Sommaire 

 Logo 2017 Année Internationale du Tourisme Durable

Publié le 17/01/2017

Lancement de l'Année Internationale du Tourisme Durable : IY2017

Cette année internationale vise à sensibiliser décideurs politiques, entreprises et société civile, et à mobiliser toutes les parties prenantes pour faire du tourisme un catalyseur de changement positif.

Mots-clés :

Il est attendu de cette Année qu'elle encourage le passage à des politiques, à des pratiques commerciales et à un comportement du consommateur allant vers un tourisme plus durable.

L'année internationale du Tourisme durable mettra plus particulièrement en lumière le rôle du tourisme dans les cinq grands domaines suivants :

  1. Croissance économique inclusive et durable
  2. Inclusion sociale, emploi et réduction de la pauvreté
  3. Utilisation rationnelle des ressources, protection de l'environnement et changements climatiques 
  4. Valeurs culturelles, diversité et patrimoine 
  5. Compréhension mutuelle, paix et sécurité.  

L'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a été sélectionnée pour organiser et mettre en œuvre cette Année internationale du tourisme durable, en collaboration avec les gouvernements, les organisations onusiennes, les organisations internationales et régionales et toutes les parties prenantes intéressées.

Partageant cette vision du tourisme, CCI France souhaite dans le cadre de cette Année internationale :

  • Valoriser au niveau national et international les actions de CCI France et de son réseau,
  • Renforcer ses partenariats avec les acteurs institutionnels et privés,
  • Valoriser les initiatives des professionnels français et renforcer l'image de la France comme destination touristique durable à l'international.

Plus d'informations sur le tourisme durable

Plus d'informations sur l'Année internationale du tourisme durable 

Publié le 17/01/2017

La Grande Consultation des Entrepreneurs - Le bilan 2016

Les entrepreneurs consultés ont témoigné de leur confiance dans leurs propres perspectives de développement de leur activité mais pas au point de prendre des risques et malheureusement de créer de l'emploi.

Neuf études compilées, analysées et mises en perspective, le bilan 2016 du baromètre « la grande consultation des entrepreneurs », lancé en 2015 par CCI France et réalisé par OpinionWay, offre une vision riche d'enseignements de la perception par les chefs d'entreprise des politiques publiques.

Le baromètre a mesuré les réactions des dirigeants d'entreprise aux événements dramatiques (attentats terroristes) et à d'autres plus réjouissants (Euro 2016) de cette année, aux décisions inattendues (Brexit, élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis d'Amérique) et à celles plus indécises (candidatures à l'élection présidentielles de 2017), et bien sûr, à l'action des pouvoirs publics contre le chômage.

Dans ce climat, les entrepreneurs consultés cette année ont témoigné de leur confiance dans leurs propres perspectives de développement de leur activité mais pas au point de prendre des risques et malheureusement de créer de l'emploi.

Un baromètre qui confirme également les atouts reconnus de notre pays pour relever de nouveaux défis : la qualité de sa formation, ses investissements en faveur de la recherche et le soutien à l'innovation. Autant d'atouts pour croire au potentiel de la France et de questionnements à venir pour corriger les faiblesses de notre croissance.

Téléchargez le bilan 2016 de la Grande consultation des entrepreneurs

 

Publié le 17/01/2017

Market Insight & Market Intelligence

Interview de Philippe Clerc dans le cadre du Livre Blanc Market Intelligence

Mots-clés :

PHILIPPE CLERC, conseiller expert en Intelligence Economique internationale à CCI France. Président de l'Association internationale francophone d'Intelligence Economique, et, depuis 2013, président du comité d'orientation sur l'Intelligence Economique de l'ITC (Centre du Commerce International, ONU/OMC) à Genève, a été interviewé dans le cadre du Livre Blanc Market Intelligence, publié par l'Argus de la Presse.

Le Market Insight permet d'avoir une vision globale sur l'ensemble des champs couverts par la Market Intelligence. Philippe Clerc, quelle est votre définition de la Market Intelligence ? 

La Market intelligence est à la fois un résultat et un processus. Résultat, il s'agit de l'information et de la connaissance obtenues légalement sur l'activité du ou des marchés de l'entreprise, ou d'un groupe d'entreprises (réseau, grappe, cluster), afin d'orienter sa stratégie de recherche d'occasions de marché, de conquête ou de développement de marché. Processus, il s'agit ici du cycle de recueil, d'analyse, de protection et de diffusion aux décideurs de cette information, de données internes et externes, afin qu'ils disposent d'une forte connaissance des situations et des besoins actuels et futurs des clients. Le livrable, le résultat, est une vision approfondie, une image complète du marché : données clients, profils clients, habitudes et pratiques des clients, tendances, mais aussi informations sur les concurrents.

Résultat et processus, la Market Intelligence est partie intégrante de la démarche d'intelligence stratégique de l'entreprise ou du groupe d'entreprises. La révolution numérique et les innovations disruptives qu'elle engendre, bouleversent à la fois le résultat et le processus. Car, en effet, la révolution des données et les technologies du Big Data Analytics offrent à ceux qui les maîtrisent un avantage stratégique sans pareil. Nous changeons alors de paradigme : ciblage (individualisation dans la multitude), veille et analyse en temps réel, capacité prédictive sur les comportements et les mutations...

Une fois l'information collectée, traitée et analysée, comment déclencher l'action ?

Par la mise en place d'un dispositif d'intelligence organisationnelle qui relie le management à l'intelligence stratégique, ici la Market Intelligence, aux objectifs stratégiques. Alimenter la prise de décision doit se faire selon un circuit court et communiquant.

Comment, aujourd'hui, les entreprises françaises ont-elles appréhendé et intégré la Market Intelligence ?

La Market Intelligence, à condition qu‘elle soit intégrée dans la stratégie d'Intelligence Economique de l'entreprise, revient en force et prend une place centrale.

