GCE juin 2018

Publié le 29/06/2018

Grande consultation des entrepreneurs : entre raison et doute

Les dirigeants d'entreprise affichent une adhésion raisonnée aux mesures du projet de Loi Pacte et un doute certain quant aux perspectives de développement de leur entreprise.

 

 


Lever les freins à la croissance des entreprises en leur simplifiant la vie et replacer l'entreprise au centre de la société en encourageant une gestion plus juste socialement, telles sont les deux ambitions prioritaires du projet de Loi "Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises" (PACTE) présenté en conseil des ministres le 18 juin 2018. Ce double message a-t-il été entendu et bien compris par les dirigeants d'entreprise ? L'édition de juin de la grande consultation CCI France/La Tribune/Europe1 (1) apporte des éléments de réponse sur la perception par les patrons de plusieurs dispositions du projet de Loi qui sera discuté au parlement à la rentrée. Des résultats qui témoignent d'une adhésion raisonnée et prudente à ces mesures.

 

 

Avec la volonté, à l'heure du numérique, de simplifier la vie des entreprises à toutes les étapes de leur développement, le gouvernement propose de mettre en place un guichet unique électronique afin de dématérialiser entièrement les procédures de création. Les entrepreneurs approuvent largement cette initiative (79 % de partisans de la mesure). Logiquement, ils pensent à 64 % que le guichet unique va faciliter la création d'entreprise et accélérer, pour 60% des sondés, les procédures administratives. Mais, ils sont aussi 48 % à pointer du doigt le « risque d'erreur administrative » et à plaider massivement (94% des avis) pour un doublement de ce process digitalisé par un accompagnement humain des créateurs (une opinion partagée, tout autant, par les chefs d'entreprise de moins de 10 salariés – 94% - que par ceux des plus de 10 salariés, à hauteur de 97%). Un accompagnement de proximité exercé par des réseaux d'appui aux porteurs de projet, dont les CCI, qui pourraient être mobilisés en ce sens.

De la même façon, les dirigeants d'entreprise adhèrent également, et à hauteur de 83% des avis exprimés, au principe d'un registre unique des entreprises fusionnant l'ensemble des registres existants et aboutissant à un identifiant unique pour l'entreprise. A noter, toutefois, que l'adhésion à cette mesure est à pondérer : seuls, en effet, 14 % se déclarent « très favorables » à cette proposition.

Plus symbolique encore, la question des seuils sociaux est révélatrice de l'état de l'opinion des dirigeants d'entreprise interrogés. Réclamé par les organisations patronales au motif que le franchissement des seuils sociaux entraîne un accroissement des obligations et formalités (à partir de 11, 20 et  50 salariés) et donc qu'il dissuaderait les employeurs de recruter, leur assouplissement a été prévu par le projet de Loi Pacte. Il prend la forme d'un gel des obligations liées au dépassement de ces seuils d'effectifs pendant cinq ans. Interrogés sur l'impact de cette mesure, les chefs d'entreprise se montrent pour le moins dubitatifs. 54 % d'entre eux estiment qu'elle n'aura aucun impact sur l'économie française quand 31 % pensent que son impact sera positif. Plus fortement encore, une très large majorité (91%) est persuadée que cela ne changera rien au niveau de leur entreprise. Les répondants sont seulement 4% à penser que ses effets seront positifs et 3% que les conséquences seront mêmes négatives. Il est cependant à noter que les appréciations des dirigeants varient sensiblement selon la taille de leur entreprise (les plus de 10 salariés y sont plus favorables que les moins de 10 salariés).

 

 


 
Le gel des seuils sociaux pendant cinq ans va-t-il vous inciter à recruter ? A cette question, les employeurs interrogés sont catégoriques : 94 % d'entre eux pensent que cette mesure ne favorisera pas l'augmentation de leurs effectifs quand seulement 6% estiment qu'ils vont probablement procéder à des embauches du fait de la mise en place de cette disposition. Des résultats qui peuvent être éclairés par une enquête de l'INSEE qui démontre « qu'un assouplissement des seuils sociaux n'aurait  qu'un effet limité sur l'emploi ».

S'appuyant sur les conclusions du rapport du Conseil d'orientation de la participation, de l'intéressement, de l'épargne salariale et de l'actionnariat salarié qui constate que ces formules de redistribution des bénéfices des entreprises sont inégalement utilisées (83% des salariés du privé travaillant dans des entreprises de plus de 50 salariés en bénéficient contre seulement 16 % dans les moins de 50 salariés) le gouvernement propose de supprimer le forfait social sur l'intéressement et la participation dans les entreprises de moins de 250 salariés et d'encourager l'épargne salariale dans les entreprises de moins de 50 salariés.

 

 

Ces deux dispositions du projet de Loi sont visiblement appréciées par les patrons de PME : 91 % d'entre eux estiment que le développement d'accords d'intéressement est une bonne chose et 86 %  se déclarent favorables à la mesure en faveur de l'épargne salariale. Ce jugement positif est partagé de façon homogène quels que soient les secteurs d'activité ou tailles d'entreprise.

 

 

Après la chute vertigineuse (de 22 points) du moral des chefs d'entreprise le mois dernier, celui-ci reprend un peu de couleurs. L'indicateur d'optimisme remonte de deux points (en progression de 17 points parmi les entreprises de plus de 10 salariés). La moitié des sondés se déclare actuellement confiante et 46 % des répondants optimistes. Des résultats cependant légèrement en baisse de respectivement deux et six points. Le ralentissement de la croissance et les analyses des économistes qui évoquent « un pic de croissance franchi en 2017 » expliquent, peut-être, cette évolution de l'opinion des dirigeants d'entreprise. A cet égard, 23 % des sondés se déclarent méfiants (en progression de 8 points sur un mois).

 

 

Une tendance qui se retrouve pour partie dans les perspectives à 12 mois. Malgré le climat économique ambiant (hausse des tarifs douaniers créant des tensions économiques entre les Etats-Unis, la Chine et l'Europe), les dirigeants d'entreprise maintiennent leur confiance dans l'évolution de l'économie française (+6 points à 61%) et dans l'économie mondiale (+ 2 points à 60%). En revanche, ils sont beaucoup moins optimistes quant aux perspectives de leur propre entreprise. En deux mois, la confiance des entrepreneurs dans l'avenir de leur entreprise a baissé de 10 points passant de 83 % à 73 %.

Dans le même sens, leur rapport à l'innovation évolue défavorablement. Les chefs d'entreprise qui le perçoivent comme un investissement sont nettement moins nombreux que le mois précédent. De 53%, leur pourcentage chute à 37%, soit une baisse de 16 points. Dans le même temps, ceux qui voient dans l'innovation « un mirage plus qu'autre chose » sont de 13 points plus nombreux (passage de 6 % à 19%). Un indicateur de la confiance dans l'avenir à surveiller.

