1er accélérateur des entreprises

Grande Consultation des Entrepreneurs

Grande consultation des entrepreneurs : des chefs d’entreprise résilients mais inquiets

Un peu plus optimistes, malgré tout ! Confrontés à des multiples incertitudes, politique née de la nouvelle composition de l’Assemblée nationale, sanitaire due à la multiplication des vagues de la Covid-19 et économique (diffusion de l’inflation, relèvement des taux d’intérêt, perpétuation de la Guerre en Ukraine), les entrepreneurs continuent d’afficher un optimisme en progression. Un optimisme qui ne masque cependant pas de réelles inquiétudes en vue de la prochaine rentrée.

En ce début d’été, les dirigeants d’entreprise se montrent plus optimistes malgré une actualité très chargée. En constante hausse depuis mars, l’indicateur de l’optimisme poursuit en effet sa remontée et atteint les 80 points (+4 points par rapport à juin). Si ce score demeure toujours inférieur à celui de la vague de février (92 points), qui précédait le conflit en Ukraine, l’indicateur s’améliore continuellement depuis le mois de mars, avec un gain de 14 points.

  • La progression de l’indicateur s’explique avant tout par une hausse auprès des chefs d’entreprises comptant moins de 10 salariés (80, +5 points). Dans le même temps on observe une baisse de 7 points (72) auprès des chefs d’entreprise de 10 salariés et plus.

Les dirigeants affichent également un état d’esprit plus positif qu’au mois de juin concernant la situation économique : près de la moitié considère que c’est très bien en ce moment (45%, +9 points, soit le meilleur score depuis novembre 2021), un tiers estime toujours au contraire que c’était mieux hier (33%, -3 points) et moins d’un quart considère que ce sera mieux demain (22%, -3 points), traduisant un optimisme modéré dans l’avenir.

  • On ressent principalement cette dynamique positive auprès des dirigeants des entreprises comptant moins de 10 salariés (45% pensent que c’est très bien en ce moment, +10 points) mais également, de façon moins nette, chez les chefs d’entreprise de plus de 10 salariés (51%, +2 points).

Parallèlement à cet état d’esprit positif, la confiance des chefs d’entreprise dans les perspectives économiques de leur entreprise pour l’année à venir continue de s’améliorer (69%, +2 points). La confiance dans les perspectives de l’économie française (24%, -2 points), et dans celles de l’économie mondiale (20%, -1 points) enregistrent en revanche des baisses. Ces taux de confiance restent cependant supérieurs à ceux de la vague de mai (respectivement 23% et 15%) alors qu’aucune réforme contre l’inflation n’a encore été votée par l’Assemblée nationale nouvellement élue.


Les résultats du second tour des élections législatives et la nouvelle composition de l’Assemblée nationale sont perçus de façon assez négative par les chefs d’entreprise. Un tiers (34%) considère que la composition de la nouvelle Assemblée nationale aura un effet néfaste sur l’économie du pays, et 15% sur leur entreprise. Ils sont seulement 6% à percevoir cette recomposition comme positive pour leur activité et 15% pour l’économie française. Une large majorité considère toutefois que cette nouvelle Assemblée n’aura aucun impact sur leur entreprise (68%).


Alors que les prix grimpent en Europe, la décision de la Banque Centrale Européenne (BCE) d’augmenter son taux directeur est ressentie comme une menace pour l’entreprise par un tiers des dirigeants(34%), et pour l’économie française par le trois quarts d’entre eux (72%).

  • Les dirigeants d’entreprise du secteur de la construction sont plus méfiants à l’égard de cette augmentation : une moitié d’entre eux pense que c’est une menace pour leur entreprise (48%). C’est aussi le cas pour les entreprises comptant dix salariés et plus (44%).