La révolution numérique, l'e-commerce et l'e-export placent aujourd'hui le client, véritable système d'information, partenaire incontournable, au cœur de l'entreprise. J'ai souvenir du résultat de cette étude internationale de Deloitte auprès des grandes entreprises à la fin des années 90, soit au début de notre révolution numérique. Plus les entreprises accroissaient la qualité du service et des produits, plus le client était insatisfait ! Simple : nos entreprises et ce, quelle que soit leur nationalité, restaient enfermées dans le paradigme de la masse, ayant beaucoup de mal à entrer dans celui de l'individualisation.

Aujourd'hui les algorithmes de l'informatique ambiante tracent nos comportements, nos usages, nos gestes et nos désirs, et la Market Intelligence automatisée s'adapte en temps réel à tout changement, à tout signal. Il convient donc de distinguer les entreprises qui sont encore dans l'ancien paradigme et la pratique traditionnelle de la Market Intelligence, celui du cycle du recueil de données, de l'analyse à haute intensité d'intervention humaine appuyée par les outils de CRM, de traitement statistique, de cartographie.

Avec le web sémantique, s'offrent des possibilités de valeur ajoutée tout à fait accessibles, telles que l'extraction automatique, la traduction automatique et l'enrichissement de contenus. Notons que l'interconnexion des données permet la production de connaissances nouvelles, processus qui mêle facteur humain, réseaux et intelligence artificielle. Les « machines » vont désormais aider à produire du sens dans des systèmes intelligents (learning machines) capables de comprendre et d'interpréter et de construire des analyses et des synthèses cohérentes en un temps record.

Récemment, l'AFP a produit des dépêches dont 80 % du contenu était produit par la machine. Le GFII a fort bien analysé ce nouveau paradigme et nombreux sont ses adhérents qui l'intègrent à leur démarche de Market Intelligence, devenue prédictive. 

L'Homme aura-t-il toujours sa place dans le processus de collecte et d'analyse de l'information ?

Mayer-Schönerger et Cukier écrivent dans leur ouvrage sur le Big Data qu'il s'agit d'une « révolution qui va transformer notre façon de vivre, de travailler et de penser ». Ils affirment que les résultats produits par les algorithmes ne sont pas à questionner. Ils sont simplement « de la nouvelle connaissance ». Un tel propos renvoie à prôner l'ignorance et la dépendance à la machine. Aberration !

L'homme garde plus que jamais une place essentielle dans le processus d'analyse et plus largement d'intelligence des situations. Les outils sont à sa disposition pour créer plus de valeur ajoutée et « d'insight » aux livrables.

Selon vous, quelles sont aujourd'hui les principales tendances de la Market Intelligence ?

La tendance première, essentielle, est l'innovation ouverte. La Market Intelligence se réinvente sous la pression de bouleversements majeurs. En effet, les tendances suivent au moins deux dynamiques de rupture. La première est celle du basculement du pouvoir de marché vers le client, le consommateur, l'individu. Les réseaux sociaux et internet offrent à la « multitude » un accès à l'information et à la connaissance comme un moyen d'expression.

La seconde dynamique suit la courbe de dissémination de la transformation numérique et son impact sur les usages et les pratiques de la Market Intelligence. L'open data, l'ouverture des données publiques, l'internet des objets, offrent des perspectives très riches aux professionnels de la Market Intelligence, au regard de la masse de données externes considérables à croiser avec les données internes de son organisation.

Enfin, et ce n'est pas là la moindre des tendances, le changement de paradigme que j'ai évoqué précédemment impose aux entreprises de se doter de compétences nouvelles, inédites. En effet, ce changement se traduit par une situation d'hyper-concurrence sur les marchés, d'une hyper-concurrence de temps réel. Ici, la Market Intelligence est appelée à jouer un rôle majeur d'appui à la définition des stratégies compétitives. Plus encore, les récentes études sur les innovations disruptives, les innovations foudroyantes telles que les services en ligne et autres applications, soulèvent la question d'un Market Insight, d'une Market Intelligence impuissante à lire ces innovations qu'il faut détecter et analyser bien en amont. Que recommandent les analystes : embaucher des visionnaires, des « diseurs de vérité » ! Une perspective intéressante qui bouleverse à nouveau le métier du marketing.

Propos rapportés par Jean-Sébastien Guillaume, Key Account Manager Market intelligence / Argus de la Presse

 

Téléchargez le Livre Blanc Market Intelligence

 

 Suramortissement

Publié le 11/01/2017

Le dispositif de suramortissement joue les prolongations

Vous avez un projet d'investissement productif, vous avez encore du temps pour le réaliser.

Mots-clés :

Christophe SIRUGUE, Secrétaire d'État chargé de l'Industrie, a présenté le 10 janvier 2017 la mesure de transition mise en place pour éviter que le dispositif de "Suramortissement", créé en 2015, ne s'interrompe pas brutalement  le 14 avril 2017.

Pour mémoire, initialement applicable jusqu'au 14 avril 2016, cette déduction exceptionnelle en faveur de l'investissement productif avait déjà été reconduite pour un an, jusqu'au 14 avril 2017.

La  loi de finances rectificative pour 2016 vient assouplir cette échéance.

En effet, afin de tenir compte des délais de fabrication de certains biens complexes, la LFR élargit l'éligibilité aux biens d'équipement ayant fait l'objet d'une commande assortie du versement d'un acompte de 10% avant le 14 avril 2017, à condition que l'acquisition intervienne dans les 24 mois suivants la date de la commande (dans tous les cas avant le 14 avril 2019).

 

Le détail de la mesure dans le dossier de presse 

Le dispositif en un coup d'œil avec la fiche "Point Sur" le suramortissement

 

 

 Semaine industrie

Publié le 05/01/2017

Semaine de l'industrie 2017 : A vos marques !...

La 7ème édition de la Semaine de l'industrie se tiendra du 20 au 26 mars 2017, sur le thème « L'industrie aussi, c'est écologique !... »

Mots-clés :

Depuis 2011, la Semaine de l'industrie permet chaque année au grand public d'aller à la rencontre des professionnels de l'Industrie.

Elle a pour objectif de promouvoir et de renforcer l'attractivité de l'industrie et de ses métiers auprès du grand public et plus particulièrement des jeunes et des demandeurs d'emploi.

L'édition 2016 a donné lieu à l'organisation de plus de 2500 évènements qui ont attiré près de 300 000 participants.

