1er accélérateur des entreprises

Diversité et inclusion, les bonnes pratiques dans le recrutement

La diversité et l’inclusion sont des enjeux majeurs de développement des organisations, mais il faut les intégrer comme un des axes de la politique RH et revoir les actions à mettre en œuvre dans le cadre de bonnes pratiques dans le recrutement.

De quoi parle-t-on ?

La diversité, c’est ce qui rend tout un chacun unique. Pour faire simple, c’est l’ensemble des différences qui font que vous êtes-vous et que je suis moi. Il existe plusieurs types de diversités liées aux origines, à l’âge, au sexe, à l’identité sexuelle, aux expériences vécues, à l’apparence physique, à la religion, à la façon de penser, à la nationalité, aux croyances et encore bien d’autres choses.

L’inclusion, c’est l’action qui consiste à utiliser toutes les différences d’un groupe, pour en faire une force, et contribuer à la réalisation d’un objectif commun.

De nombreuses actions sont menées en faveur de la diversité et de l’inclusion comme la lutte contre les inégalités hommes-femmes, la lutte contre le racisme, l’écriture inclusive, l'acceptation des différents modes de parentalité, etc.

La diversité et l’inclusion, un enjeu majeur de développement des organisations

80 % des DRH considèrent que la diversité et l’inclusion se révèlent être des avantages.
48 % des salariés dont 58 % des 18/35 ans estiment que leur entreprise devrait accroître la diversité et l’inclusion sur le lieu de travail pour générer des résultats tangibles de performance.

Cependant les discriminations à l’embauche restent un phénomène généralisé et persistant au sein des entreprises. À compétences égales, les candidats portant un prénom et un nom à consonance étrangère ont moins de chance d’être contactés par les recruteurs .

Un axe de la politique RH

Lutter contre les discriminations à l’embauche doit donc faire partie des priorités de l’entreprise. 
On est ici sur un travail de transformation des pratiques qui inclut notamment une campagne de sensibilisation au sujet, des formations spécifiques, des renforcements des contrôles internes, et des initiatives claires et à l’échelle de toute l’entreprise concernant la lutte contre les biais, les préjugés et les idées reçues. 

Cette politique doit irriguer toute l’organisation et ne peut se faire sans le soutien de la direction générale. C’est une mission de l’entreprise qui doit se voir et s’appliquer au quotidien afin d’influencer positivement les recruteurs.

Les pistes d’action dans le cadre du recrutement

Une fois l’axe diversité et inclusion validé et communiqué en interne, il est nécessaire de :

  • Lutter contre les biais et organiser des actions de sensibilisation ;
  • Revoir la rédaction des offres d’emploi : Ne pas mettre de barrière sur l’école, l’expérience, penser à l’écriture inclusive… ce qui permet de s’ouvrir à des profils plus diversifiés ;
  • Multiplier les canaux de communication ;
  • Diversifier le sourcing des candidats et les actions de recrutement (street sourcing, Stade vers l’emploi, Challenges emploi, aller dans votre territoire) ;
  • Développer la marque employeur en donnant l’exemple et mettre en évidence l’engagement en faveur de la diversité et de l’inclusion dans le descriptif de poste ;
  • Diversifier les équipes de pré-sélection et d’entretiens ;
  • Limiter le poids du CV dans le processus et ouvrir sur les softskills et les compétences interculturelles ;
  • Revoir le déroulé des entretiens, les questions qui sont posées afin de repérer les termes qui pourraient exclure, et structurer point par point la grille d’entretien ;
  • Organiser l’onboarding au mieux pour tous les profils et tous les postes.
Mis à jour le 24 janvier 2023