 

A découvrir l'intégralité des résultats de la vague de juin 2018 :

 


Télécharger les résultats de la vague de juin 2018


(1) Sondage Opinionway réalisé par téléphone auprès de 618 dirigeants d'entreprise entre le 14 et 21 juin 2018 dans le cadre de la Grande Consultation des entrepreneurs.  

 

Publié le 12/07/2018

Tribune de Pierre Goguet dans l'Opinion : Qui voudrait sacrifier le service public dans les territoires ?

"Un euro de taxe versée à une CCI qui l'investit dans l'accompagnement des entreprises contribue à produire 10 euros de richesse sur son territoire", explique Pierre Goguet, le président de CCI France, dans une tribune intitulée « Qui voudrait sacrifier le service public dans les territoires ?» publiée ce jeudi 12 juillet dans le quotidien l'Opinion. Pour lui, il est important de trouver la bonne adéquation entre la nécessité de faire des économies et celle d'offrir aux forces vives des territoires, du citoyen à l'entreprise, les meilleurs services.

 

Lire la tribune de Pierre Goguet

 Bruno Le Maire AGE 10 juillet 2018

Publié le 11/07/2018

Bruno Le Maire devant l'assemblée générale extraordinaire de CCI France

A l'assemblée générale extraordinaire de CCI France, mardi 10 juillet 2018, le ministre de l'Économie et des finances, Bruno Le Maire, est intervenu pour présenter les orientations du gouvernement pour le réseau des Chambres de Commerce et d'Industrie (CCI), en confirmant la baisse des ressources qui lui sont allouées. Si la transformation du réseau apparaît comme nécessaire aux présidents des CCI, le montant des économies demandées n'est pas supportable et aura des conséquences graves.

"L'effort que nous vous demandons est important avec un horizon en 2022 de 400 millions d'euros d'économies", a déclaré Bruno Le Maire devant les présidents des CCI, en précisant qu'une "transformation en profondeur" est "indispensable".
 

L'objectif serait de recentrer les missions des CCI sur :
- l'appui aux entreprises, notamment l'aide à la création d'entreprise ;
- la formation initiale dans les territoires, via le financement des écoles de commerce ;
- la représentation des entreprises, notamment pour faire entendre leurs voix au niveau local.
 

Le ministre a reconnu que cette diminution aurait "un impact sur les personnels" et a précisé "qu'il n'y a pas de plan tout ficelé à l'avance. Si à un moment donné, on peut accélérer, on accélèrera. Et puis, si à un moment donné, il faut ralentir, parce qu'il pourrait y avoir de la casse, parce que ça ne passe pas, nous ralentirons".
 

Si la transformation du réseau apparaît comme nécessaire aux présidents des CCI, le montant des économies demandées n'est pas jugé supportable. Pierre Goguet, président de CCI France, explique  : "Nous n'avons pas voulu nous affronter avec le ministre parce que nous sommes des élus, chefs d'entreprise responsables et que nous voulons établir avec le Gouvernement un dialogue constructif mais exigeant pour continuer d'être les relais des politiques publiques de développement des entreprises sur l'ensemble du territoire. Nous ne renonçons pas à dire et démontrer que la baisse de 400 millions était insupportable. Elle aura des conséquences désastreuses sur les territoires et sur l'emploi. Même si nous contestons la trajectoire brutale du gouvernement, et avons perçu sa détermination, nous retenons toutefois quelques ouvertures comme la volonté de ne pas imposer de modèle unique, d'accompagner la transformation de notre réseau ainsi que les départs pour amortir le choc social  ou encore de vérifier, chaque année, que les décisions soient supportables".

Publié le 10/07/2018

Bon plan de l'été : des codes promos sur le store chaque mardi

Chaque mardi de cet été 2018 un code promo sera activé sur CCI store, la plateforme de e-services pour les entrepreneurs. Et l'opération commence dès ce mardi 10 juillet avec un code  de réduction de 25 € sur les frais d'ouverture d'un compte Chèque-vacances ANCV.

 

 

Ces codes concernent toutes les parties du store que ce soit l'entrepreneuriat, le développement, le financement, la gestion, le management ou la performance. Pour en bénéficier une seule condition : avoir un compte sur le store.
 

L'activation de chaque nouveau code promo sera annoncée sur les réseaux sociaux du store :
TwitterFacebook et Linkedin. Rendez-vous est donné chaque mardi !
 

Profitez dès maintenant du code pour les chèques-vacances

Publié le 03/07/2018

Lettre ouverte au nouveau président du Medef

Le Mouvement des entreprises de France (Medef) a élu, mardi 3 juillet 2018, son nouveau président. Geoffroy Roux de Bézieux succède à Pierre Gattaz. L'occasion pour le président de CCI France, Pierre Goguet de lui adresser une lettre ouverte l'invitant à inventer ensemble une nouvelle intermédiation pour les entreprises et les territoires.

 

Mots-clés :

 

Pour Pierre Goguet le Medef et les Chambres de Commerce et d'Industrie pourraient ainsi travailler de concert pour :

- construire l'Etat-plateforme ;
- étendre la "Team France" aux territoires ;
- être les incubateurs des champions de demain ;
- valoriser et protéger la "France qui gagne".

 

La lettre ouverte a été publiée dans le journal Les Echos

 

 GALA IE

Publié le 03/07/2018

Le Prix « Intelligence économique territoriale » remis au Festival de Géopolitique de Grenoble

A l'occasion du Gala de l'Intelligence Economique le 27 juin 2018 à Paris, CCI France a remis le Prix « Intelligence économique territoriale » CCI France / Portail de l'IE. Ce prix récompense une initiative territoriale devenue une référence nationale et internationale.

Mots-clés :

Le Prix « Intelligence économique territoriale » 2018 est revenu au Festival de Géopolitique de Grenoble qui fêtait cette année sa 10ème édition. Démarré sous des regards sceptiques en 2008 avec une première édition « Guerre et intelligence économique », le Festival de Géopolitique de Grenoble, organisé par Grenoble Ecole de Management, est devenu en 10 ans la référence nationale et européenne pour comprendre les enjeux géopolitiques et les tendances internationales.

 

L'édition 2018 a mis les Etats-Unis à l'honneur, proposant plus de 100 événements (conférences, tables rondes, films, remise de prix, expositions…) et rassemblant 19.345 visiteurs (50% d'augmentation par rapport à l'année précédente). Avec également 63 retransmission en live, 2 émissions de radio en direct, et près de 300 conférences des éditions disponibles en VOD, le festival est désormais  un événement vu dans le monde entier.

 

L'édition 2019  se tiendra du 13 au 16 mars 2019 sur le thème « (Des)Union Européenne ? ».

 

Retrouvez l'appel à contribution

 MOIS CYBERSECURITE 2018

Publié le 03/07/2018

Le mois européen de la cybersécurité est de retour !

Après une 5e édition très suivie en France et en Europe, le mois européen de la Cybersécurité est de retour en octobre 2018. Il mobilisera tous les acteurs de notre société pour faire face aux défis de la sécurité du numérique.