La 7ème édition de la Semaine de l'industrie se tiendra du 20 au 26 mars 2017, sur le thème « L'Industrie aussi, c'est écologique !... ».

Pilotée par le Ministère de l'Economie et des Finances (Direction générale des entreprises), en  association avec les ministères en charge de l'éducation nationale, du travail, de la culture, et de l'agriculture, la Semaine de l'industrie mobilise chaque année de nombreux partenaires : entreprises, fédérations industrielles, chambres consulaires, services de l'Etat en région (Préfectures, Direccte, Rectorats et établissements d'enseignement).

 

En savoir plus sur la semaine de l'industrie

 Entreprise du futur

Publié le 05/01/2017

Rendez-vous au Congrès Entreprise du Futur à Lyon le 19 janvier 2017

Le Congrès Entreprise du Futur est le rendez-vous annuel des dirigeants et comités exécutifs de PME et ETI qui souhaitent innover et transformer leurs entreprises !

Mots-clés :

Pour cette 2ème édition, sous l'égide de Joêl de Rosnay et en présence de Christophe Sirugue, Secrétaire d'État chargé de l'industrie, ce sont plus de 2000 dirigeants qui sont attendus au Centre de Congrès de Lyon le 19 janvier 2017.

Cette journée doit leur permettre de favoriser les rencontres et les retours d'expérience au service de la création de valeur.    

Les 5 raisons de participer :

  • Rencontrer des dirigeants engagés dans la transformation numérique
  • Participer à des débats/conférences menés par de grands conférenciers
  • Profiter des retours d'expériences de dirigeants
  • Découvrir de nouvelles opportunités business
  • Expérimenter de nouvelles solutions

... sans oublier l'intervention liminaire de Navi Radjou, théoricien bien connu de l'économie "frugale".

 

En savoir plus sur le Congrès Entreprise du Futur

 Crowdfunding

Publié le 05/01/2017

Crowdfunding : à chaque projet, son financement

Le financement participatif ou crowdfunding intéresse de plus en plus d'entreprises comme solution complémentaire de financement. La CCI Nantes St-Nazaire le promeut comme source de financement à part entière.

Mots-clés :

Offrant la possibilité à des porteurs de projet de faire appel à la générosité du public, pour l'amorcer ou le développer, le financement participatif est entré dans les mœurs. Il se décline aujourd'hui sous 3 formes : le crowdfunding de don, où le donateur contribue au lancement d'un projet pour un montant plancher modeste ; le crowdlending, qui propose à des particuliers de prêter avec ou sans intérêts à une structure, et enfin l'equity crowdfunding, par lequel des particuliers vont investir dans une entreprise, avec entrée ou non au capital. En France, les fonds collectés via le financement participatif ne cessent de croître. Selon financeparticipative.org, ils ont quasiment doublé de 2014 à 2016,  passant de 152 M€ à 297 M€. Avec une part importante (66 %), réalisée sous forme de prêts.

Une cellule de conseil à la CCI

A travers une cellule de conseil sur le crowdfunding, au sein de son Pôle Financement des entreprises, la CCI Nantes St-Nazaire le promeut comme source de financement à part entière. L'idée étant de conseiller les entreprises du territoire pour choisir la meilleure solution. « La formule du don avec contrepartie convient davantage aux entreprises en création, ayant besoin de 5 000 à 10 000 € pour se lancer, en complément d'autres financements, explique Gaëlle Saint-Drenant Georges, coordinatrice du Pôle. Une autre formule, plus destinée aux entreprises ayant besoin d'un apport, d'un financement complémentaire face aux banques, et d'une réactivité, est accessible sur des plateformes proposant des prêts participatifs. Enfin, l'equity crowdfunding concerne davantage les entreprises déjà existantes, ayant des besoins de développement importants.

Un partenariat avec 3 plateformes

La CCI a contracté un partenariat avec 3 plateformes du territoire, WiSeed (147 projets financés depuis 2008), Proximea – créée en 2015, cette filiale de la Banque Populaire Atlantique finance les entrepreneurs locaux - et enfin My New Startup (8 start-up financées pour un montant de 3,5 M€), qui proposent ces participations en Equity financement. Plus largement, les conseillers de la CCI informent les porteurs de projet sur toutes les possibilités du crowdfunding. A partir de janvier 2017, une dizaine de TPE/PME de Loire-Atlantique bénéficieront  ainsi d'une labellisation, avec un accompagnement rapproché et une aide à une levée de fonds via le crowdfunding. « Il s'agira de sociétés à forte valeur ajoutée et créatrices  d'emplois », souligne Gaëlle Saint-Drenant Georges. De quoi donner un coup d'accélérateur aux pépites en devenir du territoire.

 

En savoir plus

Publié le 03/01/2017

Lancement des "Décodeurs de l'Europe"

La construction européenne donne lieu à toutes sortes d'idées fausses qui alimentent rumeurs ou fantasmes...

Mots-clés :

Le 14 décembre 2016, la Représentation en France de la Commission européenne a lancé son initiative les « Décodeurs de l'Europe », qui vise à déconstruire les idées reçues sur l'Europe à l'heure où le projet  européen est de plus en plus remis en question.

Débattre de l'avenir de l'Europe est nécessaire. Mais, un débat démocratique doit reposer sur des faits tangibles et non sur des fantasmes ou des rumeurs.

Ces « Décodeurs » se déclinent en plusieurs thématiques allant du commerce international à la place des lobbys au sein de l'Union européenne.

Au-delà de sa mission pédagogique, l'objectif de cette initiative est aussi de mettre en lumière ce qui marche dans l'Union européenne à la vieille du 60ème anniversaire du Traité de Rome.

 

Pour découvrir les « Décodeurs de l'Europe »

 

 INTERNATIONAL BUSINESS DAYS LE MANS

Publié le 15/12/2016

International Business Days Le Mans

Participez à une convention d'affaires au cœur du Technoparc du circuit des 24 Heures du Mans les 14 et 15 juin 2017.

Mots-clés :

Depuis 2008, les International Business Days rassemblent chaque année une centaine de participants venus de quinze pays et issues des secteurs de l'automobile, de l'aéronautique, du ferroviaire et de la défense.

