Publié le 21/06/2017

Laurent Chauvin, Président fondateur de Made in Jura : "Chauvin et fier de l'être"

Témoignage d'un entrepreneur fier de son identité territoriale et de la dynamique économique qu'elle génère.

Mots-clés :

A l'occasion de la troisième édition du Forum RESET 2017 du 22 juin 2017 consacrée au thème « Local is beautiful : changeons le monde  de l'intérieur », Laurent CHAUVIN, Président Fondateur de l'association Made in Jura donne sa vision d'une promotion de l'activité économique d'un territoire fondée sur des valeurs partagées.

 

CCI France : Quelles sont les motivations des entreprises jurassiennes adhérentes à votre association Made in Jura ?

Laurent CHAUVIN : «Elles sont diverses. Cela peut être, comme c'est le cas de mon entreprise de construction de maisons en bois, la volonté de revendiquer l'image de notre territoire, pays de forêts et de bucherons, bien en phase avec mon activité. Mais c'est aussi l'envie pour de petites entreprises de renforcer leur appartenance et leur contribution à l'économie de la région. Autre cas de figure, celui des entrepreneurs qui adressent un message à leurs salariés, une forme de contrat social qu'ils passent avec eux : mon entreprise est installée dans le Jura et entend y rester en m'appuyant sur les compétences locales. Sous-entendu, à nous de jouer tous collectivement le jeu. Dans le même ordre d'idées, le fait de revendiquer l'attachement à un territoire à forte identité où il fait bon vivre et avec de nombreux atouts comme le contact avec la nature, la pratique aisée d'activités sportives de plein air, la proximité avec la Suisse, les liaisons TGV, cela peut aussi renforcer leur communication de recrutement à destination de jeunes talents hors de la région. »

 

CCIF : A la différence d'autres territoires qui ont pris le parti d'appuyer leur marketing territorial sur les secteurs économiques forts de leur région, vous avez choisi de prendre le contrepied de cette tendance en valorisant  une diversité d'entreprises et d'activités? On s'attendait à ce que vous mettiez en avant les secteurs de la lunetterie ou du jouet…

LC : « Je pense qu'en ciblant sa communication uniquement sur ses points forts, on délaisse inévitablement toutes les autres activités et entreprises. Nous avons décidé de ne pas centrer notre communication autour des fleurons de notre région mais au contraire de faire connaitre tout ce qui se fait de bien dans notre territoire. Nous ne voulions pas véhiculer l'image d'un territoire tourné vers ce que l'on pourrait appeler « l'économie de papa » c'est-à-dire le jouet, le bois ou la pipe. Ce que nous voulons valoriser ce sont par exemple des PME, sous-traitantes de grandes enseignes du luxe ou des industriels du décolletage très actifs et performants. Car, pour être actives et performantes, ces petites structures souffrent bien souvent d'un déficit de reconnaissance y compris au niveau local. Made in Jura  leur redonne une visibilité dans le territoire vis-à-vis des clients mais aussi des autres entreprises du département ce qui favorise l'effet réseau. Notre association a pour vocation ces échanges directs entre entreprises qui ne se connaissent pas nécessairement et qui en arborant le même logo, affichent la même fierté d'appartenir à un territoire. Ces échanges débouchent assez souvent sur des réflexions et des coopérations. C'est un effet tangible de Made in Jura. »

 

CCIF : Le Made in Jura comme le Made in France revendique l'appartenance à un territoire pour justifier d'une préférence d'achat mais sans pour autant apporter la preuve d'un meilleur rapport qualité prix. N'est-ce pas la limite de l'exercice ?

