Publié le 22/02/2017

CCI Paris Ile-de-France : le commerce, c'est la guerre ?

Le président chinois a répondu aux attaques du nouveau président américain contre la Chine, le Mexique et l'Allemagne. A Davos, Xi Jinping a défendu le libre-échange et a averti : "Personne ne sortira vainqueur d'une guerre commerciale".

Mots-clés :

Ça n'était pas une promesse en l'air. Donald Trump s'était engagé à retirer les États-Unis du Traité Transpacifique une fois arrivé au pouvoir. Promesse tenue hier : le président américain a signé l'acte de décès de cet accord de libre-échange, qui visait pourtant à contenir les velléités commerciales de son grand adversaire : la Chine.

Exit le TPP. Et ce n'est sans doute qu'un début. Donald Trump veut aussi revoir l'ALENA, l'accord de libre-échange nord américain. Il est hostile à celui, moribond, avec l'Union européenne : le TTIP. Et il menace : de surtaxer les voitures allemandes, d'imposer des droits de douane exorbitants aux produits chinois, le tout pour mieux protéger l'économie américaine et ses emplois.

Au Forum de Davos la semaine dernière, on ne parlait que de cette guerre commerciale sur le point d'advenir. D'autant que les États-Unis ne sont pas les seuls à faire le choix d'une approche plus agressive de leur politique économique. L'idée de Montesquieu d'un ‘'doux commerce'', facteur de paix, ne semble plus très adaptée par les temps qui courent.

‘'Le commerce, c'est la guerre ?''

Intervenants :

Christian Harbulot : fondateur et directeur de l'École de guerre économique et directeur associé du cabinet Spin Partners

Sébastien Jean : économiste spécialiste du commerce international, directeur du Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII)

Corinne Vadcar : analyste senior en commerce international à l'institut Friedland, un think tank de la CCI Ile-de-France 

 

France Culture, 24/01/2017