Rejoignez la 10ème édition des International Business Days Le Mans, les 14 et 15 juin 2017, et profitez du cadre et de l'énergie de la plus célèbre et ancienne course d'endurance du monde pour développer vos activités et vos réseaux lors d'une convention d'affaires unique qui associe harmonieusement business, performance et gastronomie.

Les International Business Days sont une manière directe de faire du business via des rendez-vous personnalisés, faisant le lien entre les besoins spécifiques de donneurs d'ordres ciblés et les savoir-faire adaptés de fournisseurs et prestataires de services. Concrètement, ce sont quatre sessions de trois rendez-vous d'affaires personnalisés de 25 minutes chacun pour chaque entreprise participante, pour engager de nouvelles collaborations commerciales, technologiques et industrielles.

Sont également prévus durant ces deux jours, un temps de visite des paddocks et du stand d'une écurie engagée dans les 24 Heures du Mans ainsi que des dégustations de produits locaux.

Ainsi, les International Business Days constituent un événement original qui combine sur deux jours : business, sport automobile et gastronomie…

 

Information et réservation

Publié le 12/12/2016

Foire de Hanovre 2017

Le plus grand salon des technologies et de l'innovation du monde de l'industrie, du 24 au 28 avril 2017.

Mots-clés :

La Foire de Hanovre constitue le plus grand salon des technologies et de l'innovation du monde de l'industrie. Elle a attiré en 2015 plus de 6500 exposants du monde entier, 220 000 visiteurs professionnels de 100 pays, et 2 300 journalistes.

Depuis 17 ans, le réseau Enterprise Europe Network profite de cet évènement pour organiser des Rencontres d'affaires internationales en partenariat avec le Forum "Global Business & Markets" de la Foire de Hanovre

Ces Rencontres permettent aux entreprises de planifier des RV d'affaires individuels dans un salon VIP situé au centre de la Foire et de bénéficier d'un accompagnement professionnel avant, pendant et après l'évènement.

Tous les secteurs de la technologie industrielle sont concernés.

Cette année, un lien a été fait avec l'initiative "Young Tech Enterprises" pour valoriser la participation de start-ups et entreprises innovantes.

 

En savoir plus

Publié le 12/12/2016

Concours « étudiants et jeunes chercheurs »

Si ton mémoire, ta thèse ou ton article traite de l'industrie, candidate avant le 31 janvier 2017 !

Mots-clés :

En partenariat avec la Direction générale des entreprises du Ministère de l'Économie et des Finances et les  Echos start, La Fabrique de l'industrie lance sa première édition du concours « Étudiants et jeunes chercheurs ».

Il récompensera des thèses, mémoires ou articles en lien avec l'industrie et la compétitivité : formation, dialogue social, travail, emploi, mondialisation, innovation, marchés d'avenir, etc. :

- THÈSE : prix de 3 000€

- MÉMOIRE : prix de 1 500€

- ARTICLE ou WORKING PAPER : prix de 1 000€

Les travaux peuvent avoir été rédigés en français ou en anglais.

Les candidats doivent avoir soutenu leurs thèses ou mémoires entre le 1er janvier 2014 et le 31 janvier 2017 ou bien être inscrits en doctorat (pour la catégorie article ou working paper).

 

En savoir plus

 

Publié le 08/12/2016

Grande consultation des entrepreneurs : le retour de la confiance

C'est le retour de la confiance pour les entrepreneurs après la crispation de la précédente vague d'enquête.

 

C'est le retour de la confiance pour les entrepreneurs après la crispation de la précédente vague d'enquête. Une confiance généralisée dans l'avenir de leur entreprise, de l'économie française et de l'économie mondiale qui dope le moral des patrons. Mais pas au point, cependant, d'envisager de recruter plus, d'embaucher des apprentis ou d'espérer voir la courbe du chômage s'inverser.

 « C'est très bien en ce moment ». Avec 35 % des avis, c'est l'opinion majoritaire des chefs d'entreprise interrogés, sur leur sentiment au regard du contexte actuel, en novembre par l'institut de sondage Opinionway (1) pour le compte de CCI France, la Tribune et Europe 1. Une première depuis le lancement de la grande consultation (en progression de 9 points par rapport à la précédente vague d'enquête) ! Un sondage qui témoigne du sentiment de confiance qui anime les entrepreneurs (un indicateur en progression de 8 points par rapport au mois d'octobre). Avec 104, l'indice d'optimisme des sondés est quasiment au même niveau que celui du mois précédent.

 

Conséquence, l'horizon à un an des entrepreneurs s'éclaircit. Ils manifestent clairement leur confiance dans l'avenir de l'économie mondiale (+2 points) dans celui de leur propre entreprise (+5 %) et, plus symbolique et plus fort encore, dans les perspectives de croissance de l'économie française (en progression de huit points, soit le plus haut niveau enregistré). 70 % des chefs d'entreprise sont optimistes pour les perspectives de développement de leur propre entreprise et ce, tout spécialement, dans les secteurs de la construction (75 %)  et des services (74%).

 

Des atouts reconnus

Cependant cette confiance n'atteint visiblement pas le niveau autorisant les chefs d'entreprise à modifier leur stratégie de recrutement. Ils sont toujours très majoritairement enclins à ne pas embaucher. 85 % des sondés (chiffre stable par rapport à la précédente enquête) sont dans cet état d'esprit. A noter que le pourcentage de ceux qui entendent réduire leurs effectifs est en progression de deux points quand le nombre de ceux qui souhaiteraient embaucher est en baisse dans la même proportion.

Si cette enquête apporte de bonnes nouvelles, elle confirme aussi certains atouts de notre pays. Le climat en France n'est pas hostile au business quoi qu'on en dise. Sont ainsi considérés comme des facteurs prédisposant à la bonne conduite des affaires : la qualité de la recherche et développement (avec 79 %, l'atout le plus fort de notre pays de la liste des indicateurs), la qualité de la formation des salariés (74 % des avis) devant le soutien à l'innovation (70%) – autant de forces en progression manifestant l'investissement payant et reconnu dans le capital humain – devant, en quatrième position, le niveau des infrastructures (64 %) facilitant les échanges dans le territoire et avec l'extérieur.

