visuel

Publié le 16/03/2020

Fermeture forcée : restaurateurs, comment écouler vos stocks ?

Pour endiguer l'épidémie de coronavirus, le gouvernement a décidé de fermer, à compter du 15 mars, les lieux publics, notamment les restaurants. Ces derniers se voient donc contraints d'écouler leurs stocks de marchandises, souvent périssables. Plusieurs solutions s'offrent à eux.

La nouvelle est tombée samedi soir : les lieux publics de tout le territoire doivent fermer. Cette mesure prise par le gouvernement vise à réduire les rassemblements de personnes et ralentir la propagation du virus Covid-19. Selon l’arrêté du 14 mars 2020, publié au JO d 15 mars 2020, seuls les commerces présentant un caractère indispensable sont autorisés à rester ouverts. Près de 175 000 restaurants et brasseries de France sont donc contraints d’annuler leurs réservations et de cesser leur activité. Beaucoup se retrouvent avec des stocks de denrées alimentaires périssables à écouler.

Soucieux de ne pas gaspiller et de réduire au maximum leurs pertes, alimentaires et financières, les professionnels ont plusieurs solutions, selon Alain Fontaine, le président de l’Association Maîtres restaurateurs interrogé sur LCI.

« La première, technique, est d’absorber les stocks. Certains vont faire de la vente à emporter, et ceux qui ont une activité de traiteur vont pouvoir livrer les denrées. »

Dans la Voix du Nord, Pierre Nouchi, président de l’Union des métiers de l’hôtellerie (UMIH) du Pas-de-Calais reconnaît qu’il va y avoir des pertes mais que le secteur s’organise. 

« La pratique, en général, est déjà de distribuer ces denrées au personnel, ce qu’a fait la majorité de nos adhérents, d’après nos remontées. Ensuite si on peut donner, il faut le faire. Beaucoup de professionnels ont déjà le réflexe de donner aux associations, mais il faut que cela se fasse dans les heures qui suivent, car c’est compliqué de redistribuer du frais. »

Voici quelques solutions concrètes, rapides à mettre en place dans votre établissement :

  • Proposer les denrées périssables à la vente à emporter « sans contact » depuis son établissement : à partir du moment où le restaurateur est titulaire d'une licence à consommer sur place ou d'une licence de restaurant, il peut vendre à emporter ses denrées ainsi que les boissons qui sont comprises dans sa licence. Il y a cependant quelques précautions à prendre pour réduire au maximum le contact avec et entre les clients. Les employés doivent se laver les mains régulièrement ; les clients ne doivent pas rentrer en grand nombre dans le restaurant et respecter une distance d'au moins un mètre entre eux. Quant au moyen de paiement, le mieux est de privilégier la carte bancaire équipé de la technologie sans contact.

  • Vendre ses stocks à prix cassé via des plates-formes de mise en relation avec les clients : l’application Phenix, qui met en relation des commerçants disposant d’invendus et des consommateurs, a par exemple levé temporairement sa commission et permet aux commerçants de récupérer l’intégralité du prix de vente de leurs invendus. Too Good to go propose également aux commerçants de vendre leurs invendus aux particuliers via des paniers surprises.

  • Donner aux associations : les restaurateurs peuvent contacter directement les associations qui, en cette période de pandémie, voient leurs collectes perturbées, comme le Samu social, les Banques Alimentaires ou encore les Restos du Cœur.

Dans certaines villes, les municipalités organisent des collectes ou facilitent la mise en relation entre les restaurateurs et les potentiels consommateurs. Les professionnels qui ont besoin d'écouler leurs stocks, peuvent également se faire connaître sur les réseaux sociaux.

Entreprises, pour toute question :   entreprises-coronavirus@ccifrance.fr