Mots-clés :

Coordonné en France par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), le mois européen de la Cybersécurité est un événement européen de sensibilisation organisé chaque année en octobre avec le soutien de l'ENISA, l'agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information. Les CCI étaient lors de l'édition 2017 impliquées dans une trentaine d'événements sur la cinquantaine ayant eu lieu en France.

 

Pendant ce mois d'octobre 2018, des activités de sensibilisation seront à nouveau organisées en France et en Europe autour des enjeux de la sécurité du numérique (menaces, bonnes pratiques, formation en SSI, etc.). Conférences, vidéos, campagnes de communication… de nombreux acteurs publics et associatifs se mobiliseront en France pour proposer un programme de sensibilisation ambitieux et pédagogique à destination des professionnels, des particuliers et des étudiants.

 

Comme en 2017, CCI France coordonnera et valorisera les initiatives des CCI et de leur écosystème (écoles, partenaires…). En savoir plus : https://www.ssi.gouv.fr/actualite/le-mois-europeen-de-la-cybersecurite-est-de-retour/

 visuel

Publié le 02/07/2018

Pollution lumineuse : les entreprises obligées d'éteindre leurs vitrines et enseignes la nuit

Depuis ce dimanche 1er juillet, l'arrêté du 25 janvier 2013 est entré en application. Les entreprises ont l'obligation d'éteindre les enseignes lumineuses et les vitrines la nuit entre 1h et 6h du matin.

Cet arrêté concerne à la fois l'éclairage intérieur émis vers l'extérieur des bâtiments non résidentiels (vitrines de commerces, bureaux…) et l'éclairage des façades. Une règle générale d'extinction est fixée et se décline comme suit :

1) les éclairages intérieurs de locaux à usage professionnel doivent être éteints une heure après la fin d'occupation desdits locaux ;
2) les éclairages des façades des bâtiments sont éteints au plus tard à 1 heure ;
3) les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d'exposition sont éteints au plus tard à 1 heure ou une heure après la fin d'occupation.

Les règles qui encadrent l'horaire de rallumage de ces éclairages sont également spécifiées :

1)les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d'exposition peuvent être allumés à partir de 7 heures ou une heure avant le début de l'activité si celle-ci s'exerce plus tôt ;
2) les éclairages des façades des bâtiments ne peuvent être allumés avant le coucher du soleil.

Les contrevenants pourront se voir couper le courant et risquent une amende d'un maximum de 750 euros.
Selon le Ministère de la transition écologique et solidaire, c'est l'émission de "plus de 250 000 tonnes de CO2" qui pourrait être évité chaque année pour "une économie de 200 millions d'euros".

 

Publié le 26/06/2018

Action Cœur de Ville : les villes impliquées réunies pour échanger

La première rencontre nationale "Action Cœur de Ville" convie les petites et moyennes villes éligibles à débattre de la mise en œuvre du programme gouvernemental auquel les CCI sont associées.

 

 

"Le cœur des villes ne s'arrêtera pas de battre tant qu'il y aura des gens convaincus que ce sont des centres de vie". Ce crédo qui ponctuait sa récente tribune dans les Echos, Pierre Goguet, président de CCI France, l'a rappelé lors de son intervention lors la première rencontre nationale "Action Cœur de Ville" organisée le 26 juin 2018 à Paris par le Commissariat à l'égalité des territoires.
Cette journée organisée à l'attention des 222 collectivités locales retenues dans le cadre du plan "Action Cœur de Ville" se déroule en présence du Premier ministre Edouard Philippe, de plusieurs ministres - Jacques Mézard, ministre de la cohésion des territoires, Delphine Geny-Stephann, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie et des finances et Julien Denormandie, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la cohésion des territoires – et des partenaires du programme de revitalisation commerciale des villes petites et moyennes (Caisse des dépôts, Action logement, Anah).
Le réseau Chambre de Comerce et d'Industrie est, lui aussi, directement impliqué pour la réussite de ce programme. Associées aux réflexions du volet commerce de ce plan transversal mobilisant acteurs publics et privés (logement, développement économique et commercial, accessibilité, stationnement, aménagement des espaces publics…), les CCI "soutiennent pleinement les objectifs et principes d'action du plan" comme le rappelle Pierre Goguet.

Ce plan ambitieux mobilise plus de cinq milliards d'euros sur cinq ans pour améliorer les conditions de vie des habitants des villes petites et moyennes et conforter le rôle essentiel des centres-villes dans l'animation et le développement des territoires. Cette conviction qu'il faut faire plus et mieux pour revitaliser les centres-villes est partagée par le réseau des CCI. Il se réjouit de cette volonté de mieux coordonner et simplifier l'intervention des acteurs locaux, de former plus les commerçants (particulièrement au numérique), de les accompagner au plus près de leurs besoins, et de solliciter pour la réussite du programme des financements privés en complément des fonds publics.
Impliquées dans la mise en œuvre du plan aux côtés des acteurs locaux (préfets, élus locaux, chambres des métiers et de l'artisanat…), les CCI mobilisent leur force de détection des besoins et d'accompagnement des commerçants (650 conseillers commerce sur l'ensemble du pays) pour réaliser des diagnostics et études, créer et animer des observatoires du commerce (72 en activité sur le territoire), former  les acteurs du management de centre-ville, et mettre en œuvre la transformation numérique des commerces. Pour relever ce défi de la digitalisation, le réseau consulaire peut s'appuyer sur des réalisations multiples des CCI susceptibles d'être partagées comme la boutique de demain ou la boutic.fr en Bourgogne-Franche Comté, mescommercantsdugrandhainaut.com dans les Hauts de France ou la boutique connectée dans le Val d'Oise, autant d'actions recensées dans le guide "accompagner la transformation numérique des commerçants".

 

Des réalisations citées lors des tables rondes du colloque "Action Cœur de Ville" par Bruno Gastinne, président de la CCI Savoie et Daniel Exartier, élu de la CCI Côte d'Or et trésorier de l'association Achatville qui déploie nationalement des plateformes digitalisées, vitrines des commerces locaux, dans le prolongement de la création de cette solution par la CCI de Grenoble dès 1999.Preuve qu'au centre des petites et moyennes villes, la place de l'innovation doit continuer de rester centrale pour continuer de faire battre le cœur des villes.


A consulter le programme de la rencontre Action Coeur de Ville

Publié le 28/06/2018

Première édition des Trophées CCI France International : les pépites récompensées

Les sept lauréats des Trophées CCI France International 2018 ont été mis à l'honneur lors d'une cérémonie qui a valorisé l'esprit d'entreprendre et d'ouverture sur le monde d'une France qui réussit à l'étranger.

