’ont pas eu à prendre d’autres habitudes…

Pascale Besch, Directeur général adjoint de la CCI Nord-Isère

Au-delà de notre cœur de cible, nous avons ouvert notre plate-forme à d’autres acteurs qui souffraient également des conséquences de la crise, et ce gratuitement, pendant toute la durée du confinement. Ça été le cas, notamment, des jardineries et des producteurs de fruits et légumes qui étaient privés de leurs lieux de vente habituels que sont les marchés. Cela a permis à ces entreprises de pouvoir continuer de proposer leurs produits à une clientèle de proximité.


400% de visites en plus sur le site
en un mois et demi 


Avez-vous enregistré un regain d'intérêt pour votre plate-forme, pendant la crise ?

En trois semaines, 20 adhérents supplémentaires nous ont rejoint, suivis par une vingtaine de nouvelles entreprises en cours d’inscription actuellement. Et, entre la mi-mars et la fin avril, nous avons enregistré 400% de visites en plus sur le site qui a vu sa fréquentation passer de 600 à 2500 visiteurs par semaine. Au-delà des chiffres, ce qui est à noter c’est le comportement de ce que j’appellerai les consommacteurs qui ont voulu, via notre plate-forme, manifester leur soutien aux producteurs et aux commerçants du territoire et faire des achats responsables. Ça a été particulièrement vrai pour le commerce alimentaire pour lequel les clients ont clairement privilégié les produits locaux, les circuits courts. En achetant des bons d’achat sur le site utilisables lors de la réouverture des commerces, les clients ont aussi témoigné de leur solidarité avec les commerçants.

La crise sanitaire a-t-elle un effet de révélateur du potentiel de la plate-forme, tant pour les commerçants adhérents que pour les clients potentiels ?

Notre place de marché a permis d’assurer une continuité d’activité pendant la crise sanitaire. Mais au-delà des différentes crises que nous avons vécues récemment et de celle qui nous touche actuellement, nous assistons à une prise de conscience : le e-commerce va devenir un canal de vente incontournable. La facilité d’intégrer et d’utiliser notre e-boutique et ses services associés, le click and collect et sa version drive ainsi que la livraison à domicile, démontre que le e-commerce n’est pas insurmontable. Il est même devenu inévitable. Les commerçants du secteur alimentaire se sont aussi rendu compte qu’ils étaient en capacité de proposer à leurs clients des modes de livraison beaucoup plus rapides, plus souples et avec des créneaux plus larges, allant parfois de 7h à 20h, que ceux de la grande distribution.

De ce fait, le métier du commerçant est-il en train d'évoluer ?

Les commerçants qui pouvaient craindre la fuite de leur clientèle l’ont découvert fidèle. Mais à condition de s’adapter en permanence aux changements de l’environnement et aux évolutions des usages des consommateurs. Leurs clients sont prêts à consommer local, mais ils veulent pouvoir passer commande à n’importe quel moment de la journée et pouvoir récupérer leurs colis rapidement, chez le commerçant, s’ils peuvent se déplacer ou sont disponibles, ou bien chez eux. Outre cette réactivité, c’est aussi la diversité de l’offre qui est recherchée par la clientèle tant en termes de qualité et de prix que de modes de réception des produits.

Les contraintes liées au règles sanitaires vont-elles selon vous encourager le recours aux plates-formes de vente en ligne pendant la reprise d'activité ?

Il va effectivement y avoir une période d'adaptation aux nouvelles règles sanitaires nécessaires à la réouverture des commerces. Le commerçant va devoir respecter et faire respecter des consignes pour circuler dans son magasin, choisir les produits et les payer. La vente en ligne offre aux consommateurs plus de souplesse et une sécurité recherchée pour effectuer leurs achats. Cela va, en quelque sorte, permettre dans un premier temps de mieux réguler les flux de consommateurs.


Une appli « Enbasdemarue » à l’étude


Quels enseignements avez-vous tirés de cette période actuelle pour le développement de votre place de marché ?

Pendant le confinement, nous avons ouvert la plate-forme aux producteurs, aux restaurateurs et à des enseignes locales comme les jardineries. Nous entendons les inciter à rester durablement sur notre market place maintenant que l’activité traditionnelle reprend. Nous allons d’ailleurs poursuivre notre action à destination des restaurateurs qui ne peuvent toujours pas rouvrir en organisant des drives pour leur permettre de garder une activité. Dédiée aux commerçants, artisans locaux et prestataires de services, la plate-forme BtoC pourrait aussi faciliter des partenariats BtoB entre professionnels aux activités complémentaires. Nous étudions des sollicitations en ce sens.

À l’occasion de cette période de crise, nous avons aussi constaté que les coopérations entre nos adhérents ont été plus nombreuses. Ils ont ainsi pu échanger leurs bonnes pratiques pour organiser plus efficacement la livraison chez leurs clients. Nous entendons encourager ces synergies entre adhérents via notre communauté Facebook. Les producteurs de l’agroalimentaire qui n’ont pas de lieux de vente pérennes pourraient, par exemple, travailler durablement avec les commerces alimentaires des centres-villes.

D'autres projets à l'étude ?

Grâce à la dynamique actuelle, nous espérons pouvoir étendre notre solution de vente en ligne au niveau régional. Au titre des projets de développement de notre outil, nous envisageons de créer l’application mobile « Enbasdemarue » pour offrir plus de facilité d’usage aux utilisateurs. Et pour améliorer la livraison des colis, nous réfléchissons à la mise en place d’un système qui associe collectivement tous les membres qui, pour l’heure, doivent s’organiser eux-mêmes. De nouveaux services pour mettre en pratique le slogan de notre démarche : j’achète en local, j’achète digital.

Les chiffres clés

  • 200 communes couvertes (villes et zones rurales) du Nord département de l'Isère

  • 120 adhérents actifs sur un cœur de cible de 600 commerçants (avec un taux de départ de la plate-forme inférieur à 10% : des commerces en difficulté ou, à l'inverse, accaparés par l'expansion de leur activité)

  • 8 000 références en ligne : des produits (alimentaires et non alimentaires) représentant 80% de nos références et de services BtoC (20%)


Audience de la plateforme

  • 600 visiteurs par semaine

  • 25 000 pages vues par mois (140 000 pages/semaine depuis le début de la crise du Covid-19)

  • Durée de consultation des pages : près de 5 minutes par visiteur.

« Enbasdemarue » s’inscrit dans la feuille de route sur le numérique de la CCI Nord-Isère comprenant des parcours de sensibilisation au numérique via des ateliers et des webinaires, des accompagnements de projet en individuel et en collectif (via notamment le programme régional Atouts Numériques) et des actions de formation pour le développement des compétences et l’appropriation du digital par les commerçants. Enbasdemarue est aussi une solution de la plate-forme CCI store

Entreprises, pour toute question :   entreprises-coronavirus@ccifrance.fr