 

 

Au registre des points noirs pour le développement de l'entrepreneuriat, on constate la persistance des reproches liés au poids de la fiscalité (un quart seulement des chefs d'entreprise la considère positivement) et au pouvoir d'achat des français (37 % d'avis favorables).

A noter toutefois que la possibilité de trouver des financements pour créer ou développer son entreprise qui était considéré comme une faiblesse récurrente de l'économie française évolue positivement enregistrant une hausse de 20 points en près de six mois (de 32 % à 52 % d'avis positifs).

 

 

 

Une inflexion plus qu'une inversion

A l'occasion de ses vœux à la Nation, le Président François Hollande en annonçant un plan de formation massif des demandeurs d'emploi avait fixé un objectif ambitieux : « qu'aucun apprenti ne soit sans employeur et qu'aucun employeur ne demeure sans apprenti ».

 

Force est de reconnaître que cet objectif n'a pas été atteint si l'on en croit la réponse des chefs d'entreprise interrogés sur leur recours aux contrats en apprentissage au cours des six derniers mois. 89 % d'entre eux déclarent n'avoir embauché aucun apprenti pendant cette période. Les dirigeants du secteur de la construction sont ceux qui ont eu le plus fait confiance à l'apprentissage.

Et pourtant, interrogés sur les raisons qui ont conduit les entrepreneurs à faire appel à cette mesure, les sondés témoignent d'un attachement fort à ce type de formation et d'insertion. 60 % sont « convaincus de la valeur ajoutée des parcours en apprentissage » et 38 % ont renouvelé leur confiance dans l'apprentissage car ils sont « satisfaits de (leurs) précédentes expériences de contrats en apprentissage ».

Il est intéressant de constater que les avantages financiers liés à la formule ne déclenchent pas majoritairement la décision de recruter un apprenti. Seuls 17 % des dirigeants d'entreprise affirment avoir choisi l'apprentissage en raison des aides qui y sont associées, et seuls, 13 % l'ont fait pour faire des économies. Si les économies n'ont pas guidé le choix de l'apprentissage, la situation économique insuffisamment consolidée des entreprises explique, en revanche, très largement (48%) la décision de ne pas recruter un apprenti.

Autre confirmation enregistrée par les enquêtes de la DARES (Ministère du Travail) les formations de niveau V (CAP) ne sont plus plébiscitées. En 2014, les formations de niveaux CAP-BEP ne représentaient plus que 66% des nouveaux contrats d'apprentissage contre 94% en 1996. Une tendance qui se confirme dans l'enquête. Les recrutements en apprentissage effectués durant les six derniers mois par les chefs d'entreprise sondés sont de fait beaucoup plus diversifiés : 41% en CAP, 40% en Bac Pro et 30% en BTS-DUT.

 

Au total, avec 402 900 contrats en apprentissage enregistrés en 2015, l'objectif de 500 000 apprentis espéré pour la fin 2017 semble difficilement atteignable. Tout comme le sera l'objectif présidentiel d'inversion de la courbe du chômage. D'ailleurs, 86 % des entrepreneurs interrogés considèrent que la baisse du nombre des demandeurs d'emploi ne sera pas significative et durable d'ici la fin du quinquennat. Il sera impossible d'atteindre le niveau du chômage de 2012. Plus qu'une inversion, il s'agit d'une inflexion de la courbe. Il aurait fallu pour qu'il en soit ainsi, comme le commentait François Hollande, « faire diminuer le chômage suffisamment longtemps pour que ce soit suffisamment crédible".

Une mauvaise nouvelle comme l'est visiblement l'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis d'Amérique. C'est en tout cas l'opinion très nette des chefs d'entreprise interrogés qui considèrent cette élection est « une mauvaise chose » pour l'économie mondiale (3/4 des sondés), pour l'économie française (78%) et pour leur propre entreprise (64%).

 

 (1) Sondage Opinionway réalisé par téléphone auprès de 602 dirigeants d'entreprise entre le 9 et le 25 novembre dans le cadre de la Grande Consultation des entrepreneurs.  

 

A découvrir l'intégralité des résultats de la quatorsième vague de la Grande Consultation des Entrepreneurs

GRANDE CONSULTATION

CHEFS D'ENTREPRISE : VOTRE AVIS NOUS INTERESSE

Exprimez-vous ! CCI France invite tous les entrepreneurs qui le souhaitent à donner leur avis sur des sujets d'actualité qui concernent directement leur activité. Des sujets de questionnements que nous vous proposons mais aussi des thématiques que vous souhaitez voir aborder.

En savoir plus et participer à cette grande consultation

 TROPHEES MIDEST 2016

Publié le 30/11/2016

Palmarès des Trophées de la sous-traitance industrielle 2016

A la découverte de l'industrie du futur

Mots-clés :

Pour la première fois en onze éditions, le palmarès des Trophées de la Sous-traitance industrielle est dévoilé quelques jours avant l'ouverture du MIDEST. Une façon de mettre un peu plus l'innovation à l'honneur alors que cette année, le salon mondial de tous les savoir-faire en sous-traitance industrielle se déroulera du mardi 6 au vendredi 9 décembre au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte dans le cadre de l'événement « Convergence pour l'Industrie du Futur », sous le Haut-Patronage du Président de la République, Monsieur François Hollande.

Aussi ces Trophées, destinés à valoriser la sous-traitance industrielle et à permettre aux donneurs d'ordres de découvrir des exposants aux performances et aux atouts indéniables, prennent-ils une importance symbolique toute particulière en permettant de découvrir des PMI qui se sont engagées très tôt dans l'industrie du futur.

