visuel

Publié le 26/02/2019

La diversification d'activités des buralistes : le tabac du coin devient commerce de proximité

Le réseau des buralistes et de celui des CCI s'associent pour accompagner la transformation des bureaux de tabacs.

Mots-clés :

Un prix du tabac à la hausse, des ventes à la baisse, avec des fermetures de bureaux de tabacs à la clé (8 000 en quinze ans), les buralistes se sont engagés dans une réflexion sur la transformation de leur modèle économique.

Annoncée pour 2020, la prochaine hausse du paquet de cigarettes qui atteindra le prix fortement symbolique de 10 euros, risque de dissuader les fumeurs d'entrer dans un bureau de tabac…Sauf à y trouver, non seulement du tabac, mais aussi d'autres produits ou services très utiles au quotidien !

C'est tout l'enjeu du plan de transformation conclu en février 2018 entre le ministère de l'Action et des Comptes publics et la Confédération nationale des buralistes visant à accompagner la transition du métier réglementé de vendeur de tabac et de jeux de hasard à celui de commerçant de proximité aux services diversifiés.

Et c'est aussi tout l'intérêt de la convention de partenariat signée le 12 février 2019, en application de ce plan de transformation, entre les réseaux des bureaux de tabac et celui des CCI. L'objectif : permettre aux buralistes de réaliser, avec l'appui des experts des Chambres de Commerce et d'Industrie, un audit global de leur activité.

Cet audit, étape obligatoire et préalable à la mise en œuvre des actions de transformation de l'activité, réalisé par le prestataire choisi par le buraliste, comprend trois étapes : l'audit du point de vente (aménagement intérieur et extérieur), l'audit de la zone de chalandise (potentiel de croissance et concurrence) et un rapport listant les recommandations prioritaires pour faire évoluer le commerce.

Une carotte appréciable pour une évolution indispensable

Cette prestation réalisée sur une courte durée (deux ou trois jours) est gratuite pour le buraliste si ce dernier engage effectivement les actions suite au rapport remis. Dans le cas contraire, le financement de l'audit est plafonné à 50 % des dépenses.

A l'issue de l'audit, le buraliste fait examiner et valider le devis qui a sa préférence pour obtenir le bénéfice de l'aide financière pour la diversification de son activité. Cette aide couvre au moins 30% du montant du projet de transformation des bureaux de tabac dans la limite de 33 000 euros.

Outre la diversification de l'offre dédiée spécifiquement aux fumeurs (vapotage, cigarette électronique, tabac à chauffer), la transformation des débits de tabac invite à proposer à une clientèle plus large de nouveaux produits comme des journaux, de la papèterie, de l'alimentaire, des articles de souvenirs, des accessoires de plage, des cartes téléphoniques… ou de nouveaux services comme l'ouverture de compte bancaire ou le retrait de colis ou pourquoi pas la vente de billets de train.

Une diversification des activités des buralistes portée par la Confédération et son Président Philippe Coy qui a expliqué dans une interview aux Echos le sens de la transformation attendue. « Notre cœur de métier, le tabac qui représente de 65 à 70 % de notre chiffre d'affaires doit être préservé mais nous devons nous souvenir que nous sommes des commerçants et nous diversifier » invitant ses adhérents « à changer de logiciel ».

Accessible aux 24 500 buralistes de France, le plan de transformation est doté d'un fonds de 20 millions d'euros par an sur quatre ans.

A consulter le site Internet www.transformation-buralistes.fr

Ferjani Neffati
Responsable du pôle Stratégie et Croissance de la CCI de Nice Côte d'Azur

« Des buralistes convaincus de l'opportunité de s'engager dans une dynamique de transformation de leur activité »

Dans quel état d'esprit se trouvaient les buralistes avant la réalisation de l'audit ?