 


Ci-dessus Arnaud Vaissié, président de CCI France International et Henri de Castries, le parrain de l'édition 2018

 

 

A l'invitation de CCI France International et sous le haut-patronage du président de la République, la cérémonie de remise des trophées CCIFI 2018 a réuni, le 25 juin à Paris dans une salle Wagram qui affichait complet, nombres d'acteurs de l'écosystème du commerce international, les dirigeant(e)s des CCI FI et des entrepreneurs exportateurs en présence de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères et d'Henri de Castries, président de l'institut Montaigne et parrain de cette première édition.
Cet aéropage a célébré les success stories françaises qui ont réussi à l'étranger.  A l'issue d'une sélection des meilleurs dossiers sur plus d'une centaine de candidatures proposées par 30 CCI françaises à l'étranger, les directions internationales des CCI de France et Business France, ce sont 22 entreprises finalistes qui se sont affrontées pour recevoir l'un des sept prix.
 

Les lauréats 2018 primés par les partenaires des Trophées sont :   

 

- Yapouni, pour la catégorie Startup : remis par Eric Lavost d'Eazylang, le prix récompense une jeune entreprise, Yapouni, dont la candidature a été portée par la CCIF Canada et qui a mis au point un jeu de rôle éducatif dont le but est de permettre aux enfants de 3 à 8 ans et à leurs parents de comprendre la maladie, d'appréhender le processus de soin et de dédramatiser l'hospitalisation.
 

- Ava, pour la catégorie Entrepreneur français de l'étranger : candidature portée par la CCIF San Francisco, la société Ava a développé une application qui permet une accessibilité totale pour les personnes sourdes ou malentendantes. L'application connecte les smartphones dans la salle, capture l'audio de la conversation et réinvente les technologies de reconnaissance vocale et d'identification des locuteurs pour montrer à la personne sourde, en temps réel, qui dit quoi. Elle a reçu son prix remis par French Partners.

- Zero.1, pour la catégorie Innovation : remis par Kompass, ce trophée de l'innovation récompense le leader mondial pour les solutions d'internet par la lumière "Li-Fi" dont la candidature a été soutenue par la CCIF Dubai. Zéro.1 a en effet développé et breveté un modem qui se connecte à n'importe quelle lampe LED et la rend automatiquement "Li-Fi".
 

- 42 pour la catégorie Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) : le cabinet d'audit Mazars a remis le trophée RSE à l'établissement  de formation en  informatique "42" dont l'un des fondateurs est Xavier Niel, le patron de l'opérateur Free. Un centre de formation pas tout à fait comme les autres car entièrement gratuit, ouvert à tous les postulants âgés de 18 à 30 ans, qui a pour vocation d'offrir à l'industrie du numérique les développeurs informatiques qui lui font défaut. Un prix qui célèbre une démarche de formation exemplaire revendiquant "zéro préjugé sur les capacités des apprenants et zéro sélection par l'argent". La candidature de 42 a été proposée et soutenue par la CCIF San Francisco.
 

- Staphyt, pour la catégorie Meilleure performance à l'export : c'est Pedro Novo de Bpi France qui a remis le Trophée de la meilleure performance à l'export à ce qu'il a qualifié de « une sublime aventure familiale », celle de la société Staphyt soutenue par CCI International Hauts-de-France. Leader en prestation de services dans le domaine des agro-sciences en Europe, Staphyt propose un accompagnement sur mesure aux professionnels du secteur de l'agrochimie et de la sélection de semences. Une très belle success story présentée sur le site de la CCI des Hauts-de-France.
 

- Cuki Group, pour la catégorie Meilleure implantation étrangère en France : société italienne spécialisée dans la production de barquettes en aluminium et en papier cartons pour le marché de l'agroalimentaire, financée par un investisseur français, Cuki Group  a installé en France une usine de production employant 45 collaborateurs et réalisant un chiffre d'affaires de 10 M€. Pascal Cagni et Christophe Lecourtier de Business France ont remis au lauréat son trophée saluant la meilleure implantation étrangère dans notre pays.
 

- Olmix Group, pour la catégorie Trophée spécial du jury, remis par International SOS. Soutenue par la CCIF Pays-Bas, la candidature d'Olmix Group a recueilli les faveurs du Jury qui lui a décerné son prix spécial remis par International SOS, société de prévention et d'assistance médicale et de sécurité pour des entreprises menant des opérations à l'étranger. Un prix spécial qui valorise l'attractivité des solutions naturelles d'Olmix Group, aux vertus médicinales et nutritionnelles, élaborées à base d'oligoéléments, d'argile et d'algues (rouges, vertes et brunes).
 

Cette cérémonie s'est déroulée la veille de l'Assemblée Générale de CCI France International qui a enregistré l'entrée de trois nouveaux membres : Ontario, Mozambique et Qatar.
Rendez-vous à ces nouvelles CCI FI et aux 120 autres en 2019 pour la deuxième édition des Trophées pour "célébrer les réussites et ceux qui ont su prendre des risques et portent l'image de la réussite de la France à l'étranger" comme l'a résumé, le parrain de l'édition de cette année, Henri de Castries.

Retrouvez les moments forts de cette première édition des trophées sur le compte Twitter de CCi France International

Publié le 25/06/2018

Webinaires sur l'opération "TPE & PME gagnantes sur tous les coûts"

L'ADEME et CCI France vous proposent des webinaires de 30 minutes pour découvrir l'opération "TPE & PME gagnantes sur tous les coûts"

Mots-clés :

Opération TPE-PME gagnantes sur tous les coûts

80% des entreprises peuvent économiser plus de 180€ par an et par salarié en optimisant leurs flux matières, énergie, eau & déchets : Pourquoi pas vous ?

A la demande des organisations professionnelles partenaires, des chambres de commerce et de l'industrie et des chambres de métier, L'ADEME a développé un accompagnement pour aider les entreprises (établissements de moins de 250 salariés) à identifier et réaliser ces économies.

 

L'ADEME vous invite à un webinaire dédié aux entreprises de 20 à 250 salariés, pour vous présenter cet accompagnement :

  • Comment ont été démontrées ces économies?
  • Comment les réaliser ?
  • En quoi consiste l'accompagnement ?
  • A quelles entreprises est il destiné ?
  • Qui réalise l'accompagnement ?
  • Quel est son prix ?
  • Quelle garantie de résultat ?
  • Comment en bénéficier ?

A l'issue de cette présentation, l'ADEME répondra à vos questions.

Ce webinaire dure 30 minutes. Pour vous inscrire, cliquez ci-dessous :

Inscription au webinaire du 28 juin à 8h30

Inscription au webinaire du 19 juillet à 8h30

Inscription au webinaire du 31 août à 8h30

Inscription au webinaire du 11 septembre à 8h30

 

Pour plus d'informations sur l'opération : www.gagnantessurtouslescouts.fr 

Consultez l'article CCI.FR du 13/11/17 sur le lancement de l'opération

Publié le 22/06/2018

Marché public d'usine à sites pour les CCI : le dossier de consultation est en ligne

La présente consultation publiée sur la plateforme des achats de l'Etat concerne la création, le développement, le déploiement, l'intégration, la formation, l'hébergement et la maintenance d'une « usine à sites web » pour le réseau Chambre de Commerce et d'Industrie. La date limite de remise des offres est fixée au 20 juillet 2018, à 12h.