LC : « L'argumentaire que je défends c'est qu'en faisant le choix d'une entreprise Made in Jura,  à qualité de produit équivalente évidemment, le client manifeste le choix de faire travailler les salariés de l'entreprise locale concernée mais aussi ceux de toute une filière de la région. C'est très clairement le cas de mon activité, on choisit un bois qui a poussé dans nos forêts qui a été traité et assemblé en suivant un processus de production respectueux de l'environnement, par des professionnels de mon entreprise mais aussi d'entreprises partenaires installées dans le département. Cette dimension environnementale de mon activité ne date pas d'hier mais je vois aujourd'hui qu'elle prend une autre portée. Ce n'est plus ringard de s'intéresser au respect de la nature, d'avoir un engagement écologique, c'est au contraire porteur d'avenir de revendiquer une approche globale de l'économie. C'est une démarche de responsabilisation de la clientèle. »

 

CCIF : Justement, le cahier des charges du Made in Jura intègre-t-il les principes de la RSE ?

LC : « Nous ne l'avons pas formalisé dans le règlement intérieur même si l'on peut considérer que les fondements économiques, sociétaux et environnementaux de la RSE font également partie de notre approche et se retrouvent assez communément dans les pratiques de nos entreprises. Elles sont notamment attachées à la qualité de l'environnement vécue comme une ressource et un atout dans notre département fortement agricole.»

 

CCIF : En quoi les valeurs propres du Jura que vous revendiquez se retrouvent-elles dans les engagements de vos adhérents ?

LC : « J'ose tout d'abord affirmer je suis chauvin et fier de l'être. Un chauvinisme partagé par nos adhérents. Quant aux valeurs qui caractérisent le mieux notre territoire, je dirais que la première d'entre elles, c'est le travail. Le Jura c'est une terre de labeur. Le climat de nos montagnes est rude, il fait des habitants besogneux. Mais c'est  aussi un territoire solidaire : les premières coopératives sont nées dans le Jura. Le collectif a un sens ici. Regardez le succès de la filière du comté qui repose sur un cahier des charges rigoureux et respecté. Il a permis de rémunérer correctement les producteurs de lait. Rigueur et goût de la précision – la Suisse n'est pas loin -  sont aussi des valeurs assez largement partagées dans notre territoire. Ces représentations associées à notre pays peuvent ressembler à des clichés mais ils nous servent à assoir notre marque. Et l'on s'en sert !

Ces valeurs, les adhérents les véhiculent dans leur communication et dans leur politique commerciale. Par exemple, pour ce qui concerne mon entreprise nous n'hésitons pas à aller chercher des clients en Savoie, une région qui ne manque pourtant pas de constructeurs de chalets. Notre offre est reconnue en raison de notre image Made in Jura,  des valeurs de sérieux, de rigueur et de goût du travail bien fait des jurassiens qui rencontre un écho dans le mont blanc fréquenté par une clientèle étrangère très aisée qui ne regarde pas à la dépense, ce qui a eu une incidence sur les prix du marché mais aussi parfois sur la qualité des prestations proposées localement »

 

CCIF : Quel va être le message clé de votre intervention lors du forum RESET dont la thématique cette année exprime l'ambition de voir le local changer le monde ?

LC : « D'un rien, on peut tout changer. C'est un peu la philosophie du Made in Jura : le changement ne viendra pas d'en haut mais des acteurs de terrain et donc pour nous des entreprises. C'est la force du collectif car je le rappelle nous réunissons 300 entrepreneurs ce qui peut créer un effet d'entrainement et permettre de faire la différence. »

 

Made in Jura : quelques repères

Création en 2003 à l'initiative du Conseil Général  du salon Made in Jura pour faire la promotion du savoir-faire des entreprises jurassiennes (une première à l'époque du Made in China à tout va et bien avant le made in France) et saluer 39 (n° du département) entreprises dynamiques.

Après deux éditions en 2006 et 2009, suite à une alternance politique, Made In Jura est mis en suspens. Le salon reprend en 2015 remportant un beau succès : 60 000 visiteurs en quatre jours.

En 2016, suite au transfert des compétences économiques aux régions (Loi Notre), le conseil départemental passe la main et Made in Jura devient en octobre 2016 une association regroupant à ce jour 300 entreprises.  

Ses missions : faire connaitre le savoir-faire des entreprises jurassiennes, affirmer leur appartenance territoriale à l'aide du logo Made in Jura en défendant « les valeurs propres à l'identité jurassienne » et faciliter le réseautage entre les entreprises de la région.