Lauréat dans la catégorie Bureau d'études

SOLUTECHNIC ENGINEERY ELECTRONIC (STEE) : vélo à Assistance Electrique (VAE) sans batterie et à autonomie illimitée

France (45) – Contact : Adrien LELIEVRE – Tél. : +33 (0)6 83 80 35 94 – Stand 6 M 184

Créé en 2003, STEE est spécialisé dans la conception et la fabrication de cartes électroniques, dans le câblage filaire et l'intégration du prototype à la petite et moyenne série. Doté d'un bureau d'études expérimenté dans la gestion de l'énergie embarquée et dans la conception de systèmes basse consommation, il accompagne la transition énergétique grâce à une démarche R&D qui lui a permis cette année de déposer son premier brevet. L'expérience et les compétences de son équipe de 15 personnes lui permettent de répondre aux besoins de ses clients, de la conception à la production, en les accompagnant tout au long de leurs projets de l'idée à la série.

Le jury des Trophées a récompensé l'un d'entre eux, le Vélo à Assistance Electrique (VAE), sans batterie et à autonomie illimitée.

Lauréat dans la catégorie Innovation

ALLIANSYS : technique N.O. LOGY

France (14) – Contact : Michel DE NONANCOURT – Tél. : +33 (0)6 11 40 11 21 – Stand 6 K 173

Ce spécialiste de l'électronique bénéficie de vastes locaux à Honfleur qui lui permettent de fabriquer des produits volumineux. Il réalise une part importante du chiffre d'affaires en produits complets, destinés au monde industriel et prêts à l'emploi.

Avec son client STENDO, il a développé une console qui a recours à la technique N.O. LOGY, issue de la découverte de prix Nobel de médecine qui ont mis en évidence les effets exceptionnels de l'oxyde nitrique (NO) sur la santé de l'homme. Ce dispositif naturel, non invasif et sans risques qui optimise le flux et reflux sanguin et active la production de NO, a séduit le jury.

Lauréat dans la catégorie International

LBI Foundries : 85% des ventes 2015 réalisées à l'international

France (57) – Contact : Emmanuel CONGY – Tél. : +33 (0)6 23 68 09 57 – Stand 6 G 57

LBI est spécialisée dans la mise en forme par centrifugation d'alliages cuivreux, aciers inoxydables et spéciaux ou alliages d'aluminium. Ses capacités intégrées en tournage horizontal et vertical CN, jusqu'au diamètre 4 000 mm, offrent la possibilité de fournir des pièces totalement usinées suivant plan en valorisant tous les copeaux d'usinage. LBI a fortement investi ces dernières années en créant une nouvelle unité de « petite centrifugation » des diamètres 80 à 400 mm et en agrandissant son atelier d'usinage de 1 600 m². Depuis fin 2015, son offre en pièces moulées au sable, qui complète la gamme de pièces centrifugées, a été élargie par l'acquisition d'une deuxième filiale, la société INOXYDA. Ces performances lui valent d'être internationalement reconnue, au point de réaliser 85% de ses ventes 2015 à l'étranger. Une performance saluée par le jury des Trophées.

Lauréat dans la catégorie Organisation

ANVI SA : progression grâce au Lean management et à l'ISO9001

France (71) – Contact : Gaël VIEZ – Tél. : +33 (0)7 60 65 89 01 – Stand 6 F 137

ANVI Plasturgie propose une offre sur-mesure, de la conception à l'industrialisation de produits en matière plastique, avec trois technologies de transformation : rotomoulage, soufflage et injection. Sa devise : réaliser et commercialiser des produits et services innovants et éco-conçus. Ses principales forces : innovation, service, productivité et rigueur logistique.

C'est dans cette optique que le groupe s'est engagé depuis 2009 dans deux démarches complémentaires : le Lean management et la gestion de la qualité par l'ISO 9001.

Lauréats dans la catégorie Partenariat – Alliance

SINAEX GROUP : groupement d'entreprises sous-traitantes de Navarre

Espagne – Contact : Pilar CABAÑAS – Tél. : +34 675 55 79 84 – Stand 6 R 70

Ces cinq entreprises espagnoles ont décidé de se regrouper pour offrir un service complet à leurs clients. Tous les membres du groupement sont certifiés ISO-9001 et travaillent pour des marchés aussi divers et exigeants que l'aéronautique, l'automobile, l'éolien, le médical, l'agriculture, l'industrie papetière ou encore l'alimentation. Une démarche saluée par le jury des Trophées.

Lauréats dans la catégorie Réalisations exemplaires

ELADIS : joint d'une porte géante

France (60) – Contact : Patrice DEBEURY – Tél. : +33 (0)3 44 15 12 00 – Stand 6 F 174

Créé en 2003, ELADIS est un groupement d'entreprises dont l'activité porte sur sa promotion, la recherche de clients, la conception de solutions, et le conseil tant à ses clients qu'à ses partenaires. Sa clientèle française est ciblée et exclusivement industrielle, mais l'entreprise est également très implantée à l'étranger. Le groupement représente en tout plus de 600 personnes pour un chiffre d'affaires total de 80 millions d'euros.

Le jury a été impressionné par son joint d'étanchéité d'une porte en béton de 87m de long, 16m d'épaisseur et 15m de haut, assurant la fermeture d'un bassin dans le port de Marseille, le plus grand bassin de réparation navale d'Europe et l'un des plus grands au monde.

Prix Spécial du Jury

SNESE (Syndicat national des entreprises de sous-traitance électronique) : application e-FICIO pour la maîtrise des coûts

France (29) – Contact : Michel de NONANCOURT – Tél. : +33 (0)2 98 55 04 56 – Stand 6 K 151

Le Snese représente les fabricants d'électronique et services associés, soit près de 500 entreprises, principalement des PME - 80% des sociétés du secteur emploient entre 20 et 99 salariés -, réalisant un chiffre d'affaires de 5 milliards d'euros avec un effectif de 28 000 personnes. Présentes aujourd'hui sur pratiquement tout le territoire national ainsi qu'à l'étranger, principalement au Maroc, en Tunisie et en Chine, elles se sont adaptées aux nouvelles exigences des donneurs d'ordres.

C'est en pensant à elles que le Snese a conçu e-FICIO, une application qui permet à toute entreprise de connaître la structure de ses coûts et de la modéliser en toute confidentialité. Une initiative saluée unanimement par le jury des Trophées qui a décidé de lui décerner un prix spécial.