 

Dans le dossier de consultation les candidats trouveront :

 

-    Le cadre fonctionnel général ;
-    Le règlement du dialogue compétitif ;
-    Les documents à remplir et à retourner à CCI France ;
-    La présentation du projet CCIwebfactory et le compte rendu des questions-réponses des réunions d'information organisées les 15 et 16 mai derniers.

 

Ces éléments sont accessibles sur la plateforme des achats de l'Etat

Publié le 20/06/2018

Première édition des Trophées CCI France International : la performance française à l'honneur

Une centaine de candidatures d'entreprises présentes un peu partout dans le monde, 22 finalistes à Paris pour sept lauréats primés, les Trophées CCI FI témoignent du dynamisme et du sens de l'innovation des success stories françaises à l'international et de la mobilisation de leurs partenaires.

Mots-clés :

 

Les trophées des trophées ! C'est en résumé l'esprit de cet événement organisé le 25 juin 2018, salle Wagram à Paris à partir de 19 heures, par le réseau CCI France International dont l'objectif est de valoriser les plus belles réussites d'entreprises françaises à l'international dont la performance, l'innovation et le dynamisme ont été déjà mis en exergue par plus de 30 Chambres de Commerce et d'Industrie françaises qui, chaque année, décernent des prix à près de 150 entreprises à travers le monde. A Paris, ce sont sept lauréats qui seront récompensés parmi les 22 finalistes retenus à l'issue de la sélection des 101 dossiers d'entreprises transmis par les CCI FI donc, mais aussi par les CCI de France qui accompagnent les entreprises à l'export et par Business France qui a fourni des dossiers d'investisseurs étrangers.  Ces trophées et prix seront remis devant 500 participants (les CCI FI venus de 70 pays, les partenaires des Trophées CCI France International, les pouvoirs publics et, bien sûr, des entrepreneurs) sous le parrrainage d'Henri de Castries, président de l'Institut Montaigne et en présence de Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères.


Les récompenses seront décernées dans sept catégories :

- Startup : une entreprise récemment créée, par au moins un français, se distinguant par sa créativité, son originalité, son dynamisme, ses perspectives de croissance ou sa capacité à lever des fonds
- Entrepreneur français à l'étranger : une entreprise initiée à l'étranger, par au moins un français (sans lien avec une entreprises en France), à la trajectoire exemplaire ou aux perspectives de croissance remarquables
- Innovation : une entreprise française ayant développé une innovation technologique qui contribue au développement commercial entre la France et l'international
- Responsabilité sociétale des entreprises : une entreprise engagée dans un processus visant à intégrer dans ses opérations commerciales et sa stratégie les préoccupations sociales, environnementales, éthiques ou relatives aux droits de l'homme
- Meilleure performance à l'export : une entreprise qui s'est distinguée par l'efficacité de sa stratégie de développement à l'export avec des résultats probants et une progression notable de son chiffre d'affaires export
- Meilleure implantation étrangère en France : une entreprise étrangère ayant investi en France durant les 3 ou 4 dernières années avec des apports notables en matière de création d'emplois, d'innovation, d'impact économique sur le territoire et d'investissement réalisé
- Trophée spécial du jury : une entreprise "coup de cœur" du jury récompensée sans référence à des critères fixes.

 

En faisant le choix d'une multiplicité de catégories, les organisateurs ont voulu valoriser la réussite à l'international dans sa diversité. Ils ont voulu aussi, alors que le Gouvernement a fait de l'exportation une cause nationale, "rassembler tous les acteurs du dispositif du commerce extérieur de la France, unis dans un même effort collectif pour redonner à la France une place de premier plan sur les marchés internationaux", encourage Arnaud Vaissié, Président de CCI France International.

"Seul un réseau aussi étendu que le nôtre peut effectuer une telle identification de pépites et de success stories sur un tel nombre de pays" constate Charles Maridor, Directeur du réseau CCI France International.  Mais, réunir et récompenser ces très belles réussites françaises à l'international c'est aussi et avant tout un symbole et un message : celui d'une mobilisation collective des forces et des expertises des différents partenaires des entreprises, spécialisés dans l'accompagnement des entreprises dans leur développement à l'export et leur implantation à l'étranger. Cette synergie des acteurs tricolores, voulue par le Gouvernement, va s'exprimer sous la forme d'une "Team France Export" (en cours de mise en place) et à laquelle participent notamment Business France et le réseau des CCI (de France et à l'international).

 

 

Publié le 19/06/2018

Communiqué de presse Projet de loi PACTE

Le projet de loi PACTE présenté hier en Conseil des ministres était très attendu par les entreprises et les acteurs économiques.

Le réseau des CCI salue ce texte qui contient plusieurs dispositions impactant directement les CCI ainsi que leurs ressortissants.

Mots-clés :

Communiqué de presse

Paris, le 19 juin 2018

 

 

 

 

 

 

Le projet de loi PACTE présenté hier en Conseil des ministres était très attendu par les entreprises et les acteurs économiques.

Le réseau des CCI salue ce texte qui contient plusieurs dispositions impactant directement les CCI ainsi que leurs ressortissants :

  • Dans un objectif de modernisation du réseau des CCI, celles-ci auront notamment la possibilité d'exercer toutes leurs missions prévues par la loi au travers de services numériques, à l'image du CCI Store, mais aussi de proposer plus de prestations relevant du champ concurrentiel, ou encore de recruter du personnel plus aisément au moyen de contrat de droit privé ;
  • Dans une logique de simplification pour les entreprises, l'ensemble des centres de formalités des entreprises (CFE) sera remplacé par un Guichet unique dématérialisé, tout en maintenant un accompagnement ante et post création proposé par les Chambres de commerce et d'industrie. Cette mesure est accompagnée de la création d'un registre unique des entreprises et d'un seul numéro les qualifiant ;
  • En vue d'alléger les charges des entreprises et pour favoriser leur croissance et l'emploi, le projet de loi prévoit également le gel des seuils des effectifs.

Le texte contient de nombreuses autres mesures attendues par les entreprises, comme la suppression de l'obligation de se former auprès d'un organisme déterminé avant de créer certains types d'entreprises, ou encore la réduction de la période des soldes, proposition portée par les CCI notamment lors de la dernière consultation lancée par Bruno Le Maire en octobre 2017 dans le cadre de la Commission de concertation du commerce (3C).

Le réseau des CCI restera vigilant quant à l'évolution de chacune des mesures du projet de loi, mais également concernant les moyens que le Gouvernement conservera pour financer un accompagnement performant dont les TPE-PME ont besoin.

