1er accélérateur des entreprises

Sobriété énergétique

L’appel à la sobriété énergétique du Gouvernement

Fruit de neuf groupes de travail mobilisant le secteur public et les entreprises, le plan de sobriété énergétique du Gouvernement a été rendu public le 6 octobre 2022. L’invitation à la mobilisation générale vise à réduire les consommations énergétiques pour éviter les coupures d’approvisionnement. Présentation de ce plan « anti-gaspi » articulé autour de 15 mesures phares.

« La sobriété est un concept simple : des économies choisies plutôt que des coupures subies. » C’est par ce rappel que la Première ministre Élisabeth Borne a invité le 6 octobre à la mobilisation générale de l’État, des Collectivités territoriales, des entreprises et des citoyens lors de la présentation du plan de sobriété énergétique. L’objectif est de passer l’hiver en évitant les pénuries d’énergie et, autant que faire se peut, l’impact économique des restrictions de consommation. Avec en ligne de mire, la baisse de 10 % des consommations énergétiques en France d’ici 2024 et de 40 % d’ici 2050. Le plan de sobriété devrait permettre d’économiser de l’ordre de 50 TWH.

« La mobilisation générale est décrétée, les entreprises sont en première ligne, et les CCI les accompagnent dans un processus durable d’économie d’énergie » précisait le Président de CCI France, Alain Di Crescenzo, dans une tribune dans l'Opinion. Campagne nationale de communication, actions de sensibilisation, de diagnostic, d’accompagnement et de formation menées dans les territoires, le réseau s’engage à relever le défi national de la sobriété énergétique s’impliquant également dans le plan national via, notamment, le programme « Baisse les watts » à destination des TPE et PME.

Les 15 mesures du plan de sobriété énergétique

Dans les bâtiments :

  1. Moins chauffer : 19 °C dans les bureaux. Régler à 16°C la nuit et quand le bâtiment est fermé plus de trois jours, descendre à 8°C. Rappel : baisser d’un degré le chauffage entraîne une baisse de 7 % de la consommation d’énergie. Par ailleurs, l’isolation des bâtiments et des équipements est décisive. Ainsi, 20 % de la chaleur peuvent être perdus en raison de la longueur et de l’absence d’isolation des tuyauteries.
  2. Décaler de 15 jours le début et la fin de la période de chauffe.
  3. Réduire l’utilisation de l’eau chaude sanitaire dans les bureaux.

Pour les mobilités :

  1. Privilégier les transports en commun et encourager le covoiturage (bonus pour l’inscription sur une plate-forme de covoiturage).
    Par ailleurs, les entreprises qui mettent en place le forfait mobilités durables sont exonérées de cotisations sociales jusqu’à 700 euros par an.

Pour l’État :

  1. Diminuer le chauffage de 19°C à 18°C et travailler en horaires décalés dans les administrations les jours de fortes tensions sur le réseau (EcoWatt dans le rouge).
  2. Inciter au télétravail pour réduire la consommation de carburant.
  3. Limiter la vitesse à 110 km/h sur l’autoroute pour les véhicules de l’administration.

Pour les Collectivités territoriales :

  1. Réduire la consommation électrique liée à l’éclairage public (poste qui représente, en moyenne, 30 % des dépenses d’électricité d’une collectivité) : réduire l’intensité, opter pour des LED, suspendre l’éclairage à certaines heures.
  2. Moins chauffer les gymnases (baisse de 2°C) et les piscines (moins 1°C).
  3. Réduire le nombre de m² chauffés en regroupant les services publics.

Dans les entreprises :

  1. Inviter les entreprises à rejoindre la prochaine plate-forme « Les entreprises s’engagent » : 15 actions sont à suivre pour réduire concrètement les consommations d’énergie : éclairage, chauffage, climatisation, numérique, déplacement…
    Ces mesures portent sur la lutte contre le gaspillage de l’énergie, les économies d’énergie, la gestion des équipements, les mobilités durables, l’organisation du travail et les usages du numérique. Pour rappel, 21 % de la consommation d’électricité des bureaux proviennent des équipements informatiques.
    À destination des TPE et des PME, un programme gratuit de sensibilisation et de formation intitulé « Baisse les watts », porté par la Poste et associant les Chambres de Commerce et d’Industrie et celles des métiers et de l’artisanat, sera lancé début 2023. Parmi les 700 000 TPE-PME identifiées comme fortement consommatrices d’énergie, 245 000 seront outillées d’un « carnet de bord énergie » pour mieux piloter leur consommation, 61 000 seront accompagnées dans un parcours de sensibilisation-formation adapté aux spécificités de leur métier dont 6 700 par les deux réseaux consulaires. D’ores et déjà, les entreprises peuvent se préinscrire sur la plate-forme Baisse les watts.
    À noter également que les secteurs du commerce et du tourisme, composés essentiellement de PME, ont signé huit chartes les engageant à adopter des actions, adaptées à leur activité, visant la sobriété énergétique.

Dans le sport :

  1. Réduire de près de 50% le temps d’éclairage avant et après les matchs (30% pour les matchs en soirée).

À destination des Français :

  1. Accorder une « prime sobriété » aux ménages qui maîtrisent leur consommation.
  2. Subventionner jusqu’à 9000 euros le remplacement d’une chaudière au gaz par une pompe à chaleur.
  3. Informer les Français sur les tensions du réseau électrique (météo de l’énergie EcoWatt).

 

En savoir plus sur le plan national de sobriété énergétique

 


Crée le 2 décembre 2022