 

Retrouvez l'ensemble des projets nominés

 

 MIDEST

Publié le 30/11/2016

Découvrez le programme des conférences du MIDEST 2016

27 rendez-vous autour de l'industrie du futur, l'emploi et la formation, la compétitivité des entreprises

Mots-clés :

MIDEST, le salon mondial de tous les savoir-faire en sous-traitance industrielle, réunira 1 400 entreprises du monde entier et attend près de 35 000 professionnels, donneurs d'ordres internationaux, venus nouer des échanges et générer du business. Grande première cette année, il se tiendra dans le cadre de l'événement « Convergence pour l'Industrie du Futur », sous le Haut-Patronage du Président de la République, Monsieur François Hollande.

Le MIDEST, c'est aussi un programme de conférences autour de l'industrie du futur, l'emploi et la formation, la compétitivité de l'entreprise, réunissant un parterre d'experts et de personnalités.

Programme détaillé :

Industrie du futur :

La sous-traitance, pierre angulaire de l'Industrie du Futur - Mercredi 7 de 13h30 à 14h15

Avec Thierry Barbolo, Responsable Sectoriel Industrie - Automobile - Direction des Engagements de bpifrance, et Didier Crespel, Président de Mecamen.

- Le recyclage, futur de l'industrie ? – Mardi 6 de 13h30 à 14h15

Avec François Aublé, Président du SRP – Syndicat National des Régénérateurs de Matières Plastiques, et Alice Sarran, Chef de projet Economie circulaire, Orée.

- L'importance et les enjeux de la fonction maintenance dans l'industrie du futur

Avec Claude Pichot, Président de l'Afim - Association française des ingénieurs et responsables de maintenance, Laurent Truscello, responsable produits de Carl Software, Alain Catanese, responsable maintenance d'Asco Industries, Sacha Lukic, Directeur Mainta / DSI Groupe Apave, Laurent Crétot, Ingénieur d'Affaires de Siveco Group, et Simon-Pierre Vrait, Responsable commercial Dimo Maint.

- Industrie : les matériaux ne sont plus ce qu'ils étaient !

Avec Brice Tual, Coordinateur de l'Innovathèque, Emmanuelle Butaud-Stubbs, Déléguée Générale de l'UIT - Union des Industries Textiles, Claude Lory, Directeur du Pôle européen de la céramique, et Céline Lhuillier, Porte-parole du groupement de sous-traitance UNIFA - Union nationale des industries françaises de l'ameublement.

- Réalité augmentée et réalité virtuelle au secours de l'industrie – Mercredi 7 de 10h30 à 11h15

Avec Matthieu Lépine, Président de l'Association française de Réalité Virtuelle, Augmentée, Mixte et d'Interaction 3D (AFRV) et Directeur marketing d'Immersion, David Lacroix, Ingénieur technico-commercial pour Elvitec, et Gilles Raillard, Directeur de Neostory.

- Fabrication additive et propriété intellectuelle : un dilemme cornélien – Vendredi 9 de  13h00 à 13h45

Avec Fatima Ghilassene de l'Observatoire de la propriété intellectuelle, Franck Simon, Responsable thématiques Procédés Avancés de Fabrication et Ingénierie des Surfaces chez Viaméca, Philippe Vannerot, Vice-Président de l'Association Française de Fabrication & Prototypage Rapides (AFPR), et Thierry Charles, Docteur en Droit et Directeur des Affaires Juridiques chez Allizé-Plasturgie.

- La fabrication additive, ce n'est pas que du plastique et des composites ! – Vendredi 9 de 14h00 / 14h45

Avec Jean-Pierre Wilmes, Directeur d'AGS Fusion, David Muller, Responsable de la Business Unit Procédés et outillages au Pôle européen de la Plasturgie, Paul-Henri Renard, Directeur général du CTIF - Centre Technique des Industries de la Fonderie, Philippe Vannerot, Vice-Président de l'Association Française de Fabrication & Prototypage Rapides (AFPR), Franck Simon, Responsable thématiques Procédés Avancés de Fabrication et Ingénierie des Surfaces chez Viaméca, et Stéphane Abed, CEO de Poly-Shape.

- Médecine du Futur : comment choisir des sous-traitants vous permettant d'être en pointe – Mercredi 7 de 14h30 à 15h15

Avec Béatrice Grand-Demars, Présidente de MedPharmPlast France, Bruno Virieux, Directeur Groupe de Cadesis BIOMEDICAL et Stéphane Bonnard-Cantegreil, Cofondateur de Cogibot.

- L'automobile du futur rebat les cartes de la chaîne de production – Jeudi 8 de 10h30 à 11h15

Avec Rémi Cornubert, Directeur Media & Communications digitales France d'A.T. Kearney France, Serge Benchimol, PDG et Créateur d'IT Link, et Christophe Olivier, dirigeant de la société Insidsoftware.

- Comment monter à bord du train du futur : un monde des transports bouleversé par l'Industrie du Futur – Jeudi 8 de 13h30 à 14h15

Avec Pascal Desaunay, Directeur du programme TGV 2020 à la SNCF, et Philippe Javaux, Directeur commercial de Borflex.

- De la chaîne de sous-traitants jusqu'au donneur d'ordres, les objets connectés changent la face de l'industrie – Jeudi 8 de 11h30 à 12h15

Avec Jean-Christophe Lecosse, Directeur Général du CNRFID, Antonin Goude, Ingénieur Produit – Systèmes Embarqués chez National Instruments, Bruno Lo-re, Senior Advisor IIoT chez ILSA-France / Visifab, Bruno Fernandez, Consultative Sales Executive, IBM France, et Henri Pidault, CTO Deloitte Digital (Cabinet Deloitte).

- Comment la GMAO 4.0 va-t-elle accompagner la maintenance dans l'usine du futur : la vision de CARL Software – Jeudi 8 de 13h00 / 13h30

Animée par Laurent Truscello, responsable produits de CARL Software.