 


Contact presse : Françoise Fraysse - T. 01 40 69 37 16 – 06 79 94 59 90

CCI France est l'établissement national fédérateur et animateur des Chambres de Commerce et d'Industrie françaises. Porte-parole des 125 chambres locales, régionales, et des DOM-COM, CCI France représente et défend les intérêts des 2 500 000 entreprises ressortissantes auprès des pouvoirs publics français et européen. Elle joue son rôle de corps intermédiaire à vocation économique pour promouvoir le développement des entreprises et des territoires.

 

46-48 avenue de la Grande Armée – CS 50071 - 75858 Paris Cedex 17 - T. 01 40 69 37 00 www.cci.f

 Kit de sensibilisation Cybermalveillance

Publié le 18/06/2018

Cybermalveillance : un premier kit de sensibilisation pour les particuliers et professionnels

Le programme gouvernemental Cybermalveillance.gouv.fr, dont le réseau Chambre de Commerce et d'Industrie est membre, a publié le premier volet de son kit de sensibilisation. A travers des vidéos ou des fiches pratiques, ce kit vise à sensibiliser aux questions de cybersécurité, à partager les bonnes pratiques dans les usages personnels et à améliorer les usages dans le cadre professionnel.

 

Mots-clés :

Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État chargé du numérique, présente le kit de sensibilisation
 

Le premier volet de ce kit de sensibilisation comporte quatre thématiques :

-    comprendre pourquoi et comment séparer ses usages personnels et professionnels des outils numériques ;
-    apprendre à gérer ses mots de passe efficacement et de manière sécurisée ;
-    comprendre l'hameçonnage (phishing), s'en prémunir et y faire face ;
-    apprendre à protéger les téléphones portables et tablettes.
 

Outre le kit de sensibilisation Cybermalveillance.gouv.fr propose également un service d'aide et d'accompagnement aux victimes de cybermalveillance ainsi qu'un enregistrement des prestataires de services susceptibles d'apporter une assistance technique de proximité aux victimes d'actes de cybermalveillance.

 

 

Inscrivez-vous pour le second volet du kit de sensibilisation

Publié le 15/06/2018

La CCI de Pau Béarn agit pour les commerçants touchés par les inondations

"Nous avons envoyé un e-mail à la CCI", explique France Friche, présidente des commerçants de Salies-de-Béarn (Pyrénées-Atlantiques), aux journalistes de France 3 Nouvelle Aquitaine (sujet repris dans les journaux matinaux de France 2 ce vendredi matin), pour illustrer le désarroi des commerçants qui ont "tout perdu" lors des inondations. Le reportage ne montre cependant pas les suites et la réaction de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Pau Béarn.

 

 

"Nous avons bien reçu l'e-mail de la présidente des commerçants de Salies !",  explique Michel Olivé, directeur des affaires générales de la CCI de Pau Béarn. "En prévision des conséquences pour les entreprises nous avons déclenché notre cellule de crise inondations. Les collaborateurs de la CCI sont mobilisés pour assurer qui des mesures d'accompagnement, qui des actions de solidarité pour que l'activité économique soit la moins impactée possible. Il est important de préciser que nous travaillons en lien avec les collectivités locales concernées."

Concrètement les entreprises touchées peuvent contacter la CCI (par téléphone - 05 59 82 51 29 - ou par e-mail - commerce@pau.cci.fr –) qui recense tous les besoins.
Parmi les actions d'accompagnement mises en place en plus des mesures d'assistance auprès des organismes fiscaux et sociaux, banques (modèle de courrier type, guide de redémarrage d'activité), on peut citer la mise à disposition de constructions modulaires et de containers pour stocker les marchandises ou encore des systèmes de gardiennage. La CCI tient également un listing d'artisans du bâtiment ainsi qu'un listing d'entreprises de transport et manutention pour intervention dans les plus brefs délais. Un système de prêt de matériel a également été créé et un appel à la solidarité pour dons matériels et financiers a été lancé.
 

Cette action n'est pas isolée. Le réseau Chambre de Commerce et d'Industrie a déjà pu montrer sa réactivité et sa forte capacité de mobilisation. Pendant les inondations de juin 2016, qui avaient touché une quinzaine de départements autour des bassins de la Seine et de la Loire, les CCI de l'Essonne, de la Seine-et-Marne ou encore du Loiret avaient mis en place des cellules de crise pour conseiller et accompagner les entreprises dans leurs démarches. En 2015, suite aux intempéries du 3 octobre, la CCI Nice Côte d'Azur avait piloté un dispositif d'accompagnement au profit du millier d'entreprises et de commerces sinistrés.
 

Le tour de France "Les entreprises face au risque inondation"

Et, les CCI ne font pas que de l'action d'urgence. Depuis l'année dernière les CCI organisent un tour de France sur le thème "Les entreprises face au risque inondation". Ces réunions sont publiques, gratuites et à destination des chefs d'entreprise. Elles leur permettent, entre autre, de mieux appréhender leur niveau d'exposition et les actions à faire pour réduire leur vulnérabilité. Ces réunions permettent également de faire remonter les attentes des entreprises, notamment auprès des assureurs et des pouvoirs publics.

A noter que, post-catastrophe, les deux principales demandes des entreprises sont des besoins immédiats de trésorerie et d'accompagnement pour les démarches avec l'administration et les assureurs. Leurs attentes à l'égard des pouvoirs publics sont principalement des aides financières, des délais de paiement pour les cotisations sociales et fiscales et une simplification des démarches administratives.

Les CCI agissent en partenariat avec de nombreux acteurs : la Fédération Française de l'assurance, l'association Mission risques naturels, Enedis, l'Association Française des établissements  publics territoriaux de bassin, les Chambres des métiers et de l'artisanat et avec le soutien de la direction générale de la prévention des risques du ministère de la transition écologique et solidaire.

 

Un autodiagnostic développé par la CCI du Var

La CCI du Var est, par ailleurs, en train de développer un "parcours inondations" avec un site internet d'autodiagnostic sur le risque inondation qui sera accessible à toutes les entreprises du Var (dispositif qui pourra, à terme, être étendu au niveau national).
 
Cette action permet un accompagnement personnalisé du chef d'entreprise. Après l'évaluation en ligne, il recevra la visite d'un conseiller de la CCI pour dresser le bilan et l'aider à la mise en œuvre d'actions préventives et pour aller plus loin, il pourra bénéficier d'un audit réalisé par un expert mandaté par la collectivité territoriale partenaire.

 

Publié le 26/03/2018

Forum RESET le 10 avril à Marseille

REdonner du Sens aux Entreprises et aux Territoires

Mots-clés :

Forum national RESET

Le 10 avril 2018 - 8h30 - 19h - Marseille

Un forum qui cite ce qui marche et incite les entreprises et les territoires à produire, manager & croître autrement
« Quand entreprises et territoires se réinventent … ! » sera la thématique de cette 4ème édition.

Venez découvrir comment ces acteurs réinventent l'entreprise et le territoire, des opportunités de business, et deviennent des sources d'inspiration !

