A ceux qui agissent, s'investissent, s'engagent, risquent, innovent, exportent… Découvrez leurs  témoignages

 visuel

Pierre Goguet

Fondateur du Cabinet d'expertise-comptable Exco-Ecaf, Président de la CCI de Bordeaux et des CCI métropolitaines.

Quelle est la réalisation de votre mandature (CCI de Bordeaux) qui vous tient le plus à cœur et pourquoi ?

Pierre GOGUET : « Avoir reconquis la proximité avec les territoires, c'est-à-dire avoir pu, grâce à mes élus et à mes équipes, aller au-delà de la métropole de Bordeaux, à la rencontre des acteurs de la région, pour développer ensemble des alliances sur des projets à forte valeur ajoutée. La réalisation qui me tient le plus à cœur est donc cette construction de collectifs élargis avec les territoires au service des entreprises. »


A quels besoins, quels objectifs répondait-elle ?

Pierre GOGUET : « L'idée, tant vis-à-vis de nos ressortissants - les entreprises - que du monde consulaire, était de construire des projets collectifs basés sur l'expertise reconnue d'au moins l'un des deux partenaires et sur laquelle les autres pouvaient s'accrocher pour l'enrichir et la développer, car seuls, nous ne sommes rien. »


Avec quels résultats, quelles suites possibles ?

Pierre GOGUET : « La plus grande alliance que l'on reconnait aujourd'hui est la construction de Kedge Business School avec la CCI de Marseille. Mais il y en a d'autres : l'école Ferrandi est maintenant implantée à Bordeaux et notre stratégie d'alliance nous permet d'être très réactifs sur des filières clefs comme par exemple sur la filière bois avec les Landes, la filière agroalimentaire avec Agen, etc...
Les grands groupes n'ont pas besoin des CCI mais les PME / TPE / créateurs, oui ! Nous devons continuer de jouer collectif pour fournir aux entrepreneurs des outils qui leur permettront de s'ouvrir à de nouveaux marchés et ainsi d'améliorer leurs perspectives. A titre d'exemple, nous travaillons actuellement à la création de pépinières basées sur des cultures croisées, mix entre les cultures d'ingénierie et les cultures business School (via Kedge), avec l'objectif que ces collectifs puissent s'enrichir mutuellement pour innover et aller plus loin. C'est cette approche qui nous permettra d'accompagner encore plus de start-ups au Consumer Electronic Show 2016 que nous l'avons fait lors de l'édition 2015. Je pense que le numérique et l'international doivent être au cœur de ces développements. »