visuel

Publié le 09/11/2020

Le numérique : un atout pour la visibilité de la boutique rurale d'Audrey Tournier

Commerçante en milieu rural, Audrey Tournier mise sur le numérique pour donner de la visibilité à son commerce et élargir sa clientèle. Elle utilise la plate-forme En bas de ma rue, de la CCI Nord-Isère, et s'appuie sur sa communauté d'adhérents.

Lorsqu’elle a ouvert sa boutique en 2012, Audrey Tournier était déjà convaincue que le numérique allait de pair avec son activité commerciale physique. À l’époque, elle a choisi d’installer son enseigne Quelque chose de plus, spécialisée dans les articles cadeaux, bijoux, sacs et objets de décoration, dans un village de 3 500 habitants : Saint-Chef, en Nord-Isère. « La devanture de ma boutique, qui est au rez-de-chaussée de mon habitation, n’est pas très visible, précise la commerçante. Donc pour moi qui était déjà une mordue des réseaux sociaux, il était indispensable d’avoir une présence en ligne. »

Audrey Tournier

En plus d’utiliser Facebook et Instagram, la commerçante teste plusieurs solutions pour avoir un site vitrine. « J’ai eu deux sites internet mais qui ne donnaient pas grand-chose, notamment parce que je ne m’investissais pas beaucoup », reconnaît la commerçante. La solution idéale provient finalement de la CCI Nord-Isère et s’appelle En bas de ma rue. « La CCI a lancé cette plate-forme en 2018, avec une solution de click-and-collect puis d’expédition, explique la commerçante. Le click-and-collect avait peu d’intérêt pour moi au sein du village, en revanche je me suis dit qu’être référencée sur En Bas de ma rue et proposer des expéditions me permettrait de toucher des personnes extérieures et d’élargir ma clientèle. »

En bas de ma rue est une plate-forme très facile à prendre en main et, si on l'utilise avec un relai régulier sur les réseaux sociaux, on gagne vraiment en visibilité


En Bas de ma rue, une plate-forme et une communauté

Une fois sur la plate-forme, Audrey Tournier publie des photos de ses articles, informe les internautes des moyens de livraison qu’elle propose (Colissimo et Mondial Relais) et partage les liens de ses produits en vente sur les réseaux sociaux. Des efforts qui portent leurs fruits, puisqu’en un an Quelque chose de plus gagne 30% de chiffre d’affaires. « En bas de ma rue est une plate-forme très facile à prendre en main et, si on l’utilise avec un relai régulier sur les réseaux sociaux, on gagne vraiment en visibilité, assure la commerçante. En plus, les animateurs de la CCI, comme Vianney Accart, sont super : ils sont expérimentés et nous épaulent vraiment bien. »

Au-delà de cette visibilité bienvenue, En bas de ma rue permet à Audrey Tournier d’accéder à une communauté de commerçants qui font face aux mêmes problématiques qu’elle. Un atout non négligeable pour la commerçante isolée par sa situation géographique. « Faire partie de la communauté En bas de ma rue me permet de voir du monde, d’échanger avec d’autres commerçants, détaille Audrey Tournier. Nous avons d’ailleurs un groupe Facebook qui nous permet de suivre l’évolution de la plate-forme et de partager nos bonnes pratiques. » En cette période de deuxième confinement, c’est via ce groupe que la commerçante peut rester en contact avec les animateurs de la CCI, s’inscrire à des webinaires dédiés à la vente en ligne ou encore discuter des prochaines actualités commerciales comme le Black Friday ou les cadeaux de Noël.

Pour en savoir plus :

Quelque chose de plus
9 rue de l'abbatiale
38890 Saint-Chef
quelquechosedeplus@hotmail.com
06 89 87 85 03