RESET - programme


Palais des Congrès / Parc Chanot / Marseille

Programme et inscription: www.forumreset.com

 FESTIVAL FILM SECURITE

Publié le 11/06/2018

Festival du Film Sécurité - 2 octobre 2018

Proposez votre film et/ou inscrivez vous !

Mots-clés :

La 2nde édition du Festival du Film Sécurité, organisé par le cluster Security Systems Valley, se déroulera le mardi 2 octobre 2018 au Centre des Arts puis au Resort Barrière d'Enghien-les-Bains, avec le soutien de CCI France et de la CCI du Val d'Oise.

La compétition vise à récompenser les meilleurs films traitant de sûreté, sécurité ou maîtrise des risques. L'objectif est de sensibiliser les décideurs, les entreprises, les salariés et usagers aux enjeux du secteur par le biais de productions audiovisuelles. Si vous êtes à l'initiative d'un film qui aborde ces thématiques, le Festival du Film Sécurité est fait pour vous ! N'hésitez pas y inscrire votre film et à réserver votre pass à la journée. 

En 2016, La 1ère édition du Festival de Film Animation avait rencontré un franc succès, avec plus de 90 films présentés, 22 films nominés et 7 films primés dans les catégories suivantes, renouvelées en 2018 :

  • Grand Prix du Jury
  • Meilleur scénario
  • Meilleure réalisation
  • Meilleur film Produit
  • Meilleure Communication interne
  • Meilleure Communication externe
  • Meilleur film d'animation

PROGRAMME

A partir de 9h au Centre des Arts - Conférences et projections : Un cycle de conférences et tables rondes rassemblant des experts en sûreté et sécurité abordera les problématiques de sécurité en lien avec l'image et le numérique. Tous les films sélectionnés pour la compétition seront projetés au cours de la journée. Le programme détaillé sera mis en ligne prochainement.

A partir de 18h30 au Resort Barrière - Soirée de prestige La soirée de prestige est accessible sur réservation d'un "Pass Festival". Un cocktail précédera la cérémonie de remise des Trophées et le dîner de gala clôturera la journée.

 

LIENS UTILES

Réserver son pass

Inscrire un film

Retour sur l'édition 2016

 

Pour toute question à propos du Festival, vous pouvez contacter directement l'équipe par email contact@security-systems-valley.fr ou par téléphone au +33 (0)1 34 25 32 42.

 journée mondiale des océans

Publié le 08/06/2018

Sylvain Boucherand : "Valoriser les entreprises exemplaires : un facteur d'entraînement de l'engagement en faveur de la biodiversité"

Sept ans d'actions et de réflexion ! Le Tour de France de la biodiversité fête, en 2018, ses sept années d'existence. Lancé en 2011, soit 5 ans avant la loi éponyme, il a pour vocation de sensibiliser et de convaincre les entreprises de leur rôle dans la protection de l'environnement mais aussi de l'opportunité économique d'un engagement en faveur de la préservation des ressources naturelles. A l'occasion de la journée mondiale des océans du 8 juin et de la 32ème étape du Tour de France de la Biodiversité organisée par la CCI du Morbihan, Sylvain Boucherand, élu de la CCI de Grenoble et élu référent du réseau Chambre de Commerce et d'Industrie sur la biodiversité dresse un bilan du tour de France et de la mobilisation des entreprises.

 

Sylvain BOUCHERAND est administrateur de l'association Humanité et Biodiversité et Président de la plateforme Responsabilité Sociale d'Entreprise (RSE) à France Stratégie.

 

CCI France : La sensibilisation précoce des entreprises dans le cadre du Tour de France de la Biodiversité a-t-elle porté ses fruits ?

 

Sylvain Boucherand : "Le réseau Chambre de Commerce et d'Industrie s'est saisi très tôt des enjeux de biodiversité - bien avant l'adoption de la Loi du même nom - et a inscrit son action de sensibilisation et de mobilisation des entreprises dans la durée. Le Tour de France de la Biodiversité a su trouver sa place et un écho dans les territoires auprès des acteurs économiques. Nous comptabilisons à ce jour 32 étapes organisées dans quasiment toutes les régions de France qui ont accueilli environ 3200 participants. Au fil du temps, nous sommes passés d'un discours global de sensibilisation des entreprises sur les enjeux de la biodiversité à des réponses aux questions spécifiques et souvent très précises que se posent les entreprises sur leur activité au quotidien. Les étapes du Tour de France ont permis de susciter des engagements d'entreprises en faveur de la biodiversité. On assiste à un début de prise de conscience de leur responsabilité et nous enregistrons, à ce titre, des retours d'expérience intéressants, même si, au regard du nombre d'entreprises en France, il y a encore beaucoup à faire !"


CCi France : Vous parlez de prise de conscience de la responsabilité des entreprises. Peut-on considérer qu'elles perçoivent maintenant la biodiversité non plus simplement comme une contrainte réglementaire mais aussi comme une opportunité de développement économique ?


SB : "Je constate que les chefs d'entreprise viennent souvent nous voir à l'issue des présentations que nous faisons pour nous confier qu'ils avaient une autre vision de la biodiversité qui, il faut le reconnaitre, était essentiellement restrictive. Notre discours porte prioritairement sur le potentiel économique de la biodiversité et sa dimension éthique. Outre le développement de l'économie verte et bleue, trois arguments soulignent l'importance économique de la biodiversité. Préserver les ressources naturelles c'est d'abord essentiel pour certaines activités industrielles ayant massivement recours pour leur production de biens ou de services à des éléments comme l'eau ou au sable par exemple. Protéger la qualité des espaces naturels et la biodiversité des espères représente aussi un investissement pour valoriser le potentiel touristique d'un territoire. Et enfin, et c'est une dimension encore largement sous-exploitée de la biodiversité, elle peut être une formidable source d'innovations. Ce que l'on appelle le bio mimétisme c'est-à-dire la capacité à s'inspirer  du fonctionnement du monde vivant, de son organisation et de ses capacités d'adaptation pour développer de nouveaux process, de nouveaux services. C'est clairement une autre vision de la biodiversité ! Une vision qui conduit les entrepreneurs à faire évoluer leur business model pour réduire l'impact de leur activité sur les écosystèmes, et la rendre au final plus durable. Une vision qui les incite aussi à saisir des opportunités de développement au départ insoupçonnées."


CCI France : Pour convaincre les entreprises d'aller dans ce sens, pensez-vous qu'il est plus utile d'agir au niveau des filières d'activité (le tourisme, les transports, les carrières par exemple) ou au niveau des territoires en prenant en compte les spécificités géographiques (littoral, montagne, urbain, zones protégées…) ?

