visuel

Publié le 15/04/2019

JO PARIS 2024 : Quelles retombées économiques pour les entreprises ?

Pour associer les entreprises à la réussite et aux bénéfices des Jeux Olympiques de 2024, le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques (COJO) a ouvert deux plateformes internet d'accès aux marchés publics.

Mots-clés :

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, les athlètes y pensent déjà. Les entreprises vont pouvoir, elles aussi, s'y préparer. Paris 2024, la Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO), l'Etat, les collectivités territoriales et les partenaires sociaux ont présenté, jeudi 4 avril 2019, une étude sur les opportunités économiques et d'emploi des deux événements sportifs et deux plateformes internet d'accès aux marchés publics liés à leur organisation.

Quatre chiffres résument les bénéfices attendus du centenaire des JO à Paris :

150 000 emplois mobilisés pour la préparation et l'organisation des Jeux.

Des centaines de marchés publics accessibles depuis la plateforme : paris2024.fr

25% du montant de la valeur globale des marchés de construction et de rénovation des ouvrages olympiques et paralympiques réservés aux PME/TPE et aux entreprises de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS).

10% des heures travaillées dans la construction et la rénovation de ces ouvrages seront attribuées à des publics en insertion professionnelle et/ou vivant dans les territoires où se dérouleront les JO.

En collaboration avec les acteurs économiques, le Centre de Droit et d'Economie du Sport (CDES) et le cabinet Amnyos ont évalué les emplois qui devraient être directement mobilisés par les Jeux. Les 150 000 emplois générés par les JO devraient se répartir comme suit : 78 300 emplois pour l'organisation (transport, événementiel, communication, sécurité privée…), 60 000 emplois dans le tourisme (hôtellerie et restauration notamment) et 11 700 dans la construction. Des emplois qui seront à pourvoir principalement à partir de 2021 et jusqu'en 2024.

Innovation et durabilité

95 % des infrastructures nécessaires à la tenue de l'évènement sont déjà existantes ou programmées. Deux nouveaux équipements seront bâtis pour l'occasion et bénéficieront après les Jeux aux habitants de la Seine-Saint-Denis. Il s'agit du village olympique pour loger les athlètes qui sera réalisé par SOLIDEO et du centre aquatique dont la construction sera assurée par la Métropole du Grand Paris. Ces deux installations devront relever le double défi de l'innovation en matière de logistique urbaine et de durabilité.

Pour répondre aux besoins en compétences importants nécessaires à l'organisation des jeux (pas moins de 30 200 emplois à pourvoir dans le secteur de la sécurité privée), Paris 2024 et l'Etat veulent anticiper. Le ministère du Travail entend ainsi mobiliser les moyens du plan d'investissement dans les compétences pour soutenir des projets d'insertion dans l'emploi en vue des Jeux. A noter également qu'une agence virtuelle Pôle emploi sera créée pour recenser tous les emplois disponibles. Le ministère du Travail veut aussi pourvoir les besoins en compétences pour la préparation et le déroulement des JO en investissant dans la création ou le développement de Centres de Formation d'Apprentis.

Des règles claires et une compétition ouverte

Des perspectives également pour les entreprises. A cette fin, deux plateformes internet ont été lancées pour permettre aux PME et TPE, d'une part, et aux entreprises de l'Economie Sociale et Solidaire, d'autre part, de participer à la réalisation des JO.

A l'image des épreuves sportives, le Paris 2024, par la voix de son Président, défend « des règles claires et une compétition ouverte». « Entreprises 2024 » pour les PME/TPE et « ESS 2024 », la plateforme solidaire, sont déjà opérationnelles pour laisser le temps aux petites structures de s'organiser, notamment collectivement, et se préparer à la montée en puissance des opportunités économiques.

Conçue avec les milieux économiques (MEDEF, CPME, U2P et CCI Business Grand Paris), « Entreprises 2024 » va recenser des centaines de marchés publics accessibles à toutes les entreprises quelle que soit leur taille pour la construction des infrastructures ou l'organisation des Jeux. Les entreprises qui s'inscriront sur la plateforme recevront des informations sur l'ouverture des marchés et des conseils pour candidater. Les PME et les TPE et les entreprises du secteur de l'ESS seront spécifiquement « sourcées ». Des événements seront organisés à leur attention pour faciliter les coopérations avec les grands groupes. Dans un premier temps, d'ici la fin de l'année 2019, le Paris 2024 mettra à disposition des entreprises une première cartographie des achats. Les plus petites entreprises pourront ainsi se préparer à y répondre en s'associant, en tant que de besoin, avec des entreprises de plus grande taille.

Le Haut-Commissaire à l'Economie Sociale et Solidaire, Christophe Itier, soutient l'ambition de concilier, selon ses termes, « les dimensions économique, sociale et environnementale de Paris 2024 pour en faire des Jeux socialement responsables et inclusifs ».

Comme pour « Entreprises 2024 », les trois missions de la plateforme ESS 2024, labellisée « Territoire French Impact » (valorisation des écosystèmes d'innovation sociale), sont :

  • L'information sur les marchés publics,

  • Le rapprochement des grandes entreprises privées et des structures de l'ESS

  • L'organisation d'évènements de sensibilisation et d'accompagnement des acteurs de l'entreprenariat social.

Des initiatives qui visent comme le souligne Julien Denormandie, Ministre chargé de la Ville et du Logement, « à mobiliser toutes les énergies pour réussir à tenir les objectifs ». Car, conclue-t-il « si on ne gagne pas la médaille d'or de l'organisation des JO, la médaille en chocolat risque d'avoir un goût amer… » !

Pour en savoir plus sur les retombées économiques des JO de PARIS 2024