« Ils étaient plus que partants puisque les sept buralistes (1) que nous avons diagnostiqués avaient, tous, pris les devants en appelant la plateforme de transformation des buralistes pour réaliser l'audit. Ils étaient même relativement pressés de le faire car ils avaient été sensibilisés depuis un moment par leur confédération. Ils étaient convaincus de l'opportunité de s'engager dans une dynamique de transformation de leur activité. Grâce à la plateforme téléphonique et au site Internet www.transformation-buralistes.fr, ils avaient un niveau d'information élevé sur les conditions de réalisation de l'audit ; ce qui était éligible ou pas et le cadrage de notre intervention. Les buralistes avaient aussi réfléchi, voire déjà commencé une diversification de leurs activités au-delà de la vente de tabac. »

Quelle est la valeur ajoutée de l'audit ?

« Je dirais que l'audit n'est qu'un outil, mais un outil utile pour analyser globalement l'activité du bureau de tabac, non seulement du point de vente mais aussi de la zone de chalandise. Cela représente un temps d'échanges essentiel pour recueillir des informations sur l'évolution de la boutique. Le buraliste présente aussi les réorganisations ou aménagements de son espace de vente déjà mis en œuvre pour mieux valoriser les produits qui génèrent une forte marge appelés produits taxables. Cette première étape sur l'activité du point de vente est nécessaire mais pas suffisante. Il faut aussi, et c'est la plus-value de la CCI, analyser le potentiel de développement au niveau de la zone de chalandise. A la CCI de Nice, nous nous appuyons sur le Système d'Informations Géographiques (SIG) qui croise des données IRIS de l'INSEE sur la population, la démographie ou encore les niveaux de revenus au niveau infra-communal. La synthèse des deux étapes permet d'identifier les axes prioritaires et les recommandations pour faire évoluer l'activité du bureau de tabac en adéquation avec sa zone de chalandise »

Quels types de recommandations et de services peuvent être préconisés ?

« La feuille de route doit être concrète et porter sur des améliorations dans et hors du point de vente. Cela peut se traduire par exemple par un changement d'enseigne et de store, une amélioration de la visibilité extérieure du magasin ou une meilleure mise en valeur de produits taxables à forte marge dans la vitrine. Quant aux services à développer, ils sont très divers et dépendent beaucoup de l'emplacement du magasin et de sa clientèle. Le buraliste peut vouloir créer un rayon papeterie, cadeaux souvenirs, accessoires de plage, snacking ou offrir un service de relais colis. Si certains peuvent vouloir se positionner comme un drugstore offrant une grande diversité de produits d'usage courant sur des plages horaires d'ouverture larges et pour une clientèle essentiellement touristique, d'autres deviendront plutôt des commerces de proximité dans des quartiers plus populaires et à clientèle locale. »

Vous parlez de commerce. Les buralistes avaient-ils l'habitude de faire appel aux services de la CCI ?

« Clairement non. Le buraliste n'est pas un commerçant comme un autre du fait de la réglementation de la vente de tabac et de jeux de hasard qui constituaient la majeure partie de son CA. L'enjeu de cet engagement dans le plan de transformation des buralistes, c'est d'apporter la démonstration que l'offre de la CCI peut leur être utile. Comme les autres commerçants, le buraliste peut être intéressé par des réunions d'information sur une nouvelle réglementation, de nouvelles tendances dans le développement des entreprises ou par notre offre de formation ou bien encore un accompagnement en matière de transition numérique ou de développement commercial (2). Le buraliste pourra ainsi devenir, on l'espère, un ressortissant comme un autre. »

(1) Le département des Alpes maritimes compte 138 buralistes
(2) Cf L'offre de services des CCI aux buralistes

L'offre de services des CCI aux buralistes

Vous êtes Buralistes, les CCI vous accompagnent également sur les thématiques suivantes :

  • la sécurisation des commerces (réunion, guide, mise en place de dispositifs d'alerte par SMS, de référents Sécurité commerce dans de nombreuses CCI etc.)

  • l'accessibilité des locaux/mise aux normes (réalisation de diagnostics accessibilité, soutien à l'élaboration du dossier Ad'APAgenda d'accessibilité Programmée)

  • l'accompagnement des buralistes dans le montage et le suivi de leurs dossiers de demande de prise en charge de formations spécifiques à leur profession

  • la transformation des commerces (aider les buralistes dans leur appropriation des enjeux du commerce de demain notamment la digitalisation de leurs points de vente)

  • la transmission / reprise d'entreprises