 

SB : "Je pense qu'il faut idéalement agir sur les deux fronts à la fois. En effet, le prisme de la biodiversité demande de mener une réflexion sur la filière, ses caractéristiques et les contraintes liées à l'activité, mais aussi, bien évidemment, sur les particularités du territoire sur lequel l'entreprise est installée, autrement dit, sur son écosystème. Cet angle d'approche et de traitement systémique de la biodiversité est pertinent pour prendre en compte la chaîne de valeur de la production du bien ou du service et mobiliser localement des partenaires pour agir de façon efficace et concertée. On peut alors parler de démarches de responsabilité sociétale d'entreprise. A ce titre, l'implication des partenaires est essentielle pour accompagner les entreprises. Nous l'avons d'ailleurs intégré en accueillant, au fil des éditions du Tour de France et pour l'animation de celles-ci, de nouvelles structures. Aux partenaires historiques comme Humanité et Biodiversité, se sont ajoutées, notamment, l'agence française pour la biodiversité, l'association française des entreprises pour l'environnement ou la CDC biodiversité. Ces partenaires apportent leur expertise, leurs outils pour aider les entreprises à mieux prendre en compte la question de la biodiversité dans la gestion de leur activité. Et pouvoir, ainsi, mettre en pratique leur engagement."


CCI France : Le mode opératoire ERC - acronyme de Eviter, Réduire, Compenser - de la loi biodiversité est-il suffisant pour faire agir les entreprises ou bien faut-il le compléter ?

 

SB : "C'est une base solide pour structurer la démarche des entreprises, et ce, principalement, pour des projets d'installation ou d'aménagement d'activité. Le tryptique ERC peut servir de guide ou de principes de philosophie générale, en considérant qu'il faut d'abord réduire ses impacts sur la biodiversité avant de mettre en place des actions de compensation. Mais, sur la base de notre expérience au contact des entreprises, il pourrait aussi être pertinent d'agir sur un autre levier. Valoriser les entreprises exemplaires est un facteur d'entraînement de l'engagement en faveur de la biodiversité. Elle pourrait permettre, de créer une dynamique pour susciter une adhésion plus large à la biodiversité. On peut imaginer la remise d'un label national ou toute autre forme de reconnaissance permettant d'entretenir une dynamique vertueuse."

 

 

En savoir plus sur les tours de France CCI

 

 visuel

Publié le 30/05/2018

Vianney de Chalus : "In Normandy, une expérience en immersion dans le monde de demain"

Les Chambres de Commerce et d'Industries (CCI) de Normandie organisent les jeudi 31 mai et vendredi 1er juin  2018, au centre international de Deauville, la première édition du salon "IN NORMANDY", le rendez-vous de l'innovation et du numérique pour les entreprises et les collectivités, qui sera inauguré en présence de Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat auprès du premier ministre, chargé du Numérique. Les 4000 visiteurs attendus pourront visiter les stands de 250 exposants et assister aux démonstrations de solutions dans sept espaces thématiques dédiés au futur de la ville, de l'usine, du commerce, de la santé, de la logistique, de l'entreprise et du business.


Vianney de Chalus, Président de la CCI Normandie, présente l'évènement et ses objectifs.

 

Pourquoi cet évènement In Normandy ?

Vianney de Chalus : "Justement, pour créer un événement, ou plus précisément un rendez-vous permettant de faire connaître la richesse de l'écosystème du numérique et de l'innovation en Normandie (1). Cette idée est née d'un constat : année après année, les entreprises innovant dans le digital et les start-ups de notre région allaient au CES de Las Vegas mais aussi à Vivatech, qui vient d'avoir lieu à Paris, pour présenter leurs réalisations les plus exemplaires. Il nous a semblé indispensable d'organiser dans notre territoire un rendez-vous de proximité pour mettre en scène la créativité et le dynamisme de nos pépites, leur offrir la possibilité de présenter leurs solutions centrées clients aux PME/TPE et aux collectivités de la région, et générer ainsi des contacts d'affaires intéressants (2). Preuve de ce dynamisme, 250 exposants nous ont fait confiance dès cette première édition d'In Normandy."

 

Vous parlez de mise en scène des solutions digitales, qu'en est-il exactement ?

VdC : "L'événement a été pensé pour permettre aux dirigeants et aux décideurs régionaux, de découvrir de façon originale les nouvelles tendances et des solutions différenciantes applicables directement au sein des entreprises et collectivités territoriales. Bien sûr sous la forme de pitchs d'entrepreneurs mais pas seulement ! Nous avons voulu faire vivre aux visiteurs une expérience en immersion dans le monde de demain en organisant des parcours de découverte digitale dans des univers très variés. Dans des décors et des espaces scénarisés, et avec des guides, ils pourront par exemple découvrir les villes, usines ou commerces de demain mais aussi les opportunités nouvelles générées par le numérique dans la logistique ou la santé."

 

C'est aussi pour les CCI de Normandie le moyen de présenter leur offre d'accompagnement en matière de digital ?

VdC : "Notre analyse est que, sans transition numérique, une entreprise sur deux n'existera plus dans 5 ans. Cela s'applique à tous les domaines de son activité : dans les relations avec les donneurs d'ordre, pour fidéliser ses clients, pour répondre à un appel d'offre… Le numérique est déjà incontournable et il ne faut pas le craindre.
Mais force est de reconnaitre que, pour l'heure, les PME normandes sont en retard dans ce domaine…. Le développement du numérique est donc une priorité pour le réseau des CCI de Normandie, l'un de ses axes stratégiques d'intervention. Nous avons pour ce faire mis en place des outils spécifiques. Citons, le CCI Linkhub, pour l'accueil et l'incubation de start-ups au sein même des entreprises, CCI Business, la plateforme de veille sur les grand marchés d'investissement et outil de mise en relation entre donneurs d'ordres et prestataires, ou encore CCI Baseco qui rassemble 250 millions de données sur l'économie normande. Et bien sûr, le tout nouveau CCI store, première marketplace des solutions digitales et innovantes B to B pour accélérer la croissance et simplifier la vie des entreprises, développée par le réseau des CCI qui vient d'être lancée à Vivatech, le 24 mai. Une double actualité qui démontre le virage pris par les CCI pour soutenir l'écosystème numérique et la transformation digitale des entreprises et mettre ainsi en relation ces deux acteurs, les start-ups et les entreprises dites traditionnelles."

 

Pour découvrir les animations du rendez-vous In Normandy
My Smart Enterprise
My Smart Business
My Smart Factory
My Smart Logistic
My Smart Health
My Smart Shop
My Smart City

 

(1) "In Normandy" fédère quatre évènements normands importants dans le domaine du digital : le salon Industrie du Futur, organisé par l'Agence de Développement de Normandie, la 6ème édition du salon Normandigital, les "Rendez-vous d'Affaires de Normandie" des CCI (2000 rendez-vous planifiés pour la seule journée du 31 mai), et enfin, le Forum de l'achat public d'innovation, organisé avec l'UGAP et la Préfecture de Normandie.
(2) A noter que le salon ouvrira ses portes aux étudiants et apprentis du supérieur le vendredi 1 er juin pour promouvoir l'innovation auprès du plus grand nombre.