L'emploi et la formation :

- Quels métiers industriels pour demain ? – Jeudi 8 de 9h30 / 10h15

Avec Gilles Lodolo, Directeur Emploi-Formation de l'UIMM, Fabrice Enguélé, Directeur général de l'Association Nationale des Apprentis de France (ANAF), André-Yves Portnoff, Directeur de l'Observatoire de la Révolution de l'Intelligence, Alain Khemili, Responsable du département Industrie, Innovation et Intelligence économique à CCI France, Morad Ben Mezian, Directeur de projets à Oref Ile-de-France, et Agnès Goubin, chargée d'études à Défi Métiers.

Industriels, comment gagner le défi du recrutement ? – Jeudi 8 de 14h30 à 15h15

Avec Christophe Montagnon, DOSI chez Randstad, et Fabrice Enguélé, Directeur Général de l'Association Nationale des Apprentis de France (ANAF).

- L'Industrie du Futur sera-t-elle créatrice d'emplois ? – Vendredi 9 de 9h30 à 10h15

Avec Joseph Puzo, PDG & CEO d'Axon'Cable, et Damien Flacelière, Directeur de la société MSC Scanning.

La compétitivité de l'entreprise :

- Donneurs d'ordres et sous-traitants, face aux nouveaux défis industriels, une seule solution : la collaboration ! – Mercredi 7 de 16h30 à 17h15

Avec Pierre Pelouzet, Médiateur des Entreprises, Luc-Eric Krief, Président du CORIST - Fédération de la Plasturgie, Alain Khemili, Responsable du département Industrie, Innovation et Intelligence économique à CCI France, Bruno de Chaisemartin, Président du CENAST - Centre National de la Sous-Traitance, et Benjamin Carlu, CEO d'Usine IO.

- Industrie : comment optimiser le CICE – Mercredi 7 de 11h30 à 12h15

Avec Jérôme Delabre, Président de FIM Cosertec, Agnès Bricard, Président d'honneur du Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-Comptables, et Mathieu Plane, Directeur adjoint au Département Analyse et Prévision de l'OFCE (observatoire français des conjonctures économiques).

- Me délocaliser ou me relocaliser : telle est la question ! – Mercredi 7 de 15h30 à 16h15

Avec Jérôme Delabre, Président de FIM Cosertec et Olivier Wajnsztok, Directeur Associé d'AgileBuyer.

- Les clés pour constituer et optimiser votre panel de sous-traitants – Jeudi 8 de 15h30 à 16h15

Avec Loïc Thomila, Responsable Achats et Qualité chez Lectra.

- La sous-traitance industrielle : chiffres clés et analyse – Vendredi 9 de 15h00 à 15h30

Avec Daniel Coué, économiste.

- Aéronautique : de la nécessité de se regrouper – Vendredi 9 de 10h30 à 11h15

Avec Bernard Lucereau, Président du Comité AERO-PME du GIFAS.

- Comment prévenir les risques physiques dans l'industrie ? – Jeudi 8 de 16h30 à 17h15

Avec Jean-Christophe Blaise, Responsable du Laboratoire Sécurité des Equipements de Travail et des Automatismes - Département Ingénierie des Equipements de Travail de l'INRS, Claude Pichot, Président de l'Afim - Association française des ingénieurs et responsables de maintenance, Laurent Truscello, Responsable produits de Carl Software, et Franck Multon, Responsable de l'équipe de recherche MIMETIC à l'INRIA.

- L'organisation achats en 2016 – Mardi 6 de 14h30 à 15h15

Avec François-Charles Rebeix, directeur de la publication et Guillaume Trécan, rédacteur-en-chef, La Lettre des Achats.

- Du prototypage à la mise sur le marché : retour d'expérience d'une collaboration réussie – Vendredi 9 de 11h30 à 12h15

Avec Celia Corsin, Chief design & prototyping chez WBT, Matthieu Metz, CEO de Innixim, Adrien Sadaka, CEO de Timescope, et Frédéric Wets, expert procédés et industrialisation à Usine IO.

- La plateforme ec@t-npmi.com – Mardi 6 de 16h30 à 17h00

Avec Claude Pichot, Président de l'Afim - Association française des ingénieurs et responsables de maintenance.

- Gagner de l'argent avec ses techniciens SAV ? – Jeudi 8 de 12h30 à 13h00

Avec Laurent Mellah de Serv&Sens et Pierre Delhomme de DIMO Maint.

- Le nouveau cadre des affaires et les possibilités d'investissement, de partenariat et de sous-traitance en Tunisie – Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

Avec Fehmi Mili, représentant adjoint de FIPA TUNISIA à Paris, Kamel Ouerfelli, Directeur Central du développement et de l'Innovation Technologique à l'Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation « APII », Lotfi Chelli, Directeur Principal au Centre de la Promotion des Exportations « CEPEX », et Damien Rossignon, responsable de la société Globe Technologie « ALTRICS ».

 

Programme en ligne

 

Publié le 29/11/2016

Recherche et Innovation

La France peut mieux faire !....

Mots-clés :

Dans le cadre du Semestre européen, la Commission européenne publie chaque année des recommandations aux Etats-membres afin de les aider à améliorer la performance de leur système de recherche et d'innovation.

Pour chacun d'eux, un document « Performance de la recherche et de l'Innovation » renseigne les points suivants :

  • dépenses de R&D ;
  • forces du système de R&I ;
  • principaux défis ;
  • recommandations.

Un second document dresse le "Profil Horizon 2020" d'un pays et permet de rertrouver des projets incluant des partenaires français.

En savoir plus :

Research and Innovation performance and Horizon 2020 country participation for France

 
 
 
 

 Actualité 

Publié le 16/12/2013

Capitaines d'industrie, portraits de dirigeants qui ont marqué leurs territoires

Mots-clés :

 

 

Dans le cadre du programme « 2013, Année de l’industrie », les CCI de France ont réalisé un ouvrage collectif mettant en relief les portraits de 23 « Capitaines d’industrie ».

 

Cet ouvrage met en lumière les parcours remarquables de dirigeants d’entreprise industrielle qui, par leur personnalité, leur vision et leur dynamisme ont permis la création de valeur et d’emplois dans nos territoires.

 

En leur rendant hommage, les CCI de France ont souhaité valoriser tout un secteur dont l’image a été trop souvent écornée alors qu’il constitue le moteur de notre croissance par son effet d’entrainement sur tous les autres.