visuel

Publié le 07/02/2019

Les défis pour le tourisme de montagne de demain

Renouvellement de la clientèle, transmission d'entreprises, gouvernance des stations… : les défis auxquels font face les acteurs du tourisme de montagne sont nombreux.

Mots-clés :

Le Salon Grand Ski, qui s'est déroulé à Chambéry le 15 et 16 janvier, et dont la CCI Savoie était partenaire, a été l'occasion pour les acteurs du secteur de faire le point sur les gros défis qui attendent le tourisme de montagne.

Le premier point concerne l'accessibilité. « On rejoint les montagnes par des vallées souvent étroites et congestionnées, souligne Bruno Gastinne, président de la CCI Savoie. Le lissage des arrivées et des départs est donc très important. Nous réfléchissons à des solutions pour faire en sorte que les touristes n'arrivent pas tous le samedi. » Par ailleurs, le réchauffement climatique pousse les stations de montagne à proposer des activités toute l'année et non plus seulement l'hiver. Repenser les offres permettra aussi de répondre au défi du renouvellement de la clientèle.

« Faire revenir les jeunes »

« Il faut faire revenir les jeunes, résume Christel Marchal, directrice du tourisme à la CCI Savoie. Plus de 50 % du PIB de la Savoie est réalisé en montagne donc c'est un enjeu économique capital. » Cependant le secteur connaît plutôt une stagnation. La clientèle qui fréquente les stations est vieillissante ; elle consomme moins de forfaits par exemple. « Les jeunes générations ont moins d'attirance pour la montagne, note Bruno Gastinne. Il faut donc trouver de nouvelles activités et se diversifier au-delà du ski, de la randonnée ou de l'alpinisme, pour attirer les jeunes. On peut penser à la luge, à d'autres formes de glisse, aux activités aqua-ludiques ou contemplatives par exemple. »

Imaginer de nouvelles expériences

Lors du Salon Grand Ski, Xavier Dullin, vice-président en charge de la montagne d'Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme a abondé dans le même sens : « Il faut parler aux jeunes en leur proposant de l'innovation dans les produits, des événements festifs comme le fait La Folie Douce, et les nouveaux modes d'expérience qu'ils recherchent. »

Transmettre l'amour de la montagne, au travers de colonies de vacances et de classes de neige, est également une piste intéressante. Mais l'organisation de ces séjours se heurte à des problématiques de sécurité et de responsabilité.

Monter en gamme

Les acteurs du tourisme de montagne sont confrontés à la nécessité de monter en gamme et s'adapter aux normes. « Certains établissements familiaux n'ont pas encore pu réaliser les investissements nécessaires. Les CCI de montagne accompagnent les acteurs du tourisme sur ce dossier », explique Bruno Gastinne. La digitalisation constitue un sujet majeur. « Nous formons nos ressortissants à l'utilisation du digital pour se faire connaître mais aussi pour qu'ils puissent l'utiliser dans leur propre organisation », complète Didier Bic, président de la commission tourisme à la CCI de Savoie.

Favoriser la transmission

Les stations de montagne sont aussi confrontées au vieillissement des entrepreneurs et donc au défi de la transmission. « Les établissements rencontrent des problèmes pour transmettre leur affaire, à cause de droits de succession très lourds, constate Christel Marchal. Dans l'hôtellerie, ce sont donc souvent des grands groupes qui rachètent les hôtels et les transforment en appartements. On assiste alors à une transformation de lits chauds en lits froids* ». Les hôteliers présents sur le salon ont pu faire part de leurs préoccupations à ce sujet au secrétaire d'état au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. Celui-ci a tenu à les rassurer : « Nous allons réfléchir à des mécanismes pour faciliter la transmission des établissements. » Il a évoqué l'idée de soustraire les investissements réalisés par les hôteliers aux frais de succession, soulignant cependant, qu'en matière de fiscalité, le dernier mot revient à Bercy. Sur la question de la transmission, la Chambre de commerce vient en appui aux acteurs du secteur. « La CCI aide non seulement à rapprocher ceux qui souhaite céder leur affaire et les repreneurs mais elle les accompagne dans cette démarche administrative complexe », rappelle le président de la CCI de Savoie.

Une stratégie co-construite

Enfin, Bruno Gastinne pointe un autre enjeu de taille : la nécessité d'instaurer une nouvelle gouvernance économique dans les stations de montagne. « Il faut rassembler dans une instance de gouvernance le maire, l'exploitant de remontées mécaniques, l'office du tourisme, les commerçants, les hôteliers, les gérants d'activités etc. afin de construire une stratégie partagée. C'est grâce à elle que l'on parviendra à faire évoluer les modèles économiques des stations afin de relever tous les défis qui s'offrent à nous. »

*Les lits froids sont les logements qui sont rarement occupés par leurs propriétaires, qui ne sont pas proposés à la location, ou, quand ils le sont, ne trouvent pas de locataires.