Comment engager votre reprise ?

Quelques conseils à suivre pour vous assurer de la réussite de votre projet.

Le ciblage

Imprimer tout

Business model & profil de cible

Identifier ses partenaires

Trouver ses cibles

L'analyse rapide de cibles

Cas particulier : reprise d'une entreprise en difficulté

Cas particulier : vous êtes salarié de votre cible

 

Vous souhaitez reprendre l'entreprise dans laquelle vous travaillez. Attention aux écueils !

Vous évitez l'étape « recherche d'une cible ». C'est un cas de figure idéal qui présente l'avantage d'être un gage de continuité. Les clients ne s'y trompent pas. Les banques non plus, qui étudient avec plus de bienveillance les dossiers de reprise par des salariés.

 

Trois cas de figure

  1. Le cédant est au courant de votre projet et y est favorable. C'est peut-être lui qui vous l'a proposé. Vous devrez procéder comme pour une reprise classique avec l'avantage que vous connaissez le cédant et qu'il est en bonne disposition pour vous aider. Peut-être vous proposera-t-il un crédit-vendeur...
     
  2. Le cédant est au courant mais semble hostile. Soyez conscient que dans l'esprit de certains dirigeants (de petites entreprises notamment) et de leur famille, il n'est pas concevable qu'un de leurs salariés puisse prendre leur place et surtout avoir les moyens de racheter leur entreprise. Vous devez savoir à quoi vous en tenir, demandez au cédant s'il accepte que vous étudiiez la reprise et s'il serait prêt à vous donner la priorité sur quelqu'un d'extérieur. Confirmez par écrit.
     
  3. Il n'est pas au courant. Vous savez que vous marchez sur des œufs. Choisissez le bon moment et les bons arguments pour faire part au cédant de votre intérêt et essayer de connaitre sa pensée réelle.
    Vous travaillez dans cette entreprise, mais êtes-vous sûr de bien la connaître ? Il va être de votre intérêt de procéder comme un repreneur extérieur, c'est-à-dire faire des diagnostics et négocier. S'il y a un bon niveau de confiance entre le cédant et vous, si vous savez rester à votre place, il n'y a aucune raison pour que cela se passe mal. Sinon, vous devrez oeuvrer avec précaution, pédagogie, et montrer que vous êtes l'homme ou la femme de la situation le moment venu (attention, pas avant).

 

Les écueils possibles :
Vous laisser cacher des choses par votre patron : il faut que vous puissiez faire tous les diagnostics ou vérifications nécessaires sans encombre. Vérifiez tout !

 

Votre CCI est là

Pour les repreneurs familiaux ou les salariés-repreneurs, les CCI ont mis en place le réseau Ecole des Managers qui offre un parcours complet avec application sur l'entreprise que vous allez reprendre.

Ils témoignent

P. J., co-repreneur d'une entreprise de BTP. Mon ancien patron a recherché désespérément un repreneur durant plusieurs années. J'étais le DAF et je m'entendais bien avec le responsable technique et le responsable commercial. Quand notre patron a eu un sérieux problème de santé, nous avons renouvelé notre proposition de reprise à trois. (La première avait été balayée d'un revers de main 5 ans auparavant !). A nous trois, nous avions l'ensemble des compétences et pouvions apporter une solution de pérennité. Cette fois, notre proposition a été acceptée. Cela fait dix ans que nous avons repris et l'entreprise se porte bien. Nous avons établi des règles strictes de transparence et de communication entre associés, ce qui a permis de préserver une bonne entente et une sérénité dans la gestion. Durant les six premières années, nos bureaux étaient dans la même pièce : cela a facilité la cohésion et le partage d'informations.

 

Cas particulier de la reprise par plusieurs salariés

Si vous êtes plusieurs salariés susceptibles de reprendre votre entreprise, avez-vous pensé à la formule SCOP (Société Coopérative Ouvrière de Production) ? Ce n'est pas pour vous le seul mode de reprise possible, mais cette formule présente des particularités et certains avantages. La question mérite d'être posée. Des conseillers des Unions Régionales des Scop sont à votre disposition pour vous rencontrer, vous informer (ainsi que le cédant) et vous accompagner lors du processus de reprise sous forme Scop.
Du fait de la spécificité de cette forme juridique, ils sont un « point de passage obligé » : pensez à  les rencontrer en premier.


Précisions sur le site Les Scop.

 

Contenus mis à jour le 28-04-2015