L’inflation reste omniprésente à l’esprit d’une part importante des dirigeants : 74% d’entre eux déclarent que leur entreprise est encore plus attentive que d’habitude à ses charges. Cette incertitude financière continue de faire planner d’importants risques au dessus des chefs d’entreprises. La moitié d’entre eux craignent pour la viabilité de leur entreprise (50%, +7 points), et déclarent que l’inflation pourrait les contraindre à baisser leur rémunération (45%, +2 points). Une part importante continue d’avoir des difficultés pour être payée dans les temps par ses clients (-2 points), alors que des salariés ont demandé une avance sur salaire auprès de 16% des chefs d’entreprise (-2 points). Dans ce contexte tendu, une part stable de dirigeants déclare que l’entreprise a du mal à payer ses factures (13%).


Les craintes des chefs d’entreprise pour la rentrée sont plus prononcées que l’an dernier à la même période. Près d’un dirigeant sur deux s’attend à avoir des difficultés pour maintenir une trésorerie saine (45%, +14 points), et alors que la guerre en Ukraine continue de ralentir voire de bloquer production et routes commerciales, les préoccupations sont fortes concernant l’approvisionnement en matières premières (42%, +12 points) et la gestion des stocks (31%, +11 points).

  • Les dirigeants des entreprises du secteur de la construction sont bien plus inquiets que l’an dernier à la même époque (48%, +31 points) car ils craignent que le contexte géopolitique s’envenime et leur pose des difficultés pour s’approvisionner en matières premières (76%, +2 points). Les chefs d’entreprise comptant 10 salariés ou plus sont par ailleurs plus nombreux qu’il y a un an à déclarer qu’ils feront face à des difficultés pour garder une trésorerie saine (46%, +23 points) et à s’approvisionner en matières premières (68%, +31 points).

Parallèlement à ce contexte géopolitique tendu, la septième vague de la pandémie fait de nouveau peser un certain nombre d’inquiétudes sur les chefs d’entreprise. Ils sont plus nombreux qu’en décembre dernier – période correspondant à la cinquième vague de Covid-19 - à déclarer que l’épidémie aura un impact négatif sur leur entreprise (58%, +6 points) et sur leur secteur d’activité (61%, +6 points également). Ils se montrent cependant moins inquiets quant à l’intensité de cet impact : un quart des dirigeants d’entreprise déclare que l’épidémie aura un effet négatif important sur leur entreprise (25%, -7 points) et sur leur secteur d’activité (28%, -7 points). On enregistre une dynamique inverse concernant l’économie française : près de huit dirigeants sur dix déclarent que le Covid-19 aura un effet néfaste sur l’économie du pays (79%, -2 points) la moitié considérant que cet effet sera important (53%, +3 points).


Les dirigeants d’entreprise commencent cependant à s’habituer à ce contexte : 20% (+12 points) disent ressentir de l’indifférence vis-à-vis de cette nouvelle vague. Mais ils sont dans le même temps plus nombreux à éprouver de la fatigue (40%, +2 points), de l’incertitude (32%, +2 points), de la résignation (27%, +8 points), voire même de la colère (23%, +5 points) ou de l’inquiétude (21%, +2 points). Et ils sont également moins nombreux à citer l’espoir (15%, -13 points) pour caractériser leur état d’esprit vis-à-vis de cette nouvelle vague.

Infographie-GCE-07-2022-07-rectif

(1) Sondage Opinionway réalisé par téléphone auprès de 616 dirigeants d'entreprise entre le 7 et le 18 juillet 2022 dans le cadre de la Grande Consultation des entrepreneurs.

block content

CHEFS D'ENTREPRISE : VOTRE AVIS NOUS INTERESSE

Exprimez-vous ! CCI France invite tous les entrepreneurs qui le souhaitent à donner leur avis sur des sujets d'actualité qui concernent directement leur activité. Des sujets de questionnements que nous vous proposons mais aussi des thématiques que vous souhaitez voir aborder.

Pour en savoir plus et participer à cette grande consultation, c'est ici

Mis à jour le 22 juillet 2022