visuel

Publié le 31/05/2019

Grande consultation des entrepreneurs : un optimisme partagé

Après une forte progression le mois dernier de l'indicateur d'optimisme chez les plus grandes entreprises, c'est au tour des dirigeants de petites entreprises d'afficher une appréciation à la hausse du climat actuel et une confiance renforcée dans l'évolution de l'économie.

Plus de 10 points gagnés en un mois ! Les dirigeants des petites entreprises interrogés en mai par Opinion Way pour le compte de CCI France, La Tribune et LCI dans le cadre de la grande consultation des entrepreneurs témoignent de leur optimisme actuel et de leur confiance dans l'évolution de l'économie.

L'état d'esprit actuel

Les résultats sont concordants. L'indice d'optimisme continue de progresser passant de 107 à 117 points. L'état d'esprit actuel des dirigeants est lui aussi très positif. La confiance et l'optimisme sont à la hausse : en progression de respectivement de 7 points à 60 % pour la confiance et de 8 points (à 44 %) pour l'optimisme. Parallèlement, les sentiments d'inquiétude (-2 points), de méfiance ( - 7) et d'attentisme (- 9) s'estompent. Le plus grandes entreprises (+ de 10 salariés) restent plus confiantes et plus optimistes que les plus petites.

L'appréciation de la situation actuelle

Autre indice du bon climat actuel, 63 % des sondés (en progression de dix points sur un mois) qualifient le contexte « de très bien en ce moment ». C'est le résultat le plus haut jamais enregistré depuis la création du baromètre en février 2015. Là encore, les dirigeants d'entreprise de plus de 10 salariés se montrent plus satisfaits que leurs homologues d'entreprises de moins de 10 salariés (77 % contre 62 %).

Concernant les perspectives à 12 mois, là aussi, les « feux sont au vert ». Plus de ¾ des dirigeants (+ un point sur un mois) sont confiants sur l'avenir de leur entreprise et ce, tout particulièrement, dans les secteurs industriels et de la construction. La confiance dans l'évolution de l'économie mondiale progresse (+ 3 %) également et, plus fortement encore, celle dans l'économie française (+ 5 points). Cette orientation à la hausse de l'appréciation de ces deux économies se confirme depuis plusieurs mois.

Interrogés sur deux thématiques d'actualité susceptibles d'affecter leur entreprise, les dirigeants interrogés se montrent pour le moins « réservés ».

L'impact des exonérations fiscales des entreprises en ZRR sur l'emploi

L'avis sur le télétravail des chefs d'entreprise interrogés dans le cadre de la grande consultation diverge, en revanche, franchement avec de récentes enquêtes sur le sujet. 96 % des sondés affirment ne pas vouloir mettre en place le travail à distance dans leur entreprise. Un résultat en contradiction avec ceux de l'enquête réalisée auprès de 1604 salariés et 581 dirigeants par l'IFOP en février 2019 pour Malakoff Médéric Humanis qui témoigne que 79 % des chefs d'entreprise considèrent que cette forme de travail permet à leurs salariés de travailler plus efficacement. La moitié des dirigeants interrogés estime dans cette enquête que le télétravail diminue l'absentéisme. Il est à noter, cependant, que la grande consultation met en évidence une différence d'appréciation entre les dirigeants d'entreprises de moins et de plus de 10 salariés. Plus de 20 points d'écart séparent les deux catégories d'entrepreneurs tant chez les partisans du télétravail (25 % chez les plus de 10 salariés contre 2 % parmi les patrons de plus petites entreprises) que chez les « réticents au télétravail » (75 % contre 98 %).

Alors que les ordonnances dites Macron de 2017 ont assoupli la législation sur le télétravail pour faciliter la conclusion d'accords sociaux sur le sujet et que, par ailleurs, la question du prix du carburant est devenue brûlante, les chefs d'entreprise interrogés ne semblent pourtant pas encore disposés à favoriser le travail à distance pour réduire les déplacements de leurs salariés. 91 % des sondés y sont opposés. Pourtant, lors de récentes études, les entreprises ayant eu recours au télétravail affichent comme première motivation la réduction du temps de trajet de leurs collaborateurs (enquête « Global workplace » 2019 et celle de l'observatoire du télétravail 2018). Les salariés y gagnent en qualité de vie et les entreprises font des économies de gestion de leurs locaux et leurs frais de déplacement.

L'intelligence artificielle va-t-elle changer dans la vie des entreprises?

Invités à se projeter dans le futur de leur entreprise pour évaluer les impacts que devrait avoir l'intelligence artificielle sur leur structure et leur marché, les dirigeants interrogés semblent pour le moins dubitatifs. Les chefs d'entreprise sondés qui déclarent connaître l'Intelligence Artificielle (seuls 1% n'en ont pas entendu parler) estiment pour ¾ d'entre eux que l'IA « ne va pas du tout modifier la vie de (leur) entreprise ». Seuls, 10 % des répondants pensent que le développement de ces machines capables de simuler l'intelligence humaine pourrait modifier certains aspects de la vie de leur entreprise. A noter, là aussi, que les plus grandes structures (plus de 10 salariés) partagent nettement plus cette opinion que les plus petites entreprises (différence de 15 points entre les deux catégories d'entrepreneurs).

Face aux évolutions actuelles considérables de l'IA qui transforment déjà l'activité de nombreux secteurs (transport, santé, finance, droit, éducation, RH, publicité…) et nombre de process des entreprises (RH, management, la relation client, la comptabilité…), pour quels usages et pratiques précisément les entreprises envisagent-elles d'avoir recours à ces nouvelles interfaces hommes machines ? Les deux domaines pouvant être affectés par l'introduction des technologies de l'intelligence artificielle qui sont cités en premier et majoritairement par les dirigeants sont la « communication externe » et « la relation client » des entreprises (à 54 % dans les deux cas). Dans tous les autres pans de l'activité de l'entreprise (gestion des données, productivité, emploi, montée en compétences…), les chefs d'entreprises interrogés pensent très nettement que l'IA ne changera pas leurs pratiques.

A découvrir l'intégralité des résultats de la vague de mai 2019 de la Grande Consultation des Entrepreneurs

(1) Sondage Opinionway réalisé par téléphone auprès de 608 dirigeants d'entreprise entre le 16 et 23 mai 2019 dans le cadre de la Grande Consultation des entrepreneurs.
 

CHEFS D'ENTREPRISE : VOTRE AVIS NOUS INTERESSE

Exprimez-vous ! CCI France invite tous les entrepreneurs qui le souhaitent à donner leur avis sur des sujets d'actualité qui concernent directement leur activité. Des sujets de questionnements que nous vous proposons mais aussi des thématiques que vous souhaitez voir aborder.

Pour en savoir plus et participer à cette grande consultation, c'est ici